Le chef des résidents des implantations a lancé une manif devant la maison de Netanyahu
Rechercher

Le chef des résidents des implantations a lancé une manif devant la maison de Netanyahu

Yossi Dagan jure de rester sur place jusqu'à ce que le gouvernement « reconnaisse les droits des résidents » ; l'adjoint au maire et une députée participent à la contestation

Yossi Dagan. (Crédit : capture écran Deuxième chaîne)
Yossi Dagan. (Crédit : capture écran Deuxième chaîne)

Le chef du Conseil régional de Samarie s’est mis « en grève » vendredi devant la résidence officielle du Premier ministre à Jérusalem, et a promis d’y rester jusqu’à ce que Benjamin Netanyahu « reconnaisse les droits » des Israéliens vivant en Cisjordanie.

Yossi Dagan est arrivé à la résidence de la rue Balfour après avoir assisté à l’enterrement d’Eitam et Naama Henkin, le couple d’Israéliens tué par balles en Cisjordanie ce jeudi devant quatre de leurs six enfants en bas âge.

Il a promis d’y rester jusqu’à ce que des mesures importantes soient prises pour renforcer la sécurité des Israéliens en Cisjordanie.

« Je ne vais pas rentrer chez moi après cet assassinat », a déclaré Dagan.

« Hier, en ce qui nous concerne, en ce qui concerne le peuple d’Israël, une ligne rouge a été franchie. Nous ne resterons pas silencieux et n’allons pas revenir à nos habitudes quotidiennes. Une famille heureuse est devenue, par la décision d’un assassin, une famille qui ne sera jamais ce qu’elle était censée être ».

« Je vais mettre en place un camp, ici à Jérusalem, devant la résidence du Premier ministre », a déclaré Dagan.

« Ici, nous avons enterré nos morts et ici nous allons rester, aussi longtemps que nécessaire, jusqu’à ce que le Premier ministre reconnaisse les droits des résidents de Judée et Samarie à vivre et à grandir, et jusqu’à ce qu’il adopte une réponse sioniste adéquate à cet assassinat horrible : [à savoir] la sécurité et la construction ».

Yossi Dagan devant la résidence du Premier ministre le 2 octobre dernier  (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Yossi Dagan devant la résidence du Premier ministre le 2 octobre dernier (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Dagan a déclaré que les effets de ce qu’il a appelé « l’incitation [à la haine] de l’Autorité palestinienne » étaient déjà tangibles, et a accusé le gouvernement de ne pas agir de façon suffisamment ferme.

« Au lieu de répondre avec fierté et vigueur, le gouvernement continue de prendre des décisions nuisibles et discriminatoires, dont le seul but est de stopper l’entreprise de construction et de rendre la vie des résidents misérable. Ces décisions envoient à nos ennemis un message de faiblesse clair. Et pire : ils peuvent même se permettre de faire couler notre sang ».

Eitam et Naama Henkin, ont été tués dans une fusillade par des Palestiniens en Cisjordanie, le 1er octobre 2015 (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)
Eitam et Naama Henkin, ont été tués dans une fusillade par des Palestiniens en Cisjordanie, le 1er octobre 2015 (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

L’adjoint au maire de Jérusalem Dov Kalmanovitz a également rejoint la tente de protestation devant le domicile du Premier ministre.

« En tant que victime de la terreur moi-même, il est important pour moi de renforcer la protestation, et j’appelle à une action immédiate par le gouvernement et invite les autres personnalités publiques à se joindre à la tente de protestation. Nous ne serons pas vaincus, le peuple d’Israël vit !, » a assuré Kalmanovitz.

La députée du Likud, Nava Boker, s’est aussi rendue sur place.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...