Rechercher

Des Palestiniens affrontent la police au mont du Temple – 4 personnes inculpées

Selon la police, des "incitations en ligne" seraient à l'origine des jets de pierres et autres projectiles incendiaires lancés depuis l'intérieur de la mosquée Al-Aqsa

Des projectiles incendiaires tirés lors d'émeutes entre des Palestiniens et des policiers sur le mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 26 septembre 2022. (Crédit : Twitter)
Des projectiles incendiaires tirés lors d'émeutes entre des Palestiniens et des policiers sur le mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 26 septembre 2022. (Crédit : Twitter)

Des Palestiniens ont affronté la police dans la Vieille Ville de Jérusalem lundi matin, alors que des visiteurs juifs se rendaient sur le mont du Temple pour marquer le Nouvel an juif.

Selon la police, un groupe de jeunes Palestiniens s’est barricadé pendant la nuit dans la mosquée Al-Aqsa sur le mont du Temple et a commencé à lancer des projectiles incendiaires de l’intérieur alors que les visites de Rosh HaShana commençaient.

Une vidéo publiée par la police semble montrer des projectiles incendiaires lancés depuis une alcôve située au-dessus d’une porte de la mosquée. Un porte-parole de la police a accusé les Palestiniens de « profaner » la mosquée.

La police a ensuite diffusé d’autres images montrant des pierres lancées depuis une autre porte de la mosquée et plusieurs suspects masqués sortant pour lancer des pierres avant de se retrancher à l’intérieur.

Des affrontements ont également eu lieu autour de la Porte des Lions de la Vieille Ville, la police affirmant que des émeutiers ont jeté des pierres sur des agents des force de l’ordre.

Au moins quatre personnes ont été arrêtées.

« Les visites [des Juifs] sur le mont du Temple se déroulent comme d’habitude parallèlement aux prières musulmanes », a déclaré le porte-parole de la police, Eli Levi.

Aucun blessé n’a été signalé pour l’heure.

La police a déclaré que les affrontements étaient survenus alors que de « fausses informations » sur le mont du Temple ont circulé sur les réseaux sociaux, qui visaient à « inciter à la violence » et à attiser les tensions sur ce lieu saint ultra-sensible.

Un communiqué de la police a accusé les publications d’être l’œuvre de « parties hostiles ».

« Quiconque enfreint l’ordre sur les lieux saints et agit avec violence, de quelque type que ce soit, sera traité en conséquence », a indiqué le communiqué.

La semaine dernière, le groupe terroriste du Hamas, qui dirige la bande de Gaza, a menacé de violentes « répercussions » sur les visites juives au mont du Temple pendant les fêtes du Nouvel an juif – qui ont commencé dimanche soir avec Rosh HaShana et se poursuivent jusqu’à la mi-octobre – lorsque le nombre de visiteurs augmente.

Le Hamas se définit comme étant la principale force défendant la mosquée Al-Aqsa contre Israël.

Le lieu saint de la Vieille Ville de Jérusalem est depuis longtemps au centre des tensions, mais les Palestiniens ont exprimé une colère croissante face à l’augmentation du nombre de visiteurs juifs, dont des milliers sont attendus dans la Vieille Ville de Jérusalem pendant les fêtes du Nouvel an juif.

Des Juifs visitant le mont du Temple le jour de Rosh HaShana, le 25 septembre 2022. (Crédit : AP Photo/Maya Alleruzzo)

Il y a eu plus de 50 000 visiteurs juifs sur le mont du Temple au cours de l’année dernière, un record, et près de deux fois plus que l’année précédente, selon le groupe de coordination des activistes du mont du Temple, Beyadenu.

Le ministre de la Sécurité intérieure, Omer Barlev, a déclaré la semaine dernière que les autorités israéliennes ne limiteraient pas les visites juives sur le mont du Temple.

Israël a pris la Vieille Ville, ainsi que le reste de Jérusalem-Est, à la Jordanie lors de la guerre des Six Jours en 1967.

Le mont du Temple est le site le plus sacré du judaïsme et est vénéré comme l’emplacement des deux anciens temples juifs. Le complexe est le troisième site le plus sacré de l’islam et est géré par la Jordanie, dans le cadre d’un accord avec Israël.

Les émeutes ont succédé aux affrontements qui ont eu lieu dans la nuit entre les forces de sécurité israéliennes et des Palestiniens à Jérusalem-Est.

Les causes de ces affrontements n’ont pas encore été précisées. La police et l’armée sont en état d’alerte à Jérusalem et en Cisjordanie. Aucun blessé n’a été signalé.

La police et l’armée ont été renforcées avant les fêtes, les tensions étant déjà fortes ces derniers mois en raison de la répression du terrorisme israélien en Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...