Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

Des manifestants rassemblés devant les tribunaux rabbiniques

Cette semaine, le ministre des Affaires religieuses a présenté un texte visant à donner aux cours rabbiniques un pouvoir discrétionnaire en matière de pension alimentaire pour enfants, passant outre un arrêt de la Cour suprême de 2019

Des manifestants rassemblés pour les droits des femmes au rabbinat de Tel Aviv, le 18 juillet 2023 (Crédit : Yaël Gadot)
Des manifestants rassemblés pour les droits des femmes au rabbinat de Tel Aviv, le 18 juillet 2023 (Crédit : Yaël Gadot)

Des manifestants se rassemblent devant les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv et de Rehovot, pour protester contre un certain nombre de mesures prises par la coalition radicale et ses partisans qui, selon eux, portent atteinte aux droits des femmes.

Un certain nombre de manifestants du groupe de femmes Bonot Alternativa tentent de pénétrer dans le bâtiment.

Cette semaine, le ministre des Affaires religieuses, Michael Malkieli, a présenté un projet de loi visant à donner aux tribunaux rabbiniques un pouvoir discrétionnaire en matière de pension alimentaire pour enfants, passant outre un arrêt de la Cour suprême de 2019.

Les opposants affirment qu’il s’agit d’une tentative de compromettre les droits des femmes, qui, selon eux, seraient mis en péril par le tribunal rabbinique parce que la halakha, la loi juive orthodoxe, favorise les hommes.

Le nouveau ministre des Affaires religieuses Michael Malkieli, à gauche, serre la main du Grand Rabbin Yitzhak Yosef dans le bureau de Malkieli à la Knesset le 29 décembre 2022. (Crédit : Autorisation/Bureau de Michael Malkieli)

Le gouvernement Netanyahu a été critiqué à plusieurs reprises pour sa politique à l’égard des femmes, notamment pour le (très) faible nombre de femmes occupant des postes de direction au sein de la coalition.

La semaine dernière, la coalition a présenté un projet de loi visant à réorganiser l’autorité nationale officielle pour la promotion de l’égalité des sexes, d’une manière qui, selon les critiques, la privera de son indépendance professionnelle et la soumettra aux caprices des politiciens.

En outre, une nouvelle directive de la fonction publique a supprimé la pratique consistant à utiliser des suffixes masculins-féminins lors de la publication d’offres d’emploi et a ordonné de n’utiliser que la forme masculine.

En hébreu, les noms communs sont sexués, l’orthographe du mot indiquant s’il est masculin ou féminin. Pour les groupes mixtes, l’orthographe prend traditionnellement la forme masculine.

https://twitter.com/Israel1Il/status/1681257486165082113?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1681257486165082113%7Ctwgr%5E00803e132ed4b0a9d7954c0d9d1764593463a4ae%7Ctwcon%5Es1_c10&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.timesofisrael.com%2Fanti-overhaul-protesters-rally-for-womens-rights-outside-religious-courts%2F

Pour promouvoir l’égalité des sexes, certains progressistes ont pris l’habitude d’inclure les deux orthographes, masculine et féminine, à la fin d’un mot, en utilisant une barre oblique pour inclure les deux.

L’accord de coalition entre HaTzionout HaDatit et le Likud comprenait un accord selon lequel Israël ne signerait pas la Convention d’Istanbul, un traité international destiné à lutter contre la violence à l’égard des femmes.

Un certain nombre de textes législatifs ont été abandonnés face au tollé général, notamment un projet de loi qui aurait érigé en infraction pénale le fait de ne pas se vêtir conformément à la tsniout – ou règles vestimentaires de la loi juive orthodoxe – au mur Occidental de Jérusalem.

La ministre chargée de l’avancement de la condition des femmes, May Golan, a été critiquée pour avoir privilégié la loyauté à l’égard de la coalition au détriment du soutien à la législation visant à protéger les femmes et à faire progresser leurs droits.

La députée du Likud May Golan visite le bureau de fortune du député Itamar Ben Gvir dans le quartier de Sheikh Jarrah, à Jérusalem-Est, le 14 février 2022. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)

En mars, elle avait voté contre un projet de loi qui aurait imposé la mise en place d’un système de surveillance électronique pour repérer les auteurs de violences domestiques. Les experts et les partisans de cette loi affirment que le suivi permettrait de sauver des vies.

La progression du projet de loi a été considérablement ralentie lorsque le ministre d’extrême-droite de la Sécurité intérieure, Itamar Ben-Gvir, a déclaré que la législation devait être plus équilibrée pour protéger les droits de l’accusé.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.