Des Palestiniens invités pour Souccot dans une implantation convoqués par l’AP
Rechercher

Des Palestiniens invités pour Souccot dans une implantation convoqués par l’AP

Les quatre hommes avaient répondu à l'invitation du maire d'Efrat et ont dû s'expliquer sur cette visite

Photo d'illustration. Un grand-père et son petit-fils construisent une soucca dans l'implantation d'Efrat, en septembre 2013. (Crédits : Gershon Elinson / Flash90)
Photo d'illustration. Un grand-père et son petit-fils construisent une soucca dans l'implantation d'Efrat, en septembre 2013. (Crédits : Gershon Elinson / Flash90)

Quatre Palestiniens qui avaient accepté une invitation pour Souccot du chef d’une implantation en Cisjordanie ont été convoqués par les services de renseignements de l’Autorité palestinienne, pour expliquer pourquoi ils ont rendu visite à « des meurtriers d’enfants ».

Les quatre hommes, venant de deux villages palestiniens proches, avaient été accueillis par Oded Revivi, le maire d’Efrat, une implantation située à 12 kilomètres au sud de Jérusalem.

Ils ont été convoqués jeudi à un interrogatoire et étaient toujours retenus vendredi en milieu de journée, a dit ce responsable à l’AFP.

Mohammed Taha, gouverneur adjoint de la ville de Bethléem, a invoqué la loi palestinienne qui proscrit toute normalisation avec les implantations. Les Palestiniens ont le droit de parler aux Israéliens, mais « aller (dans les implantations), c’est inacceptable », a-t-il dit sur la radio militaire israélienne.

Inviter des amis et des connaissances sous la soucca pendant Souccot fait partie de la tradition juive, pour rappeler les abris construits dans le désert par les Enfants d’Israël pendant l’Exode d’Egypte.

Après la diffusion d’images des Palestiniens à l’événement sur les réseaux sociaux, ils ont été convoqués par les services de renseignements palestiniens, et questionnés à propos de la fête, pourquoi ils étaient avec des « meurtriers d’enfants » – une possible référence à un accident, il y a six semaines, où un résident d’Efrat a percuté et tué une fillette palestinienne âgée de six ans. Les parents de la fille étaient également sous la soucca, selon la Deuxième chaîne.

Revivi a déclaré à la Deuxième chaîne que, au lieu d’œuvrer pour la paix, l’Autorité palestinienne préférait convoquer pour un interrogatoire des Palestiniens qui prennent un café avec leurs voisins.

30 Palestiniens de deux villages voisins, Wadi al-Nis et al-Khadar, se sont rendus mercredi à une fête donnée dans l’implantation d’Efrat à l’occasion des grandes festivités annuelles de Souccot, a dit à l’AFP Oded Revivi, chef du Conseil Yesha, principale organisation de résidents d’implantations.

Plusieurs figures majeures de la direction des implantations et des services de sécurité israéliens étaient également présentes, notamment le chef du commandement central de l’armée israélienne Nitzan Alon, ainsi que des policiers et des membres de l’Administration civile (le représentant du gouvernement israélien en Cisjordanie).

Plus de 100 personnes en tout, a précisé Revivi. L’idée était d’améliorer les relations entre les colonies et les villages environnants, a-t-il précisé à l’AFP.

Un des porte-parole du gouvernement, Ofir Gendelman, s’est saisi de ces arrestations : « L’Autorité palestinienne dit au monde entier qu’elle veut la paix; en réalité elle arrête et menace les Palestiniens qui défendent des relations de bon voisinage avec les Israéliens », a-t-il tweeté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...