Des experts prônent la fermeture des raffineries de pétrole à Haifa d’ici 10 ans
Rechercher

Des experts prônent la fermeture des raffineries de pétrole à Haifa d’ici 10 ans

Le comité du conseiller national Avi Simhon souhaite la fermeture des installations de stockage de pétrole de Bazan et Kiryat Haim et le transfert de Haifa Chemicals dans le Néguev

Vue des raffineries de pétrole de Haïfa et d'autres zones industrielles, le 5 mai 2017. (Yaniv Nadav/Flash90/File)
Vue des raffineries de pétrole de Haïfa et d'autres zones industrielles, le 5 mai 2017. (Yaniv Nadav/Flash90/File)

Un comité de hauts fonctionnaires créé au sein du bureau du Premier ministre a recommandé lundi la fermeture « dès que possible et dans un délai maximum de dix ans » des raffineries de pétrole polluantes du groupe Bazan dans la baie de Haïfa, dans le nord d’Israël, et de son complexe de stockage de pétrole à Kiryat Haim, à proximité, ainsi que le transfert de l’usine d’engrais Haifa Chemicals de là vers le désert du Néguev, dans le sud.

Le comité a publié son « projet de plan stratégique gouvernemental » pour recueillir les commentaires du public, avant de conseiller officiellement le gouvernement. Elle a déclaré que la fermeture des installations devait être conditionnée au maintien de la sécurité énergétique du pays.

Le comité, dirigé par Avi Simhon, chef du Conseil économique national au sein du bureau du Premier ministre, a proposé de soutenir l’un des deux plans pour le développement résidentiel, commercial et industriel léger de la baie, qui sera situé dans un grand parc métropolitain. Les deux plans varient quant à la quantité de terres affectées aux différentes fonctions.

En juin dernier déjà, M. Simhon avait déclaré que le complexe pétrochimique de Bazan, qui appartient à la société Israel Corporation de la famille Ofer, devrait être fermé dans les cinq ans et remplacé par un centre moderne, vert, de haute technologie et résidentiel.

Confrontés à une pollution atmosphérique importante et à une incidence supérieure à la moyenne de cancers et de maladies respiratoires, les habitants de Haïfa, soutenus par des militants écologistes, font campagne depuis des années pour la fermeture du complexe.

Gila Gamliel, ministre de la Protection de l’environnement. (Ministère de la Protection de l’environnement)

La ministre de la Protection de l’environnement, Gila Gamliel, qui a poussé à la création du comité en octobre avec le soutien du Premier ministre, a déclaré qu’il « s’agit d’une autre étape importante vers la réduction de la dépendance de l’État d’Israël aux combustibles fossiles polluants [et…] la réalisation de la vision des énergies renouvelables ».

Elle a déclaré qu’il y avait eu une opposition « généralisée » de la part « d’individus fortunés et de divers organismes qui ont tenté de torpiller l’initiative », et a appelé les fonctionnaires du ministère des Finances et l’Autorité des Terres d’Israël à agir dans l’intérêt public et environnemental et à « ignorer les pressions exercées sur les membres du comité ».

Mme Gamliel a ajouté qu’il était important de nommer et de budgétiser correctement une direction pour le développement de la baie de Haïfa au sein du bureau du Premier ministre.

L’organisation de défense de l’environnement Adam Teva V’Din a demandé au gouvernement de fixer une date limite contraignante pour la fermeture des centrales et de veiller à ce que les entreprises, et non le public, paient pour réparer les dégâts laissés après l’évacuation.

Il a également souligné la nécessité d’un examen complet de l’ensemble de l’économie, et en particulier de l’industrie du raffinage, à la lumière de la nécessité de réduire les gaz à effet de serre.

Vue des anciennes tours de refroidissement du complexe de raffinerie de pétrole du groupe Bazan, le 12 juin 2020, quelques heures après l’effondrement de l’une d’entre elles. (Meir Vaknin/Flash90)

Bazan – dont l’une des anciennes tours de refroidissement emblématiques s’est effondrée en juin – occupe 526 acres (213 hectares) dans la baie de Haïfa, à proximité des zones les plus densément peuplées du nord d’Israël. Sa raffinerie importe du pétrole brut pour fabriquer une gamme de produits raffinés (distillats) destinés à l’industrie, aux transports et à l’agriculture. Ses filiales fabriquent des produits allant du bitume pour les revêtements routiers aux cires, huiles, lubrifiants et polymères. ICL (Israel Chemicals), possède également une usine d’engrais.

« Comme le comité l’a déterminé, il existe des projets à long terme qui constituent des conditions de base et initiales pour toute discussion sérieuse, parmi lesquels l’établissement d’installations de stockage pour les distillats de carburant et la construction d’un nouveau port à Haïfa pour [l’importation] de distillats. Bazan espère que la poursuite du travail du gouvernement sur ce sujet sera professionnelle et basée sur des données et des faits, tout en comprenant l’importance économique du respect des obligations contractuelles, avec une réflexion à long terme. »

Simhon, conseiller économique national du gouvernement, a mis en place en 2018 un comité interministériel chargé d’examiner l’avenir des usines de Bazan, et a fait appel au cabinet international de conseil en gestion McKinsey, dont le rapport sur les différentes options a finalement été rendu public en juin dernier, mais avec de grandes parties expurgées.

Le président du Conseil économique national, le professeur Avi Simhon, s’adresse au comité de la Knesset sur le fonds souverain, le 11 août 2020. (Adina Velman)

Dans le projet de rapport publié lundi, le comité a noté la stagnation qu’a connue Haïfa – la troisième plus grande ville d’Israël – en général et la zone de la baie en particulier au cours des dernières décennies, les quantités anormales de benzène cancérigène et d’autres produits chimiques dans l’air et les niveaux excessifs de cancer à proximité de la zone industrielle, le fait que le groupe Bazan soit « en tête » de la liste des 10 usines ayant l’impact environnemental le plus négatif en Israël depuis des années, et ses violations répétées des permis et licences d’émission – 150 fois rien qu’entre 2017 et 2019. Il a également noté l’emplacement de la baie sur une faille sismique active.

Parmi plusieurs analyses réalisées pour la commission, l’une d’entre elles indiquait que, si les fermetures entraîneraient la perte de 1 795 emplois, beaucoup d’autres seraient créés par la transformation de la zone de la baie en une ruche de développement tirant parti de la situation géographique de Haïfa, de ses réseaux de transport et de sa proximité avec des centres de connaissances, tels que le Technion – Institut israélien de technologie, l’Université de Haïfa et plusieurs hôpitaux.

Plans pour une nouvelle baie d’innovation dans la ville de Haïfa, au nord, après le démantèlement de l’industrie polluante des raffineries de pétrole, le 29 juin 2020. (Capture d’écran, Commission des affaires intérieures et de l’environnement de la Knesset)

La mise en œuvre des plans de développement de la baie de Haïfa fera entrer des sommes importantes dans les caisses de l’Autorité des Terres d’Israël, principalement grâce à la commercialisation de terrains pour des unités de logement et des emplois, indique le rapport. En revanche, des sommes importantes devront être investies et il est important de dialoguer avec les entreprises dont les activités doivent cesser.

Le comité est composé des directeurs généraux du bureau du Premier ministre, des ministères de la Protection de l’environnement, de l’Énergie, de l’Économie et de l’Industrie, de l’Intérieur et de la Défense, du chef du département des budgets du ministère des Finances, des chefs du Conseil de sécurité nationale, du Conseil économique national, de l’Autorité des Terres d’Israël et du Conseil national de planification, ainsi que du procureur général.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...