Des habitants d’une ville arabe de Cisjordanie ont refusé d’aider les fugitifs
Rechercher

Des habitants d’une ville arabe de Cisjordanie ont refusé d’aider les fugitifs

Les recherches des deux derniers fugitifs se concentrent sur la vallée de Jezreel et Jénine ; les responsables craignent qu'un raid en Cisjordanie ne provoque une escalade

La police des frontières israélienne dans le village de Naura à la recherche de six fugitifs palestiniens qui se sont échappés d'une prison de haute-sécurité dans le nord d'Israël, le 7 septembre 2021. (Crédit : Flash90)
La police des frontières israélienne dans le village de Naura à la recherche de six fugitifs palestiniens qui se sont échappés d'une prison de haute-sécurité dans le nord d'Israël, le 7 septembre 2021. (Crédit : Flash90)

Après s’être évadés de la prison de haute sécurité de Gilboa tôt le lundi 6 septembre, les six terroristes palestiniens se sont dirigés à pied vers la ville arabe voisine de Naura, à environ 7 kilomètres de la prison, où ils ont supplié plusieurs habitants de les conduire à la ville de Jénine en Cisjordanie, mais essuyé des refus, ont rapporté dimanche les médias israéliens.

Citant des détails divulgués lors de l’interrogatoire par le Shin Bet des quatre évadés qui ont été retrouvés, notamment de l’ancien chef de la Brigade des martyrs d’Al-Aqsa terroriste Zakaria Zubeidi, les rapports détaillent les premières actions des fugitifs dans les premières heures qui ont suivi leur évasion.

Après avoir été repoussés par les habitants, les six hommes ont passé moins d’une heure dans une mosquée locale où ils se sont douchés et changé de vêtements avant de quitter la ville. Les enquêteurs israéliens avaient d’abord cru qu’ils y avaient passé la nuit.

La police a capturé deux des fugitifs à Nazareth vendredi soir. Quelques heures plus tard, deux autres – dont Zubeidi – ont été appréhendés dans la ville voisine de Shibli-Umm al-Ghanam. Dans les deux cas, les Arabes israéliens qui ont rencontré les fugitifs ont signalé leur présence suspecte aux autorités, ce qui a contribué à leur capture.

Les médias ont souligné que le refus des résidents d’emmener Zubeidi et ses complices en Cisjordanie illustrait une fois de plus le refus des citoyens arabes d’être complices de l’évasion, ainsi que les intentions des fugitifs d’essayer de rejoindre la Cisjordanie.

Après avoir appris qu’un nombre important de forces de sécurité avaient été déployées le long de la frontière avec la Cisjordanie, les six fugitifs ont décidé de se séparer en trois groupes de deux et de se cacher dans le nord d’Israël, ont déclaré les fugitifs capturés au Shin Bet.

Le radiodiffuseur public Kan a indiqué que si les quatre fugitifs retrouvés coopèrent largement à leurs interrogatoires, ils n’ont pas été en mesure de fournir des détails spécifiques sur la localisation des deux derniers fugitifs.

Cependant, les forces de sécurité pensent se rapprocher de l’endroit où se trouvent les deux derniers – Iham Kamamji et Munadil Nafiyat – tous deux membres du groupe terroriste du Jihad islamique, les recherches se concentrant sur la vallée de Jezreel et Jénine en Cisjordanie.

Haaretz a rapporté dimanche qu’Israël disposait d’une vidéo de surveillance, montrant apparemment l’un des suspects en train de franchir une brèche dans la clôture de sécurité près du village de Jalameh, dans le nord de la Cisjordanie.

Le ministre de la Sécurité intérieure, Omer Barlev, y a fait allusion lors d’une interview sur la Douzième chaîne d’information samedi : « On estime que l’un d’entre eux a réussi à se rendre en Cisjordanie. L’autre pourrait se trouver de part et d’autre de la Ligne verte », a-t-il déclaré. « Nous les attraperons », a-t-il ajouté.

« Ce n’est qu’une question de temps avant que l’establishment de la défense n’attrape les deux autres terroristes », a déclaré dimanche le chef d’état-major de l’armée israélienne Aviv Kohavi.

« On ne s’arrêtera pas tant qu’ils ne seront pas attrapés », a ajouté Kohavi.

Un soldat israélien prend position le long de la frontière entre le nord de la Cisjordanie, près de Jénine, et Israël, alors qu’ils recherchent deux Palestiniens qui se sont échappés d’une prison à sécurité maximale la semaine dernière, sur une route menant à la ville de Jénine en Cisjordanie, près de Gan Ner Israël, le 12 septembre 2021. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)

Toutefois, Kan a déclaré que l’on craignait de plus en plus que la capture des fugitifs ne devienne beaucoup plus compliquée s’ils ont effectivement réussi à atteindre le camp de réfugiés surpeuplé de Jénine, qui est en grande partie une zone interdite aux forces israéliennes et à celles de l’Autorité palestinienne.

Cela nécessiterait un raid de Tsahal qui non seulement augmenterait les risques de pertes israéliennes, mais rendrait également beaucoup plus difficile la capture des fugitifs vivants. Israël craint de faire d’eux des martyrs, étant donné qu’ils ont déjà été largement idolâtrés par une grande partie de l’opinion publique palestinienne pour leur audacieuse évasion.

Tuer les deux fugitifs serait également susceptible de déclencher des attaques de vengeance du Jihad islamique, ce qui pourrait conduire à une escalade de la violence, a déclaré Kan, citant des responsables de la sécurité.

Des coups de feu nourris ont été entendus dans la région de Jénine dimanche, les forces de sécurité israéliennes ayant essuyé des tirs pendant la chasse à l’homme.

Les médias palestiniens ont rapporté que des hommes armés avaient ouvert le feu sur les troupes israéliennes près de la ville d’Araqah, à l’ouest de la ville de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie.

Mais un porte-parole de l’armée israélienne a déclaré au Times of Israël que l’armée n’avait pas connaissance de cet incident.

Zakaria Zubeidi arrive pour une audience à la cour de district de Nazareth, le 11 septembre 2021. (Crédit : David Cohen/Flash90)

À part Zubeidi, un chef du groupe terroriste de la Brigade des martyrs d’Al-Aqsa du Fatah, qui était en prison alors qu’il était jugé pour une vingtaine de crimes, dont une tentative de meurtre, les cinq autres étaient tous membres du Jihad islamique palestinien.

Yaqoub Qadiri et Mahmoud al-Arida, ce dernier étant considéré comme l’architecte de l’évasion, ont été arrêtés vendredi soir dans la ville de Nazareth, dans le nord du pays.

Al-Arida, considéré comme un membre haut placé du Jihad islamique, a été emprisonné à vie pour activités terroristes, notamment pour des attaques au cours desquelles des soldats ont été tués. Qadiri purgeait également des peines de prison à vie pour des actes de terrorisme, dont le meurtre d’un Israélien en 2004. Les deux hommes auraient été impliqués dans une tentative d’évasion de Gilboa en 2014.

Mohammed al-Arida arrive à une audience à la cour de district de Nazareth, le 11 septembre 2021. (Crédit :David Cohen/Flash90)

Zubeidi et Mohammed al-Arida, le frère cadet de l’architecte présumé de l’évasion, ont ensuite été repris par des agents de la police antiterroriste israélienne près de la ville de Shibli-Umm al-Ghanam, dans le nord du pays, vers 5 heures du matin samedi.

Le jeune al-Arida a été arrêté en 2002 pour des délits de terrorisme et condamné à la prison à vie.

Deux des six détenus qui se sont échappés de la prison de Gilboa, Yaquob Qadiri (à gauche) et Mahmoud al-Arida, après avoir été recapturés dans la ville de Nazareth, dans le nord du pays, le 10 septembre 2021. (Crédit : police israélienne)

Kamamji purgeait une peine de prison à vie au moment de l’évasion de lundi, pour avoir tué un Israélien de 18 ans en 2006.

Nafayat n’a pas été inculpé d’un autre crime que celui d’être membre du Jihad islamique et était détenu dans le cadre d’une procédure de détention administrative, qui permet d’emprisonner des suspects sans déposer de plainte.

Les six détenus se sont échappés de la prison de Gilboa lundi matin à l’aube, en passant par le système de drainage de leur cellule et un espace vide sous la prison.

L’évasion a mis en évidence une série de défaillances au sein de la prison, et le ministre de la Sécurité publique, Barlev, a déclaré jeudi qu’il avait décidé de former une commission gouvernementale pour enquêter sur l’incident.

Parmi les manquements apparents, on peut citer l’incapacité à tirer les leçons des précédentes tentatives d’évasion et plusieurs bévues opérationnelles, notamment des miradors non surveillés et des gardiens endormis.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...