Des milliers d’Israéliens marquent les 9 ans de la fusillade dans un centre gay
Rechercher

Des milliers d’Israéliens marquent les 9 ans de la fusillade dans un centre gay

En hommage aux victimes de l'attaque contre Bar Noar en 2009, la communauté a déploré le manque de progrès dans les droits pour les LGBT

Des milliers de personnes assistent à une cérémonie marquant le neuvième anniversaire de la fusillade du centre LGBT Bar Noar, à Tel Aviv, le 11 août 2019. (Crédit Flash 90)
Des milliers de personnes assistent à une cérémonie marquant le neuvième anniversaire de la fusillade du centre LGBT Bar Noar, à Tel Aviv, le 11 août 2019. (Crédit Flash 90)

Près de 2 000 personnes ont défilé à Tel Aviv samedi soir à l’occasion du neuvième anniversaire de la fusillade meurtrière d’un centre de jeunesse gay, Bar Noar, et pour demander la fin des discriminations contre la communauté LGBT.

L’attaque de 2009 avait fait deux morts et des dizaines de blessés. Le meurtrier  n’a jamais été attrapé. Nombre de personnes au sein de la communauté LGBT considèrent que cette fusillade est un crime de haine, tandis que la police spécule qu’elle a été motivée par un différend personnel et ne relevait pas de l’homophobie.

Les organisateurs de la manifestation de dimanche ont diffusé un communiqué déplorant le manque d’avancée en faveur des droits pour la communauté LGBT depuis la fusillade.

« Il y a neuf ans, un homme est entré dans le centre Bar Noar et a tué des filles et des garçons uniquement parce qu’ils étaient différents. Neuf années se sont écoulées, et peu de choses ont changé. Ces dernières semaines, il y a eu un tollé général contre les inégalités et la discrimination à l’égard de la communauté LGBT en Israël », a indiqué le communiqué.

« Nous demandons à ce qu’un terme soit mis à la violence contre la communauté LGBT.

Israël a devancé certains pays occidentaux dans l’établissement de l’égalité pour les homosexuels au sein de l’armée, a octroyé les même droits fiscaux aux couples homosexuels, promu le tourisme LGBT et soutenu les gays dans l’espace public.

Cependant, le pays accuse un retard en ce qui concerne les questions relatives à l’état-civil et aux affaires familiales parce que le mariage est géré par le Grand-Rabbinat orthodoxe et ses partisans politiques.

Le mois dernier, un texte de loi a autorisé les femmes célibataires et celles qui rencontrent des difficultés à procréer à faire appel à des mères porteuses, mais ce droit n’a pas été octroyé aux pères célibataires ni aux couples gays.

Nitay Nedivi, un militant de 19 ans, qui effectue son service national au sein de l’organisation LGBT Iggy, a déclaré à Ynet que l’Etat d’Israël fait preuve de « discrimination contre la communauté LGBT ».

« La loi rend difficile aux personnes de la communauté transgenre de subir certaines procédures médicales, le lien entre la religion et l’Etat nous empêche de nous marier, et il existe une discrimination systématique contre les couples homosexuels », a-t-il dit.

« Le système éducatif ne porte quasiment pas sur les questions de sexe, de genre, ou quoi que ce soit qui dévie de leurs normes. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...