Des Juifs canadiens revenus des USA ont contribué à la propagation du Covid-19
Rechercher

Des Juifs canadiens revenus des USA ont contribué à la propagation du Covid-19

Une banlieue de Montréal, qui abrite une forte population juive âgée, a déclaré l'état d'urgence, après que des habitants ne se sont pas mis en quarantaine à leur retour de Floride

Vue de Montréal. (crédit photo : CC BY montroyaler/Flickr)
Vue de Montréal. (crédit photo : CC BY montroyaler/Flickr)

MONTREAL, Canada (JTA) — Les Juifs canadiens qui ont quitté la Floride pour échapper au coronavirus et vaincre la ruée précédant Pessah ont involontairement contribué à l’un des taux de contagion les plus élevés de la province du Québec.

Côte Saint-Luc, une banlieue de Montréal qui compte la population juive la plus dense et la plus âgée du Québec, a signalé certains des premiers cas et a déclaré l’état d’urgence.

D’après les médias, ils ont été nombreux à décider de remplir leur garde-manger et leur réfrigérateur au lieu de s’isoler directement chez eux pendant 14 jours, comme l’exigeaient les autorités locales. Le taux d’infection est si élevé qu’un centre de dépistage a ouvert dimanche dans le parking d’un centre commercial de Côte Saint-Luc.

Un tiers de la population de la ville est âgé de plus de 65 ans.

Dimanche, à Boisbriand, une enclave ultra-orthodoxe de 4 000 habitants située au nord de Montréal, les dirigeants de la communauté ont supplié les autorités de les aider à faire appliquer une quarantaine de 14 jours. Selon les médias, certains membres de la communauté se sont rendus à New York pour les fêtes de Pourim et ont contribué à la propagation du virus, à hauteur de 40 %, dans leur propre communauté à leur retour.

Comme partout, les Juifs du Canada sont aux prises avec le virus. Toutes les écoles, synagogues et institutions sont physiquement fermées, les fédérations juives cherchant des moyens de faire face à la crise « virtuellement » et par d’autres moyens.

Les maisons de retraite juives n’autorisent les visites que sur le lit de mort des pensionnaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...