Des manifestants handicapés protestent contre la hausse de leur allocation, jugée insuffisante
Rechercher

Des manifestants handicapés protestent contre la hausse de leur allocation, jugée insuffisante

Des participants ont tenté de se verser de l'essence sur le corps, avant d'être arrêtés par la police

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Un militant tentant de s'immoler pendant une manifestation contre la hausse insuffisante de l'allocation handicapé, devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 27 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Un militant tentant de s'immoler pendant une manifestation contre la hausse insuffisante de l'allocation handicapé, devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 27 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Des manifestants handicapés se sont rassemblés devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem pour protester contre la proposition d’augmentation de l’allocation handicapé du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qu’ils jugent insuffisante.

Durant la manifestation, deux participants ont commencé à se verser de l’essence sur le corps mais ont été arrêtés par des agents de police qui ont bondi vers eux et se sont emparés des réservoirs.

Selon la police, l’un des deux participants a été amené à l’écart pour un examen médical.

Les manifestants ont ensuite tenté de mettre le feu à un mannequin sur une chaise roulante, mais la police a maitrisé le feu avec des extincteurs.

Les manifestants ont ensuite bloqué la principale route d’entrée à Jérusalem, interrompant le trafic peu après 20h00, selon la police.

Une autre manifestation, des parents des enfants soignés dans le service d’onco-hématologie pédiatrique de l’hôpital Hadassah, avait lieu en même temps au pont des Cordes, près de l’entrée occidentale de la ville.

La police a indiqué qu’il n’y avait pas eu d’arrestation.

La proposition de hausse de l’allocation versée aux handicapés est un compromis entre les demandes des militants, dont le député Ilan Gilon du Meretz, pour que l’allocation soit fixée au montant du salaire minimum, soit 5 000 shekels par mois, et les propositions d’une commission nommée par Netanyahu, qui devait recommander une hausse plus modeste, à 3 200 shekels par mois, et de limiter l’allocation aux personnes souffrant d’un handicap sévère et sans famille.

Les députés Karin Elharar, à gauche, et Ilan Gillon, deuxième à droite, pendant une manifestation contre la hausse insuffisante de l'allocation handicapé, devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 27 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Les députés Karin Elharar, à gauche, et Ilan Gillon, deuxième à droite, pendant une manifestation contre la hausse insuffisante de l’allocation handicapé, devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 27 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le projet actuel doit être présenté le mois prochain à la Knesset. Des députés ont indiqué qu’ils demanderaient au gouvernement de soutenir le projet de loi pour lui assurer le soutien de la coalition et l’adoption d’ici novembre, pour que la loi puisse entrer en application au 1er janvier 2018.

Gilon, qui est lui-même en chaise roulante, a affirmé que le projet était « un compromis, une concession. Je voulais que [l’allocation] atteigne le salaire minimum, mais le plus important, c’est de l’avoir lié au salaire minimum. C’est un changement fondamental de la manière dont la richesse du pays est redistribuée. »

La nouvelle allocation sera liée au salaire minimum, qui est régulièrement augmenté par la Knesset, et plus à l’indice des prix à la consommation, qui augmente plus lentement que le salaire minimum.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...