Israël en guerre - Jour 261

Rechercher

Des Israéliens au Maroc pour commémorer des victimes du séisme d’Agadir, pris dans un nouveau séisme

Jacqueline Bouskila Twizer et ses 10 frères et sœurs avaient prévu de se rendre à Agadir, où 10 membres de leur famille sont décédés en 1960

Décombres après le tremblement de terre qui a frappé la ville portuaire d'Agadir, au Maroc, le 1er mars 1960. (Crédit : AP Photo)
Décombres après le tremblement de terre qui a frappé la ville portuaire d'Agadir, au Maroc, le 1er mars 1960. (Crédit : AP Photo)

Une famille israélienne, qui s’était rendue au Maroc dans le cadre d’un voyage pour commémorer 10 proches parents tués lors d’un tremblement de terre en 1960, s’est retrouvée à revivre ce passé tragique lorsqu’elle a été elle-même prise dans la secousse meurtrière de vendredi qui a tué plus de 2 000 personnes, selon le dernier bilan officiel.

« Je ne peux pas m’expliquer comment une telle chose peut se produire », a déclaré Jacqueline Bouskila Twizer, originaire de Rishon Lezion, à Ynet samedi.

« Il y a un symbolisme et quelque chose de mystique ici. Qu’est-ce que c’est ? C’est tout simplement incroyable. Je n’ai pas seulement des frissons, mais aussi des palpitations. Je suis encore affectée [émotionnellement] par tout ce qui se passe ici », a-t-elle déclaré.

Aucun des membres de la famille n’a été blessé lors du tremblement de terre de vendredi.

Bouskila Twizer explique que le 29 février 1960, dix membres de sa famille – trois oncles et sept jeunes cousins – ont été tués lors d’un tremblement de terre qui a frappé la ville d’Agadir, au Maroc.

Plus de 12 000 personnes ont péri et 25 000 ont été blessées.

Seuls les trois oncles et deux des enfants avaient, par la suite, été identifiés ; les restes des autres avaient été enterrés dans une fosse commune.

Un cousin a survécu à la catastrophe et Bouskila Twizer, ainsi que ses cinq frères et sœurs, avaient l’intention de les rencontrer à Agadir où la famille avait prévu un service commémoratif dimanche sur les tombes de ceux qui ont été identifiés.

Le tremblement de terre de magnitude 6,8 qui a dévasté vendredi plusieurs régions du Maroc, dont les environs de Marrakech, empêche la famille de se rendre à Agadir.

« Je n’étais pas si anxieuse à propos d’hier, mais il est difficile de se souvenir de la tragédie familiale », a déclaré Bouskila Twizer.

Elle a expliqué que ses frères et sœurs, et elle-même, séjournaient dans le Club Med de Marrakech, où le spectacle de la soirée venait de se terminer lorsque le tremblement de terre s’est produit.

« Soudain, nous avons entendu un grand bruit », a déclaré Bouskila Twizer. « J’ai pensé qu’il s’agissait d’un spectacle du Club Med – ils font parfois de la pyrotechnie. Et soudain, j’ai vu des gens courir. J’ai rassemblé tous mes frères, nous avons quitté le bâtiment intérieur et nous sommes arrivés à la piscine. »

« Nous sommes restés là à partir de 23h, à attendre les instructions, et nous n’avons été autorisés à retourner dans nos chambres qu’à 4h du matin », a-t-elle déclaré. « Dieu merci, tout s’est bien passé, mais malheureusement toutes les routes sont bloquées et nous ne pourrons plus nous rendre sur les tombes à Agadir. »

« Avais-je [vraiment] besoin d’être ici avec tous mes frères et sœurs et de vivre l’expérience qui a malheureusement causé la mort de toute la famille il y a 63 ans ? »

Le ministère israélien des Affaires étrangères a déclaré samedi soir qu’il avait retrouvé les 479 citoyens israéliens recensés au Maroc et qu’ils étaient tous sains et saufs.

Une délégation du ministère des Affaires étrangères devait s’envoler pour le Maroc dimanche afin d’aider l’ambassade locale à Rabat à ramener les ressortissants israéliens chez eux.

Israël a également proposé d’envoyer ses unités militaires de secours en cas de catastrophe pour contribuer aux efforts déployés en faveur des survivants qui pourraient encore être piégés sous les décombres. Ces unités sont prêtes à partir, mais le gouvernement de Rabat n’a pas encore répondu à l’offre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.