Rechercher

Des fidèles s’opposent à la police et brisent des barrières sur le mont Meron

Jeudi, des troubles ont éclaté, au lendemain d'une veillée paisible sur la tombe du rabbin Shimon bar Yochai. La police aurait renoncé à tenter de réguler la foule

Des fidèles Haredim se sont introduits par effraction dans l’enceinte du mont Meron et célèbrent LagBaOmer dans une cour, le 19 mai 2022 (Crédit : Capture d’écran)
Des fidèles Haredim se sont introduits par effraction dans l’enceinte du mont Meron et célèbrent LagBaOmer dans une cour, le 19 mai 2022 (Crédit : Capture d’écran)

Des dizaines de fidèles ultra-orthodoxes ont franchi les barrières mises en place par la police pour accéder à la tombe du rabbi Shimon bar Yochai, sur le Mont Meron jeudi après-midi. Le chaos s’est donc invité à la fête de Lag BaOmer, alors que la police avait, depuis mercredi soir, réussi à réguler l’affluence.

Des images donnent à voir des policiers s’affrontant à des pèlerins qui tentaient de pénétrer dans l’enceinte. On les voit ensuite se rassembler et faire la fête dans la cour centrale du sanctuaire après avoir forcé les barrières, au milieu d’une foule nombreuse. Il s’agit exactement du genre d’évènement que la police souhaitait empêcher, pour des raisons de sécurité.

De nouvelles règles avaient été édictées cette année, un an après la tragédie qui avait coûté la mort à 45 personnes, piétinées lors de la catastrophe civile la plus meurtrière de toute l’histoire d’Israël.

Le site haredi Behadrei Haredim a indiqué que plusieurs personnes avaient été arrêtées et que la police avait sauvé un certain nombre d’enfants, menacés par les mouvements de foule.

La police a expliqué que les barrières démolies par les pèlerins étaient là pour séparer les hommes des femmes, et qu’un certain nombre de femmes et d’enfants à l’intérieur au moment des faits avaient dû être exfiltrés en urgence afin de ne pas être blessés.

Des séquences vidéo de la scène montrent des hommes en train de démolir sans ménagement les barrières métalliques, à coups de pied parfois assortis de jets de pièces de métal.

« Les policiers ont sauvé les femmes et les enfants présents au mémorial. Ils s’efforcent d’éviter une bousculade et une nouvelle tragédie », a indiqué la police.

« À ce stade, tous les services de navette vers la montagne ont été interrompus. Le public est prié de ne pas essayer de se rendre sur le site », a ajouté la police.

Behadrei Haredim a rapporté que la police avait par la suite enlevé certaines barrières et renoncé à réguler la foule massée à l’entrée du site, les laissant entrer librement.

Contrairement aux années passées, où des centaines de milliers de personnes se pressaient au sanctuaire situé à flanc de montagne, la police a cette année limité l’entrée à 16 000 personnes, à la colère de certains pèlerins.

Environ 8 000 policiers avaient été déployés aux environs de la tombe, mercredi, pour faire respecter les nouvelles règles de sécurité.

L’ordre a globalement été maintenu mercredi et jeudi, bien que quelques affrontements avec la police aient été signalés.

À l’intérieur de l’enceinte, la foule était nettement moins nombreuse que les années précédentes. « C’est vide », s’est plaint un pèlerin, qui a déclaré avoir voyagé quatre heures depuis Jérusalem, pour n’être autorisé à rester dans le sanctuaire que 30 secondes.

Les autorités ont mis en place une série de mesures de sécurité destinées à éviter que ne se reproduise la tragédie de l’an dernier, par une limitation de l’affluence, un accès conditionné à l’achat d’un billet et une organisation repensée.

Le gouvernement a également demandé la fixation d’escaliers et d’infrastructures autour du complexe pour en renforcer la sécurité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...