Rechercher

Des étudiants musulmans de l’UA refusent de participer à un seder interconfessionnel

L'association de l'Université américaine a annulé sa participation au repas de seder et d'iftar suite aux affrontements à Jérusalem, se disant "solidaire avec la Palestine"

Illustration : Le campus de l'American University à Washington, D.C., 2016. (Crédit: Raul Pacheco-Vega/ Creative Commons via la JTA)
Illustration : Le campus de l'American University à Washington, D.C., 2016. (Crédit: Raul Pacheco-Vega/ Creative Commons via la JTA)

JTA — Un groupe d’étudiants musulmans de l’American University devait coparrainer un événement interreligieux de seder et d’iftar cette semaine avec l’organisation Hillel, pour célébrer Pessah et le Ramadan.

Puis, dans un post Instagram samedi, l’Association des étudiants musulmans (MSA) de l’université de Washington a fait savoir qu’elle annulait sa participation à l’événement, citant le soutien d’Hillel à Israël au milieu des nouveaux affrontements violents de la semaine dernière à la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem sur le mont du Temple.

« Le soutien de Hillel à l’État d’Israël après cette attaque contredit nos valeurs de droits de l’homme et de justice et nous ne sommes pas en mesure de participer à un événement co-parrainé sur le campus pour le moment », a déclaré le groupe sur les réseaux sociaux. La veille, la police israélienne avait fait une descente dans la mosquée en réponse aux émeutes de Palestiniens sur le lieu saint.

« Nous sommes solidaires avec la Palestine », a poursuivi le message, qualifiant Israël « d’État colonial et d’apartheid ».

Le message du groupe d’étudiants a également déclaré qu’il n’avait découvert que Hillel serait co-sponsor de l’événement interconfessionnel qu’après que les étudiants musulmans aient accepté d’en faire partie ;  deux étudiants de premier cycle – un musulman et un juif – était à l’origine de cet événement.

Le directeur exécutif de l’AU Hillel, Jason Benkendorf, a déclaré à la Jewish Telegraphic Agency que le seder avait quand même eu lieu, avec d’autres partenaires du campus.

« Nous sommes déçus que la MSA ait choisi de ne pas participer et sommes blessés par sa décision d’exprimer son désaccord avec les actions d’Israël en boycottant la communauté juive de notre campus », a déclaré Benkendorf. « Nous pensons que cela ne correspond pas aux valeurs de notre campus. Quoi qu’il en soit, l’AU Hillel continuera à favoriser des événements significatifs d’engagement interreligieux et interculturel. »

Des Palestiniens affrontent les forces de sécurité israéliennes à la mosquée al-Aqsa, sur le mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 15 avril 2022. (Crédit : AP Photo/Mahmoud Illean)

Le site Web de la section Hillel met en lumière son travail pro-israélien, notamment en amenant des dizaines d’étudiants en Israël chaque année dans le cadre de voyages Taglit et en facilitant des « programmes éducatifs sur le campus au sujet d’Israël ».

Le branche de Washington de l’Anti-Defamation League (ADL) a condamné les actions de la MSA, qualifiant la déclaration de « rien de moins qu’un trope antisémite bien connu qui consiste à tenir les Juifs responsables des actions d’un autre gouvernement ».

Les branches du Campus Hillel, qui soutiennent la vie étudiante juive tout en s’associant à des initiatives pro-israéliennes comme Birthright, se sont retrouvées, tout comme d’autres groupes juifs libéraux, accusées par des militants pro-palestiniens de soutenir un agenda pro-israélien. En décembre, la chef du bureau de San Francisco du Conseil des relations américano-islamiques a déclaré qu’Hillel était un exemple de groupes juifs qu’elle qualifiait de « sionistes polis » et qui, en conséquence, devraient être combattus par des militants pro-palestiniens.

Le mois dernier, une campagne de boycott d’Israël à l’Université Tufts près de Boston a demandé aux étudiants de refuser de rejoindre des groupes de campus ou des programmes « qui normalisent ou profitent » à Israël, notamment les groupes étudiants tels que les Amis d’Israël de Tufts, TAMID et J Street U, une branche universitaire du groupe politique libéral qui plaide pour une solution à deux États.

Le mois dernier, l’Association des étudiants musulmans de l’UA a été l’un des co-sponsors d’une visite prévue sur le campus de l’écrivain palestinien controversé Mohammed El-Kurd, que des groupes juifs ont accusé de répandre des tropes antisémites dans sa prose et sur les réseaux sociaux ; une pétition a circulé pour protester contre sa venue. L’événement a finalement été déplacé vers un lieu hors du campus, une décision qui, selon El-Kurd à l’époque, n’avait rien à voir avec la pression universitaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...