Des Haredim brûlent des masques lors d’une mobilisation de masse à Brooklyn
Rechercher

Des Haredim brûlent des masques lors d’une mobilisation de masse à Brooklyn

De violentes manifestations ont mis à nu la frustration des Juifs hassidiques locaux, qui sont maintenant au centre de la résurgence de la Covid à New York depuis le printemps

Des résidents orthodoxes du quartier de Borough Park brûlent des masques et bloquent des bus publics à New York, le 6 octobre 2020. (Capture écran / WhatsApp via JTA)
Des résidents orthodoxes du quartier de Borough Park brûlent des masques et bloquent des bus publics à New York, le 6 octobre 2020. (Capture écran / WhatsApp via JTA)

JTA – Les protestations des juifs orthodoxes contre l’interdiction des rassemblements dans leurs quartiers à New York ont pris une tournure parfois violente mardi soir, alors que des foules de jeunes hommes manifestaient dans les rues de Borough Park.

La manifestation, qui s’est déroulée tard dans la nuit dans un quartier très orthodoxe de Brooklyn, visait à obtenir de nouvelles restrictions qui permettraient de fermer des écoles, de limiter la fréquentation des services des synagogues et de fermer des commerces non essentiels dans les zones où la réglementation COVID-19 est en vigueur.

Les manifestants ont mis le feu à une pile de masques. Ils ont encerclé un bus de la ville qui circulait dans la zone et chassé un journaliste de la zone.

Dans un épisode particulièrement violent, un homme – le frère de Mordy Getz, un homme d’affaires orthodoxe bien connu qui s’était exprimé ouvertement sur la nécessité des masques et de la distanciation sociale au début de la pandémie – a été si sévèrement violenté par les manifestants après avoir pris une vidéo de la scène qu’il a été conduit à l’hôpital. Les spectateurs ont pu l’entendre le traiter de « moser« , un homme qui informe les autorités sur ses compatriotes juifs et qui, selon certaines autorités juridiques juives dont Maïmonide, peut être tué à cause de cela, une insulte appliquée à son frère en avril dernier, alors qu’il était placé sur une civière pour être emmené à l’hôpital.

Les protestations ont révélé la frustration ressentie par les Juifs orthodoxes locaux qui sont maintenant au centre de la première résurgence généralisée du COVID à New York depuis le printemps. De nombreux membres de la communauté pensent que les responsables de la ville et de l’État ciblent injustement les Juifs orthodoxes, déjà vulnérables à l’antisémitisme, dans leur réponse à la pandémie. Mardi, les élus locaux et les dirigeants de la communauté ont juré de résister aux dernières règles, par le biais de procédures judiciaires et de désobéissance civile.

« Nous ne fermerons pas », a averti l’animatrice de radio et célébrité locale Heshy Tischler sur les acclamations de la foule rassemblée. Plus tard, il a déclaré aux manifestants : « Vous êtes mes soldats. Nous sommes en guerre. »

Dov Hikind, un ancien membre de l’Assemblée nationale qui est un leader de la communauté, a regretté la forme que prenaient les protestations.

« J’ai honte de ce qui s’est passé », a affirmé Dov Hikind. « Lever la main et toucher une autre personne, juive ou non juive, blesser quelqu’un et le voir se retrouver à l’hôpital, quelle tragédie ».

Il a ajouté : « S’il y avait eu hier soir une manifestation organisée par les chefs de communauté et les élus où tout le monde portait un masque, alors bien sûr il n’y a pas de problème. … Il n’y a pas de mal à s’exprimer ».

Les protestations sont venues en réponse à l’annonce faite mardi après-midi par le gouvernement de New York, Andrew Cuomo, de nouvelles restrictions sur une large partie de Brooklyn qui connaît une hausse des cas de COVID. Cette annonce fait suite à celle du maire de New York, Bill de Blasio, qui a déclaré dimanche, pendant la fête juive de Souccot, où les juifs orthodoxes n’utilisent ni téléphones portables ni ordinateurs, qu’il allait fermer les écoles mercredi, en attendant l’approbation du gouverneur. Le gouverneur a ensuite annoncé lundi que la mesure prendrait finalement effet mardi. (La plupart des écoles orthodoxes sont de toute façon fermées cette semaine pour Souccot).

Dans une déclaration mardi soir, les élus orthodoxes locaux ont accusé le gouverneur de New York Andrew Cuomo d’être « un appât et un interrupteur fourbe ».

« Le gouverneur a informé les dirigeants de la communauté juive lors d’une conférence téléphonique que les synagogues des ‘zones rouges’ seraient autorisées à fonctionner à 50 % et a demandé la coopération de la communauté, ce qui lui a été assuré », ont-ils écrit, faisant référence à l’appel que le gouverneur a organisé avec les dirigeants orthodoxes mardi avant d’annoncer les nouvelles restrictions.

« Quelques heures plus tard, le gouverneur Cuomo a annoncé un retour draconien à des restrictions qui feraient fermer des milliers d’entreprises new-yorkaises et limiteraient les lieux de culte à une capacité maximale de 10 [quelle que soit la capacité maximale du bâtiment] ».

Une déclaration d’Agoudat Israël, une organisation représentant les communautés ultra-orthodoxes, a également exprimé sa frustration face au manque de préavis donné sur les restrictions dans un appel plus tôt dans la journée et a suggéré que les nouvelles règles pourraient être inconstitutionnelles.

« L’annonce surprise du gouverneur Andrew Cuomo concernant la fermeture massive des lieux de culte aujourd’hui, et la limite de 10 personnes par lieu de culte dans les ‘zones rouges’, est épouvantable pour tous les gens de religion et de bonne foi », ont-ils déclaré.

Ils semblent envisager la possibilité de contester les nouvelles restrictions du gouverneur devant les tribunaux. « Agoudat Israël a l’intention d’explorer toutes les mesures appropriées pour défaire cette action profondément offensive », ont-ils assuré. Un juge fédéral a émis une injonction empêchant l’État de New York d’imposer des normes plus strictes pour les rassemblements en salle lors de services religieux que celles imposées pour d’autres lieux de rassemblement, en invoquant des problèmes de liberté religieuse. Agoudat Israël a déposé un mémoire d’amicus curiae dans cette affaire.

Des membres de la communauté orthodoxe s’entretiennent avec des officiers de la police de New York, le mercredi 7 octobre 2020, dans le quartier de Borough Park de l’arrondissement de Brooklyn. Le gouverneur Andrew Cuomo a décidé de rétablir les restrictions sur les commerces, les lieux de culte et les écoles dans et près des zones où les cas de coronavirus augmentent. De nombreux quartiers qui risquent d’être touchés abritent de grandes enclaves de juifs orthodoxes. (AP Photo/John Minchillo)

Les manifestants de Borough Park ont été rejoints mardi soir par Tischler et leur représentant au conseil municipal, Kalman Yeger, qui ont encouragé la foule à se soulever pour la liberté religieuse.

« Nous ne serons pas privés du droit que nous avons en Amérique, comme tout le monde en Amérique, celui d’observer notre religion », a-t-il lancé dans une vidéo postée sur Twitter par l’agence de presse locale BoroPark24. « Je me fiche de savoir qui au gouvernement pense qu’ils peuvent nous arrêter, ils ont tort. Qu’ils essaient ».

Tischler est également apparu mardi soir à Crown Heights, un autre quartier très orthodoxe de Brooklyn où il n’y a pas de nouvelles restrictions mais où M. de Blasio a constaté une légère augmentation des taux de positivité au test COVID. Tischler est apparu lors d’une Simhat Bait Hashoevah, un rassemblement de la fête de Souccot marqué par des chants et des danses, et s’est adressé à la foule.

« Nous avons une ordonnance du tribunal, nous avons gagné, nos écoles et nos centres de formation sont ouverts, nous ne fermerons pas », a-t-il annoncé, faisant apparemment référence à une injonction du tribunal émise au cours de l’été par un juge fédéral qui a empêché l’État de New York d’imposer des règles plus strictes aux rassemblements religieux que dans d’autres lieux intérieurs.

« Et voici le marché, je dépose une nouvelle ordonnance ou tribunal, je déclare Cuomo et l’idiot de Blasio coupable d’outrage », a-t-il dit. « Nous allons faire de la désobéissance civile… nos amendements, nos premiers amendements, nos droits, nous ne fermerons pas nos schuls à Simchas Torah ! »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...