Des enfants canadiens ne visiteront pas le musée de l’Holocauste de Detroit en raison des “inquiétudes sécuritaires”
Rechercher

Des enfants canadiens ne visiteront pas le musée de l’Holocauste de Detroit en raison des “inquiétudes sécuritaires”

Le conseil d’administration des écoles de l’ouest de l’Ontario annulent des voyages scolaires aux Etats Unis en réponse à l’interdiction de l’entrée des musulmans dans le pays de Trump

Le musée de l'Holocauste de Farmington Hills, dans le Michigan, ou 'Holocaust Memorial Center Zekelman Family Campus'  (Crédit : Joshua Nowicki/Facebook)
Le musée de l'Holocauste de Farmington Hills, dans le Michigan, ou 'Holocaust Memorial Center Zekelman Family Campus' (Crédit : Joshua Nowicki/Facebook)

Le conseil d’établissement d’un regroupement d’écoles appartenant à la municipalité de Windsor, dans l’Ontario, a suspendu ses voyages d’études à travers la frontière américano-canadienne suite à l’ordre exécutif signé par le président Donald Trump et interdisant l’entrée aux Etats Unis des ressortissants iraniens, irakiens, syriens, libyens, soudanais, yéménites et somaliens.

La directrice du GECDSB (Greater Essex County District School Board) a expliqué au Windsor Star que cette décision de la suspension des voyages scolaires au-delà de la frontière américaine avait été motivée par la « sécurité des élèves ».

« Le plus important pour nous est la sécurité des élèves… Nous ne savons vraiment pas ce qui arrivera à nos élèves à la frontière », a déclaré Howitt au Windsor Star.

Parmi les visites qui ont été annulées, des voyages au musée de l’Holocauste dans le quartier de Farmington Hills, à Detroit, dans le Michigan, à environ 45 minutes de voiture.

Le conseil d’administration aurait contacté les autorités frontalières suite à la signature de l’ordre exécutif.

Il lui aurait été indiqué que les élèves ayant la citoyenneté des sept pays à majorité musulmane ne seraient pas autorisés à entrer aux Etats Unis.

Le président américain Donald Trump et son directeur de cabinet Reince Priebus dans le Bureau ovale de la Maison Blanche, le 23 janvier 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)
Le président américain Donald Trump et son directeur de cabinet Reince Priebus dans le Bureau ovale de la Maison Blanche, le 23 janvier 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

De récents jugements ont suspendu l’ordre exécutif.

Néanmoins, Howitt a indiqué qu’au vu de la latitude d’action dont bénéficient individuellement les agents aux frontières pour appliquer les réglementations et mesures diverses, le Conseil d’administration avait décidé de ne pas prendre de risques susceptibles de placer ses élèves, qui sont issus de multiples horizons culturels, dans des situations désagréables.

L’inquiétude de Howitt n’est pas infondée : Selon des informations, un certain nombre de citoyens canadiens musulmans originaires du Maroc – un pays qui n’est pas concerné par l’ordre de Trump – se seraient vus refuser l’entrée aux Etats Unis.

Ils avaient pourtant des passeports en règle et n’avaient jamais connu aucun problème de ce genre.

‘La décision de suspendre les voyages aux Etats Unis a été prise en raison du respect que nous accordons à la sécurité de nos élèves, ainsi qu’à leur bien-être et à leur intégrité’

Selon le porte–parole du GECDSB, Scott Scantlebury, la décision de suspendre les voyages aux Etats Unis a été prise « en raison du respect que nous accordons à la sécurité de nos élèves, ainsi qu’à leur bien-être et à leur intégrité ».

Le conseil d’administration représente approximativement 14 000 élèves étudiant dans 56 écoles élémentaires et quinze lycées répartis dans neuf municipalités différentes de la région sud-ouest de l’Ontario.

Scantlebury a déclaré au Times of Israël qu’il ne savait pas avec certitude le nombre de voyages effectués chaque année par les écoles du district au musée de l’Holocauste de Detroit. Deux voyages prévus au mois de février ont d’ores et déjà été annulés.

D’éventuelles visites futures dépendront de ce dont le conseil d’administration décidera à la fin du mois et selon l’évolution de l’interdiction de voyage.

Scantlebury a expliqué espérer que les visites au musée de l’Holocauste – qui présente actuellement une exposition spéciale sur Anne Frank jusqu’au mois de juin – pourront reprendre.

A l'intérieur du musée de l'Holocauste de Détroit à Farmington Hills, dans le Michigan. (Facebook)
A l’intérieur du musée de l’Holocauste de Détroit à Farmington Hills, dans le Michigan. (Facebook)

« L’étude de l’Holocauste fait partie du programme d’études sociales de dixième année dans l’Ontario. Ces visites au musée sont une expérience exceptionnelle pour nos élèves », a-t-il dit.

Le directeur du musée de l’Holocauste, le rabbin Eli Mayerfeld, a indiqué pour sa part que son établissement appréciait ses relations avec les élèves de l’Ontario et qu’il espère bientôt leur retour.

« La mission poursuivie par le musée de l’Holocauste est de présenter les leçons de ce drame qui doit devenir un modèle en terme d’enseignement d’une conduite éthique et responsable. C’est pour cela que nous pensons que tous les élèves, depuis la huitième année jusqu’à la douzième année, doivent venir visiter le musée pour apprendre des choses sur l’Holocauste et les autres génocides et pour empêcher ces atrocités de se répéter.

A travers l’éducation, tout le monde peut entreprendre des actions positives pour combattre la haine et la bigoterie », a indiqué Mayerfeld.

Le parlementaire Brian Masse, qui représente la région de l’ouest de Windsor, a déclaré au Windsor Star que la politique est en train de changer les liens personnels et commerciaux entretenus par les Américains et les Canadiens des deux côtés de la frontière.

Il a expliqué que Trump était en train de construire « un mur virtuel » entre les deux pays, trouvant particulièrement « ironique » que les voyages scolaires dans un centre d’éducation à l’Holocauste doivent être annulés.

« S’il n’y a jamais eu un seul moment dans le monde où apprendre des choses sur le racisme, les préjugés et les vérités indicibles est devenu nécessaire, c’est bien maintenant », a estimé Masse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...