Des leaders communautaires juifs allemands rencontrent le Parti de Gauche pour combattre l’antisémitisme
Rechercher

Des leaders communautaires juifs allemands rencontrent le Parti de Gauche pour combattre l’antisémitisme

Lors d’une rencontre sans précédent avec un parti connu pour ses visions extrêmes anti-israéliennes, les participants ont mis en garde contre la hausse de la xénophobie

La dirigeante du Parti de Gauche allemand,  Katja Kipping (Crédit : CC BY-SA DerHexer, Wikimedia)
La dirigeante du Parti de Gauche allemand, Katja Kipping (Crédit : CC BY-SA DerHexer, Wikimedia)

Les craintes liées à une augmentation de l’extrémisme populiste et d’extrême-droite se sont retrouvées à la tête de l’ordre du jour des leaders communautaires juifs allemands à l’occasion de leur première rencontre de toute l’histoire avec les chefs du Parti de Gauche.

Dans une déclaration conjointe, le Conseil Central des Juifs d’Allemagne et le Parti de Gauche ont appelé la société civile et le gouvernement à se positionner face à une “penchant inquiétant” de la société pour la xénophobie et l’antisémitisme alors que l’Allemagne se prépare à entrer dans une année d’élection nationale cruciale.

Au menu de cette réunion organisée jeudi à Berlin et qui a duré deux heures, les tendances de certains groupes extrémistes qui nient à Israël le droit d’exister, ainsi que les crimes de haine commis à l’encontre des réfugiés récents venus des pays déchirés par la guerre en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie centrale et du Sud.

Les participants ont également évoqué la popularité croissante du parti d’extrême-droite populiste Alternative pour l’Allemagne (AfD), qui a remporté des sièges dans dix des 16 parlements d’état du pays. Il y aura encore plusieurs scrutins de ce type avant l’élection nationale du mois de septembre, au cours de laquelle la Chancelière Angela Merkel du parti Social démocrate chrétien se présentera pour un quatrième mandat.

“Le climat social et l’année électorale que nous allons connaître rendent plus importante que jamais l’union de toutes les forces démocratiques”, a dit Josef Schuster, président du Conseil Central, dans cette déclaration, ajoutant que la direction du Parti de Gauche avait “répondu ouvertement à nos inquiétudes. Nous apprécions cela ».

Le Président du Conseil Central des Juifs en Allemagne, le docteur Josef Schuster (Crédit : CC BY Freud, Wikimedia)
Le Président du Conseil Central des Juifs en Allemagne, le docteur Josef Schuster (Crédit : CC BY Freud, Wikimedia)

Katja Kipping, dirigeante du Parti de Gauche, a pour sa part indiqué que la rencontre avait été “très intéressante et productive”, couvrant les tendances actuelles de la vie de la communauté juive en Allemagne ainsi que les questions politiques.

« Le Conseil Central des Juifs est un partenaire important dans la lutte contre le basculement vers l’extrême-droite, dans le combat contre l’antisémitisme est en faveur d’une société solidement ancrée contre les discriminations”, a-t-elle ajouté.

Organisée au siège du Parti de Gauche à Berlin, la réunion a été remarquée. Le Parti avait été en effet dénoncé par les leaders de la communauté juive en raison de sa critique extrême d’Israël.

Il avait notamment envoyé des juristes travailler sur l’affaire du navire Mavi Marmara au destin tragique en 2010 et avait apporté son soutien au mouvement BDS (Boycott, Divest and Sanctions) contre Israël.

Le Parti de Gauche a repris le flambeau des partis socialistes de l’époque communiste en Allemagne de l’est et de la période qui a immédiatement suivi la réunification. Il possède 64 sièges sur les 630 du Bundestag, le Parlement allemand.

En plus de Schuster, le Conseil Central était représenté par les vice-présidents Abraham Lehrer et Mark Dainow, les membres du bureau Küf Kaufmann, Milena Rosenzweig-Winter, Vera Szackamer, Barbara Traub et le directeur exécutif Daniel Botmann.

Pour le Parti de Gauche, Kipping avait été rejointe par son président adjoint Bernd Riexinger, le bureau des directeurs des membres du parti et le vice-président du Bundestag allemand, Petra Pau.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...