Des femmes veulent aider les femmes dans le domaine des technologies de la santé
Rechercher

Des femmes veulent aider les femmes dans le domaine des technologies de la santé

Le programme We@Heathtech espère propulser les jeunes femmes cadres à des postes de direction ; "Nous pouvons soit nous plaindre, soit changer les choses", déclare sa co-fondatrice

De gauche à droite : Dorit Sokolov, Yael Gruenbaum-Cohen, Ronit Harpaz et Irit Yaniv, les fondatrices de We@Heathtech. (Autorisation)
De gauche à droite : Dorit Sokolov, Yael Gruenbaum-Cohen, Ronit Harpaz et Irit Yaniv, les fondatrices de We@Heathtech. (Autorisation)

La semaine dernière, le gouvernement a créé un nouveau cabinet réduit pour le coronavirus, réduisant ses membres de 16 à 10 – tous des hommes.

C’est exactement le genre de choses qu’un nouveau programme nommé We@Healthtech tente de combattre, a déclaré la Dr. Irit Yaniv, partenaire fondatrice d’Almeda Venture Fund, un nouveau fonds de partenariat en actions, qui compte 20 ans d’expérience dans l’industrie des sciences de la vie en Israël.

« La prochaine fois, il y aura aussi des femmes dans ce genre de commission », a juré Yaniv lors d’un entretien téléphonique. « Ce genre de choses ne devrait plus se produire, ni ici en Israël ni ailleurs. »

We@Healthtech espère propulser les jeunes femmes cadres à des postes de direction dans le secteur des technologies de la santé en les encadrant et en leur faisant suivre un programme de huit mois de conférences et d’événements de réseautage.

Une conférence organisée par We@Heathtech. (Autorisation)

« Nous devons changer les perceptions des femmes elles-mêmes », a déclaré Dorit Sokolov, directrice générale d’aMoon Fund, le plus grand fonds de santé en Israël, l’une des cofondatrices de l’initiative. « Si les femmes comprennent qu’il y a un fossé et comment elles peuvent accéder à des postes de direction et devenir directrices au sein de conseils d’administration, alors c’est le moyen de parvenir au changement, et non de se plaindre du pourquoi des choses.

« Nous pouvons nous plaindre et accuser tout le monde – ou agir, et provoquer un changement de l’intérieur. »

Le programme, qui a débuté en juin, a été mis en place avec le 8400 Health Network, une organisation à but non lucratif créée par le milliardaire de la cybersécurité Marius Nacht, qui cherche à faire d’Israël un leader mondial dans le domaine des soins de santé.

Yaniv, Sokolov, Ronit Harpaz et le Dr. Yael Gruenbaum-Cohen, qui ont créé We@Heathtech, sont déjà à l’avant-garde du secteur des sciences de la vie en Israël. Elles estiment qu’il est de leur devoir d’ouvrir la voie à d’autres femmes à des postes de direction dans le secteur de la santé.

« Vous ne pouvez pas être ce que vous ne voyez pas », a déclaré Mme Harpaz, PDG et cofondatrice d’Endoron Medical, qui a mis au point un dispositif ressemblant à une suture pour traiter les anévrismes de l’aorte abdominale, et qui est un business angel [investisseur providentiel] de NEOME – Women Investing Club.

Une conférence WE@HealthTech organisée via Zoom. (Autorisation)

« Nous avons construit le programme WE@HealthTech de huit mois avec cette devise à l’esprit, et nous visons à propulser les jeunes femmes cadres aux postes de direction du secteur israélien des technologies de la santé en les mettant en contact avec des femmes leaders inspirantes et performantes. »

Parmi ces dernières, se trouvent notamment la professeure Rivka Carmi de l’université Ben Gurion du Néguev, première femme à être nommée présidente d’une université israélienne, et la Dr. Anat Cohen-Dayag de Compugen, l’une des deux seules femmes PDG dont les entreprises sont incluses dans l’indice de référence TA-125, a déclaré Harpaz.

Les données fournies par We@Healthtech montrent que les femmes représentent 30 % de la scène technologique israélienne, et que seulement 18 % occupent des postes de direction. Dans le secteur des technologies de la santé, les femmes représentent 70 % de la main-d’œuvre, mais seulement 12 % des postes de direction, selon les données.

Dans le domaine des technologies de la santé, plus on monte dans l’échelle, moins on voit de femmes, dit Yaniv, « les femmes restent en arrière ».

« Il y a des femmes qui sont arrivées au sommet, mais elles sont peu nombreuses », a déclaré Mme Yaniv. « La plupart du temps, lorsque nous regardons autour de nous, dans les réunions et autres lieux, nous sommes les seules femmes présentes. »

Selon les femmes de We@Healthtech, il y a plusieurs raisons à ce sombre tableau.

Les personnes occupant des postes de haut niveau – principalement des hommes – ont tendance à se lier avec des personnes similaires, d’autres hommes, sur la base d’un réseau de relations existant. Les femmes ont tendance à sous-estimer leurs capacités et à fuir les opportunités et les positions entrepreneuriales risquées lorsqu’elles leur sont présentées. Elles ont également tendance à éviter l’autopromotion et à s’abstenir d’exiger un salaire et des postes plus élevés par crainte de perdre leur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. En outre, les cadres, hommes et femmes, ont des préjugés à l’égard des jeunes mères.

Pourtant, des recherches ont montré que les entreprises publiques dont les conseils d’administration sont composés de femmes sont plus performantes que les conseils qui ne comptent que des hommes, en termes de rentabilité, de productivité et d’engagement de la main-d’œuvre.

« Goldman Sachs a déclaré qu’il n’allait pas introduire une entreprise en bourse à moins qu’il n’y ait au moins un membre du conseil d’administration qui soit diversifié, avec un accent particulier sur les femmes », a déclaré M. Gruenbaum-Cohen, directeur de Medison Ventures, la branche de la société pharmaceutique mondiale Medison Pharma, et PDG d’Andlit Therapeutics. « Nous avons une opportunité unique et un élan dans notre écosystème en pleine croissance en Israël pour remanier la diversité de la gestion. »

L’organisation espère inculquer aux femmes qui rejoignent son cours des compétences professionnelles non techniques, notamment comment négocier, comment parler d’argent sans se sentir mal à l’aise et comment établir un réseau efficace.

« Nous voulons créer un groupe de femmes qui ont la capacité d’assumer de plus en plus de rôles de direction, qui comprennent et s’intéressent à cela et qui disposent d’un large réseau avec d’autres femmes et d’autres modèles », a déclaré Mme Sokolov.

Créer une « toile d’araignée »

Le programme vise à donner aux participants un réseau de pairs et de femmes qui occupent déjà des postes de direction, et à créer une communauté de membres qui continueront à interagir les unes avec les autres. Les membres devraient pouvoir se téléphoner pour obtenir des conseils ou des recommandations, et ainsi gravir les échelons.

« Généralement, les femmes préfèrent rentrer chez elles et ne restent pas pour une tasse de café supplémentaire ou pour discuter avec les autres membres du bureau », a déclaré Mme Yaniv. Les hommes israéliens ont un réseau de relations solide grâce à leur service militaire, a-t-elle ajouté.

Grâce à cette « toile d’araignée » de personnes qui les soutiennent, les femmes sauront que « pour leur prochain emploi, il y a quelqu’un qui les aidera à ouvrir la porte », a déclaré Mme Yaniv. « Mais avant tout, il est important qu’elles se disent : ‘Je veux ce travail, je veux y arriver.’ Et ensuite, elles regarderont autour d’elles et verront qui peut les aider. »

Les candidates au programme peuvent provenir de différents milieux : universités, hôpitaux, fonds de capital-risque, incubateurs de technologies de la santé, prestataires de soins de santé, hôpitaux et entreprises. Tout ce qu’elles doivent prouver, c’est qu’elles ont le potentiel nécessaire pour atteindre des postes de cadres supérieures et qu’elles occupent déjà un poste de cadre inférieure dans ce domaine.

« Le changement doit commencer par nous, les femmes », a déclaré Mme Sokolov. « Les jeunes femmes doivent viser plus haut et apprendre à aller plus loin et à le demander. »

« Nous devons changer les mentalités. Nous ne pouvons pas attendre que le monde change pour nous, nous devons faire le changement. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...