Des ‘haredim agressent et lancent des objets sur un soldat à Jérusalem
Rechercher

Des ‘haredim agressent et lancent des objets sur un soldat à Jérusalem

Le militaire qui se trouvait dans le quartier de Mea Shearim a été mis à l'abri par des officiers de police ; il a été légèrement blessé à la main

Les forces de sécurité israéliennes montent la garde pendant une manifestation de Juifs ultra-orthodoxes contre les commerces ouverts le samedi et le recrutement des ultra-orthodoxes dans l'armée,  aux abords du quartier de  Mea Shearim à Jérusalem, le 3 juin 2017 (Crédit :  Yonatan Sindel/Flash90)
Les forces de sécurité israéliennes montent la garde pendant une manifestation de Juifs ultra-orthodoxes contre les commerces ouverts le samedi et le recrutement des ultra-orthodoxes dans l'armée, aux abords du quartier de Mea Shearim à Jérusalem, le 3 juin 2017 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La police a fait savoir jeudi qu’un soldat avait été attaqué par une foule de Juifs ultra-orthodoxes alors qu’il traversait le quartier de Mea Shearim à Jérusalem.

D’après la police, des dizaines d’émeutiers ont projeté des objets sur le soldat de l’armée tout en l’insultant.

Il a été mis à l’abri par des officiers de police arrivés sur les lieux et a été soigné pour une blessure légère à la main.

« La police israélienne emploiera tous les moyens à sa disposition pour identifier ceux qui ont pris part à des agressions verbales ou physiques sur des hommes en uniforme et les traduira en justice », a fait savoir la police dans un communiqué.

Une très grande partie de la communauté haredi fuit le service militaire obligatoire que doivent faire la plupart des Israéliens et bénéficie historiquement d’exemptions pour se consacrer aux études religieuses.

Des centaines de Juifs ultra-orthodoxes s’opposent à la police israélienne lors d’une manifestation à Jérusalem le 10 avril 2014, à la suite due l’arrestation d’un Haredi qui refusait de faire son service militaire. (Yonatan Sindel/Flash90)

Les élections de mardi ont été provoquées par le refus du fervent laïc Avigdor Liberman du parti de droite Yisrael Beytenu d’entrer dans la coalition dirigée par Benjamin Netanyahu au lendemain du scrutin d’avril, à moins qu’une loi formalisant les exemptions au service militaire pour les étudiants séminaristes soit adoptée sans changement, une demande que les partis ultra-orthodoxes du gouvernement potentiel ont rejetée.

Mercredi, Liberman a de nouveau insisté sur le fait que le projet de loi sur la conscription des ultra-orthodoxes faisait partie de ces conditions pour rejoindre toute coalition.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...