Des explosions entendues dans un bâtiment du Hezbollah près de Damas
Rechercher

Des explosions entendues dans un bâtiment du Hezbollah près de Damas

Les médias locaux ont également signalé une bataille entre rebelles, troupes syriennes et combattants du Hezbollah dans le sud de la Syrie

Les forces du régime syrien le 9 mai 2015 dans la région de Qalamun. (Crédit : AFP PHOTO / STR)
Les forces du régime syrien le 9 mai 2015 dans la région de Qalamun. (Crédit : AFP PHOTO / STR)

Une série d’explosions a été entendue dans un complexe militaire appartenant au groupe terroriste libanais du Hezbollah près de la capitale syrienne de Damas, ont signalé les médias locaux en début de matinée jeudi.

Selon les médias locaux, une « attaque non identifiée » a également été signalée contre les forces du Hezbollah et les troupes du gouvernement syrien dans une banlieue de Daraa, dans le sud de la Syrie, sur le plateau du Golan syrien. Les médias israéliens précisaient que l’attaque était une bataille entre les combattants rebelles et les forces syriennes et du Hezbollah.

Les incidents ont d’abord été signalés par Sky News Arabic.

Les explosions près de la capitale syrienne, selon les médias, ont eu lieu dans la région montagneuse de Qalamoun.

Ces incidents ont lieu deux jours après une attaque chimique présumée des forces syriennes contre les civils syriens dans la ville rebelle de Khan Sheikhoun, où au moins 70 personnes ont été tuées, dont plus de 20 enfants.

La Syrie a démenti être impliquée dans cette attaque et son allié, la Russie, a déclaré qu’une attaque aérienne syrienne avait touché un stock d’armes chimiques des rebelles.

Les premières évaluations des États-Unis ont estimé que du gaz chloré avait été utilisé et ont trouvé des traces de l’agent neurotoxique sarin dans l’attaque de mardi, selon deux responsables américains qui n’étaient pas autorisés à parler publiquement de l’affaire et qui l’ont fait sous couvert de l’anonymat.

Les officiers israéliens des Renseignements militaires estiment également que les forces gouvernementales syriennes étaient responsable de l’attaque. Israël pense aussi qu’Assad a encore des tonnes d’armes chimiques dans son arsenal, malgré l’opération menée il y a trois ans par l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques pour débarrasser le gouvernement syrien de son stock d’armes chimiques.

Le mois dernier, les tensions se sont rapidement intensifiées entre Israël et la Syrie lorsque des avions israéliens ont frappé des armes destinées aux Hezbollah près de Palmyre et que l’armée syrienne a tiré des missiles sur les avions israéliens.

Un missile a été intercepté par la batterie israélienne de défense antimissile Arrow, ont déclaré des responsables militaires. C’était la première fois que le système de défense avait été utilisé. Cet incident est l’incident le plus grave qu’il y a eu entre les deux pays depuis que la guerre civile syrienne a commencé il y a six ans.

Un certain nombre de frappes aériennes, qui ont suivi, ont été attribuées à Israël, tout comme une attaque de drone, qui aurait tué un membre d’une milice syrienne pro-régime.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...