Des milliers de manifestants de droite devant la maison du Premier ministre
Rechercher

Des milliers de manifestants de droite devant la maison du Premier ministre

"Abbas est le problème pas la solution, il n’a pas envie de la paix," a déclaré le ministre du Likud Yariv Levin, lundi soir

Manifestation de droite devant la résidence du Premier ministre, le 5 octobre 2015 (Crédit : AFP/Thomas Coex)
Manifestation de droite devant la résidence du Premier ministre, le 5 octobre 2015 (Crédit : AFP/Thomas Coex)

Des milliers d’Israéliens de droite ont manifesté lundi soir devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem après ce qu’ils ont déclaré être une réponse insuffisamment dure de Benjamin Netanyahu contre les récentes attaques terroristes qui ont coûté la vie à quatre personnes.

Plus de 10 000 personnes participaient à la manifestation, selon la Deuxième chaîne de télévision, tandis que le quotidien Haaretz a considéré qu’il s’agissait de la combinaison d’une manifestation et des événements visant à célébrer la fin de la fête juive de Souccot.

Les manifestants comprenaient les ministres du Likud Yariv Levin et Haim Katz, le député Oren Hazan tout comme le chef du Conseil de la région Samarie Yossi Dagan, qui a manifesté sur le site depuis vendredi.

S’exprimant devant la foule, le ministre du Tourisme, Yarin Levin a qualifié le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas de terroriste qui n’avait aucune envie de faire la paix.

« Ceux qui pensent que le terrorisme peut détruire l’esprit de la nation d’Israël et peut nous arrêter de mettre en application nos droits historiques dans chaque endroit de la terre d’Israël, devraient nous voir aujourd’hui et comprendre que nous ne serons pas vaincus », a-t-il déclaré selon le site d’information Ynet.

Yariv Levin devant la résidence du Preier ministre s'adresse à une foule de manifestants de droite, le 5 octobre 201( (Crédit : capture d'écran)
Yariv Levin devant la résidence du Preier ministre s’adresse à une foule de manifestants de droite, le 5 octobre 201( (Crédit : capture d’écran)

« Je dis de la manière la plus claire possible, nous sommes ici pour renforcer le gouvernement afin qu’ils fassent les choses en lesquelles nous croyons. Je pense qu’il y a un lien clair entre les récents incidents terroristes et le discours de ce terroriste qui se qualifie lui-même de chef de l’Autorité palestinienne, Abu Mazen [Abbas]. L’heure est venue de dire les choses clairement : l’Autorité palestinienne et celui qui se tient à sa tête n’ont non seulement pas de solution, mais sont le cœur du problème », a déclaré Levin.

« Celui qui enseigne la terreur à ses enfants, celui qui donne des noms de rues aux terroristes, celui donne de l’argent à ces mêmes terroristes qui sont dans nos prisons, celui qui fait tout cela n’est pas un partenaire pour rien du tout. Il veut beaucoup de choses, mais la paix ne fait pas partie de son programme ».

Dans le même temps, Haim Katz, ministre des Affaires sociales, a gardé la plus grande partie de son discours pour appeler à un rythme accéléré de la construction d’implantations, qu’il a déclaré être le meilleur message à envoyer aux ennemis d’Israël.

« Nous devons étendre [les constructions] à travers Israël, en Judée, en Samarie, à Binyamin et à Jérusalem, a déclaré Katz. Un gel des constructions incite les mauvais esprits à passer à l’action. Un gel de la construction est perçu comme une faiblesse et nous devons donc construire plus fortement, des jardins d’enfants, des écoles, pour étendre les communautés existantes, pour construire de nouvelles communautés. Le Premier ministre est le seul qui peut vaincre le terrorisme et construire la terre d’Israël, et c’est ce que nous attendons de lui. »

Haim Katz, devant la résidence du Preier ministre s'adresse à une foule de manifestants de droite, le 5 octobre 2015 (Crédit : capture d'écran)
Haim Katz, devant la résidence du Preier ministre s’adresse à une foule de manifestants de droite, le 5 octobre 2015 (Crédit : capture d’écran)

Katz a également appelé à des peines plus lourdes pour les parents d’enfants palestiniens pris en lançant des pierres. « Nous devons fortement intensifier les punitions et placer la responsabilité [des actions des] des enfants sur leurs parents », a-t-il déclaré.

« Des enfants sont morts, a-t-il ajouté, dans une possible référence aux trois jeunes Palestiniens tués dans des affrontements avec la sécurité israélienne dans les 24 heures menant avant la manifestation.

« J’ai vu des choses que les dirigeants du conseil en Israël ne devraient pas avoir à voir, a déclaré Dagan lundi. Nous avons un mot à dire : assez. Nous sommes venus présenter nos exigences à la personne qui a été élue par le peuple, par nous ».

Dagan est « en grève » devant la résidence officielle depuis vendredi et a promis de rester jusqu’à ce que Netanyahu ne « reconnaisse les droits » des Israéliens à vivre en Cisjordanie.

Il est arrivé à la résidence de la rue Balfour après s’être rendu à l’enterrement d’Eitam et de Naam Henkin, le couple israélien tué en Cisjordanie jeudi devant leur quatre petits enfants. Il a promis de rester là jusqu’à ce que des mesures significatives soient prises pour renforcer la sécurité des Israéliens en Judée et Samarie.

« Je ne rentrerai pas à la maison après ce meurtre, a déclaré Dagan. Hier, en ce qui me concerne, en ce qui concerne le peuple entier d’Israël, une ligne rouge a été franchie. Nous ne resterons pas calmes et nous ne retournerons pas à nos routines quotidiennes. Une famille heureuse est devenue, par le décision d’un meurtrier, une famille qui ne sera plus jamais ce qu’elle était. »

« J’installerai un camp ici à Jérusalem devant la résidence du Premier ministre, a déclaré Dagan. Nous avons enterré ici nos morts et nous resterons ici, autant que nécessaire, jusqu’à ce que le Premier ministre reconnaisse les droits des résidents de Judée et de Samarie à vivre et à se développer, et jusqu’à ce qu’il adopte une réponse sioniste aédquate à cet horrible meurtre : [à savoir] la sécurité et la construction ».

Yossi Dagan, chef du Conseil régional de Samarie, assis à une Soucca devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem le 2 octobre, 2015. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Yossi Dagan, chef du Conseil régional de Samarie, assis à une Soucca devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem le 2 octobre, 2015. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...