Israël en guerre - Jour 55

Rechercher

Des investisseurs lancent un fonds d’urgence pour les start-ups touchées par la guerre

Le fonds, soutenu par des investisseurs de Pitango, Viola et Silvertech, a pour objectif de lever 20 M de $ pour que les start-ups en phase de démarrage continuent à se développer

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Des soldats réservistes israéliens lors d'un entraînement militaire sur les plateau du Golan, dans le nord d'Israël, le 30 octobre 2023. (Crédit : David Cohen/Flash90)
Des soldats réservistes israéliens lors d'un entraînement militaire sur les plateau du Golan, dans le nord d'Israël, le 30 octobre 2023. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Un groupe d’investisseurs en capital-risque de premier plan et d’entrepreneurs a lancé un fonds d’impact d’urgence afin de lever 20 millions de dollars pour fournir aux start-ups israéliennes en phase de démarrage une bouée de sauvetage pendant la guerre en cours avec le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Le fonds d’impact, baptisé « Iron Nation » et fondé par Chen Linchevski et Gil Friedlander, tous deux directeurs associés de Calyx Ventures, ainsi que par l’entrepreneur en série Jason Wolf, a été créé pour assurer la continuité des opérations des start-ups viables touchées par les atrocités perpétrées par le Hamas le 7 octobre et par le début de la guerre.

Le fonds est soutenu par des volontaires bénévoles issus de l’écosystème technologique israélien et de la communauté du capital-risque, ainsi que par des sympathisants étrangers, notamment Chemi Peres de Pitango Ventures, Charlie Federman de Silvertech Ventures, Danny Cohen de Viola Ventures, Moshe Lichtman d’IGP Capital, Aaron Applbaum de MizMaa, et Calanit Valfer du Fonds Elah.

Environ 15 à 20 % des employés du secteur de la high-tech ont été mobilisés en tant que soldats de réserve à la suite de l’attaque du 7 octobre par le Hamas, qui a tué, torturé et mutilé plus de 1 400 personnes, pour la plupart des civils israéliens, notamment des bébés, des enfants et des personnes âgées. Cette mobilisation massive présente des défis pour les start-ups israéliennes en phase de démarrage, en termes d’obtention de financements essentiels et de fonctionnement quotidien.

Environ 70 % des entreprises technologiques et des start-ups israéliennes sont confrontées à des perturbations de leurs activités, notamment le report ou l’annulation de commandes et de projets, selon une récente enquête de l’Autorité israélienne de l’innovation et du Start-Up Nation Policy Institute (SNPI).

« De jeunes hommes et femmes ont été contraints de mettre de côté leurs rêves par devoir envers leur pays », a déclaré Peres. « La communauté des investisseurs refuse qu’ils soient de nouvelles victimes de cette guerre. »

Des réservistes israéliens aidant à garder un kibboutz près de la frontière syrienne, dans le nord du plateau du Golan, le 8 octobre 2023. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

« Leur soutien massif témoigne non seulement de la résilience de l’écosystème technologique, mais aussi de la conviction que nous pouvons sauver un segment essentiel de l’économie technologique israélienne tout en créant un double bénéfice durable pour les investisseurs », a-t-il ajouté.

La dépendance de l’économie israélienne à l’égard du secteur de la high-tech s’est considérablement accrue au cours de la dernière décennie, et ce secteur représente aujourd’hui 18 % du PIB, contre moins de 10 % aux États-Unis et environ 6 % dans l’Union européenne. Environ 14 % de l’ensemble des employés travaillent dans le secteur de la high-tech et dans des emplois technologiques dans d’autres secteurs. L’économie israélienne repose sur les produits et les exportations de haute technologie, qui représentent environ 50 % du total des exportations, ainsi que sur les taxes générées par le secteur.

Le fonds, qui ne percevra pas de frais de gestion ni de carried interest, vise à lever 20 millions de dollars pour soutenir les start-ups soutenues par des sociétés de capital-risque et s’assurer qu’elles pourront continuer à se développer pendant et après la guerre. Les demandes de financement de start-ups éligibles, d’un montant compris entre 500 000 et 1 million de dollars, seront traitées et examinées dans les deux semaines par le comité d’investissement du fonds. Selon les fondateurs du fonds, plus de 150 start-ups ont déjà déposé une demande de financement au cours des derniers jours.

« Israël vient de subir son 11-septembre et je suis fier de rejoindre les rangs de ceux qui œuvrent pour que l’industrie technologique israélienne redevienne le centre en plein essor qu’elle était avant le 7 octobre », a déclaré Federman, de Silvertech, qui a été l’un des premiers à rejoindre le comité d’investissement d’Iron Nation.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.