Israël en guerre - Jour 146

Rechercher

Des manifestants juifs anti-Israël interrompent la rentrée législative en Californie

Des groupes pro-palestiniens ont interrompu la session et déployé des banderoles appelant à un cessez-le-feu entre Israël et les terroristes palestiniens du Hamas

Les membres de l'Assemblée Heath Flora, à gauche, et Josh Lowenthal, à droite, quittent les chambres de l'Assemblée alors que des manifestants pro-palestiniens et anti-Israël appelant à un cessez-le-feu à Gaza perturbent le premier jour de la session législative californienne à Sacramento, en Californie, le 3 janvier 2024. (Crédit : Rich Pedroncelli/AP)
Les membres de l'Assemblée Heath Flora, à gauche, et Josh Lowenthal, à droite, quittent les chambres de l'Assemblée alors que des manifestants pro-palestiniens et anti-Israël appelant à un cessez-le-feu à Gaza perturbent le premier jour de la session législative californienne à Sacramento, en Californie, le 3 janvier 2024. (Crédit : Rich Pedroncelli/AP)

SACRAMENTO, Californie – Des centaines de manifestants américains appelant à un cessez-le-feu dans la guerre entre Israël et le Hamas ont interrompu cette première session législative californienne mercredi, forçant l’Assemblée de l’Etat à lever la séance quelques instants seulement après son ouverture.

Alors que les législateurs venaient d’entendre la prière d’ouverture et avaient à peine prononcé le serment d’allégeance, des manifestants juifs pro-palestiniens et anti-Israël portant tous le même tee-shirt noir se sont levés de leurs sièges et ont commencé à chanter « Ceasefire now » [cessez-le-feu maintenant] et « Let Gaza live » [laissez Gaza vivre].

Plusieurs personnes ont déployé des banderoles depuis la tribune de la Chambre sur lesquelles on pouvait lire : « Les juifs disent ‘plus jamais ça pour personne’ ».

Dans un premier temps, Jim Wood, un député démocrate du comté de Healdsburg qui présidait la session, a tenté de poursuivre la séance malgré les slogans scandés. Mais au bout de quelque temps, il a demandé une suspension de séance et a levé la séance quelques minutes plus tard.

Presque tous les législateurs ont quitté la salle. Les manifestants ont applaudi lorsque les représentants de l’État ont éteint les lumières de la salle, en allumant les lampes de poche de leurs téléphones tout en continuant à scander leurs slogans, y compris un long appel et réponse de la tribune.

« Nous sommes juifs et californiens ; Nous vous invitons, chers membres de l’Assemblée, à vous joindre à nous pour exiger un cessez-le-feu immédiat », ont-ils clamé.

Des manifestants révèlent leurs T-shirts avec des messages appelant à un cessez-le-feu à Gaza lors de la première journée de la session parlementaire californienne à Sacramento, Californie, le 3 janvier 2024. (Crédit : Rich Pedroncelli/AP)

Le bureau du président démocrate de l’Assemblée, Robert Rivas, n’a pas souhaité faire de commentaire. James Gallagher, membre de l’Assemblée et chef de file des républicains, a déclaré que les manifestants avaient entravé leur travail.

« Nous essayons d’ouvrir notre session. Il est vrai que nous n’avions probablement pas grand-chose à faire aujourd’hui. Mais si leur objectif est d’interrompre les activités du gouvernement, je ne pense pas que ce soit une bonne façon de faire passer votre message », a-t-il déclaré. « Nous ne pouvons pas leur permettre d’interrompre nos activités. Nous avons du travail à faire. Nous avons des questions urgentes à traiter cette année. »

La manifestation de mercredi a été organisée par des groupes d’extrême droite et des groupes radicaux anti-Israël, notamment Jewish Voice for Peace, IfNotNow et International Jewish Anti-Zionist Network. Binya Kóatz, une enseignante et artiste juive qui vit dans la région de San Francisco, a déclaré que « tant que les États-Unis donneront un chèque en blanc à Israël, » les Américains ont « non seulement le droit, mais aussi la responsabilité de ne plus faire comme si de rien n’était ».

Kóatz a expliqué que les groupes avaient choisi de manifester devant le Parlement de l’État de Californie parce que, bien que ces législateurs ne contrôlent pas les fonds fédéraux envoyés à Israël, « nous savons que les assemblées législatives des États bénéficient de l’attention de leurs homologues nationaux en Californie et que le fait d’amener cet organe à demander un cessez-le-feu maintenant peut placer la Californie à l’avant-garde du mouvement national ».

Ce n’est pas la première fois que des manifestants appelant à un cessez-le-feu perturbent des événements dans la capitale californienne. En novembre, des manifestants ont pénétré de force dans une salle de convention de Sacramento, forçant le parti démocrate californien à annuler certains événements lors de sa convention d’investiture. Le mois dernier, le gouverneur démocrate Gavin Newsom a annulé une cérémonie d’illumination de l’arbre de Noël à laquelle il devait assister en personne, après avoir été averti que des manifestants prévoyaient de mener une action lors de l’événement.

Les manifestants n’ont pas perturbé le Sénat de l’État, qui a tenu sa séance comme prévu, durant laquelle des législateurs ont prononcé des discours à la mémoire de l’ancienne sénatrice américaine Dianne Feinstein, décédée en septembre.

Après l’extinction des lumières, des manifestants appelant à un cessez-le-feu à Gaza utilisent les lumières des téléphones portables pour manifester lors du premier jour de la session législative de Californie à Sacramento, Californie, le 3 janvier 2024. (Crédit : Rich Pedroncelli/AP)

La guerre a éclaté le 7 octobre dernier quand le Hamas a attaqué Israël, en envahissant le sud du pays depuis la bande de Gaza avec des milliers de terroristes. L’attaque a fait près de 1 200 morts, pour la plupart des civils massacrés par les terroristes qui se sont déchaînés sur les communautés du sud du pays. Plus de 360 personnes ont été assassinées lors d’une rave en plein air, et plus de 240 personnes ont été prises en otage et conduites à Gaza.

Israël a répondu en lançant une campagne militaire visant à détruire le Hamas, à l’écarter du pouvoir à Gaza et à libérer les otages.

Aux États-Unis, la journée de mercredi a été marquée par des perturbations dans le Capitole de plusieurs États. Une alerte à la bombe envoyée par courriel à des représentants de plusieurs États a entraîné l’évacuation des bureaux ou des bâtiments du Connecticut, de la Géorgie, de Hawaï, du Kentucky, du Maine, du Michigan, du Minnesota, du Mississippi et du Montana. D’autres États, dont le Missouri, le Maryland, le Nebraska, le New Hampshire, l’Oklahoma et le Wyoming, ont reçu des menaces mais n’ont pas procédé à des évacuations.

La session législative californienne, qui a débuté mercredi et se termine le 31 août, devrait être axée sur des décisions relatives à l’intelligence artificielle (AI) et à l’énorme déficit budgétaire. Mais, ainsi qu’en témoigne la manifestation de mercredi, les répercussions de la guerre entre Israël et le Hamas ne manqueront pas d’avoir un impact.

Des manifestants réclamant un cessez-le-feu à Gaza se rassemblent dans la rotonde du Capitole lors de la première journée de la session législative californienne à Sacramento, Californie, le 3 janvier 2024. (Crédit : Rich Pedroncelli/AP)

Le caucus législatif juif de Californie a envoyé une lettre aux législateurs de l’État mercredi, demandant la création d’un comité chargé de trouver des solutions politiques pour protéger la communauté juive.

« Nous avons nos propres critiques à l’égard d’Israël. Nous voulons que la guerre prenne fin », a déclaré le sénateur démocrate Scott Wiener, membre du groupe législatif juif. « Nous savons aussi que les résolutions de cessez-le-feu que nous observons au niveau local ont parfois dérapé en attisant la haine antijuive, ce qui suscite de nombreuses craintes au sein de notre communauté ».

Jesse Gabriel, membre de l’Assemblée, démocrate de Los Angeles, a déclaré que son enfant de trois ans devait désormais passer par des détecteurs de métaux pour entrer dans son école maternelle, qui se trouve dans une synagogue locale.

« Le niveau de peur, d’anxiété et de tension ne ressemble à rien de ce que j’ai pu voir de toute ma vie », a affirmé Gabriel.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.