Des rabbins d’Israël à la Hongrie: Gelez les indemnisations aux juifs en conflit
Rechercher

Des rabbins d’Israël à la Hongrie: Gelez les indemnisations aux juifs en conflit

La Hongrie ne participera pas à la querelle sur la répartition des paiements pour les biens spoliés; des orthodoxes poursuivent Mazsihisz devant le tribunal rabbinique de Jérusalem

Yaakov Schwartz est le rédacteur adjoint de la section Le monde juif du Times of Israël

Illustration : Des personnes assistent à une cérémonie qui commémore le 75e anniversaire de la libération du ghetto juif de Budapest dans la synagogue de la rue Dohany à Budapest, en Hongrie, le 19 janvier 2020. (Tibor Illyes/MTI via AP)
Illustration : Des personnes assistent à une cérémonie qui commémore le 75e anniversaire de la libération du ghetto juif de Budapest dans la synagogue de la rue Dohany à Budapest, en Hongrie, le 19 janvier 2020. (Tibor Illyes/MTI via AP)

Dans une tentative extraordinaire d’intervention à l’étranger, un tribunal rabbinique israélien a ordonné le gel des paiements de réparations effectués par le gouvernement hongrois à des groupes juifs hongrois, trois communautés religieuses étant en désaccord sur la répartition de ces fonds entre elles. L’injonction, ordonnée mercredi par le tribunal suprême rabbinique de Jérusalem – qui fait partie intégrante du système judiciaire israélien – n’est pas contraignante, car le tribunal n’a aucune juridiction en Hongrie.

Les deux groupes juifs orthodoxes officiellement reconnus en Hongrie se sont tournés vers le tribunal rabbinique israélien pour régler le désaccord communautaire interne avec l’organisation faîtière juive MAZSIHISZ, beaucoup plus importante et progressiste, concernant les fonds versés en vertu d’une loi de 1991 sur la restitution des propriétés communales saisies pendant et après la Seconde Guerre mondiale.

Le gel a été ordonné en attendant l’issue du procès, dont les délibérations commenceront le 9 mai.

« Il est dit dans l’Ecclésiaste que les voies de la Torah sont des voies de paix, donc la Torah apporte la paix », a déclaré le rabbin Shlomo Koves, chef de l’organisation EMIH affiliée au mouvement hassidique Habad Loubavitch, l’un des trois groupes impliqués dans l’affaire.

« Lorsque les Juifs cherchent à résoudre un différend dans un tribunal rabbinique, c’est une façon d’acquérir la paix – et c’est notre espoir, que le différend en cours dans la communauté juive trouve une solution pacifique par le biais de ce tribunal », a-t-il déclaré.

Interrogé sur le procès lors d’une conférence de presse jeudi, le ministre hongrois du bureau du Premier ministre, Gergely Gulyas, a déclaré que son gouvernement ne s’impliquerait pas dans les conflits internes entre les organisations religieuses. Il a ajouté que le droit international reconnaissant les jugements est bien connu, et que le gouvernement agirait en conséquence.

Ce clivage fait remonter à la surface des décennies de traumatisme subi par la communauté juive de Hongrie dans son ensemble, d’abord pendant la Shoah puis sous le régime communiste, et reflète les changements démographiques radicaux intervenus au sein de la communauté en raison du génocide, de la politique et des frontières mouvantes du pays.

Un accord de 2012 supervisé par le gouvernement hongrois prévoyait que les trois entités – MAZSIHISZ, la Communauté juive orthodoxe autonome de Hongrie (MAOIH) et l’EMIH – se partageraient les quelque 6 millions de dollars versés annuellement au titre de la restitution.

Robert Deutsch, président de la Communauté juive orthodoxe autonome de Hongrie (MAOIH). (Autorisation)

« L’État communiste a confisqué les biens de toutes les différentes églises – chrétiennes, juives, etc. », explique le professeur Adras Kovacs, sociologue et démographe, au Times of Israel. « Après l’effondrement de l’ancien système, ces entités ont reçu des biens immobiliers in natura ou, si elles ne voulaient pas les récupérer, l’État leur a donné une somme d’argent symbolique. Les communautés reçoivent également des aides supplémentaires à perpétuité. »

MAZSIHISZ, l’organisation de loin la plus importante selon la plupart des comptages, reçoit 80 % des fonds, soit un total d’environ 5 millions de dollars. Chacun des groupes orthodoxes reçoit environ 600 000 dollars par an.

Mais MAOIH, qui affirme avoir possédé autrefois environ 50 % des propriétés confisquées, cherche à renégocier cette répartition avec EMIH.

« Pendant de nombreuses années, des bribes ont été données à la communauté orthodoxe et elle avait à peine assez d’argent pour survivre, sans parler de développer quoi que ce soit ici », a déclaré Robert Deutsch, président de la MAOIH, basé à Budapest, au Times of Israel. « Peut-être que cette [action en justice] les poussera à s’asseoir avec nous et au moins à entamer une négociation et à trouver une solution, mais évidemment, s’ils sont habitués à recevoir un certain montant de fonds, il leur sera difficile d’y renoncer. »

Dans un courriel adressé au Times of Israel, un porte-parole de MAZSIHISZ a déclaré que son organisation était « sous le choc » de la « déclaration juridique étrange » qu’elle avait reçue des groupes orthodoxes.

« Aucun tribunal religieux n’a le pouvoir d’ordonner au gouvernement de faire ou de ne pas faire quoi que ce soit », a déclaré le porte-parole. « Comme l’a confirmé hier le ministre du bureau du Premier ministre dans une déclaration publique, le gouvernement hongrois ne s’impliquera pas dans les opérations entre les communautés religieuses locales… À l’approche de Shavouot, nous encourageons tout le monde à se souvenir et à respecter le pouvoir de la loi et le respect mutuel. »

Une communauté prospère détruite

La petite mais tenace communauté orthodoxe comptait autrefois des centaines de milliers de membres, mais elle a été pratiquement décimée par la Shoah. Elle compte aujourd’hui une cinquantaine de membres, explique Deutsch, qui dirige une entreprise de fournitures dentaires et a été élu à son poste en janvier de cette année.

La communauté compte cinq synagogues, a indiqué Deutsch, ainsi qu’une boucherie casher, une école de 40 élèves allant de la crèche au lycée, et un restaurant casher. Un grand nombre des élèves de l’école et des fidèles des synagogues viennent de l’extérieur de la communauté, et l’on trouve souvent un grand nombre de visiteurs orthodoxes de l’étranger qui assistent aux offices ou fréquentent les établissements de restauration casher de la ville.

Selon le spécialiste Kovacs, la communauté orthodoxe rivalisait autrefois en taille avec la robuste communauté néologue de Budapest. Le judaïsme néologue, avec lequel MAZSIHISZ s’aligne aujourd’hui, est une communauté libérale et moderniste semblable aux mouvements Conservative ou Massorti.

Mais la localisation des Juifs orthodoxes du pays, qui vivaient en grande partie à la campagne plutôt qu’en ville, a joué un rôle dans leur destin.

Illustration : Juifs de Hongrie arrivant à Auschwitz en mai 1944, dans le cadre de la série de photographies « L’album d’Auschwitz ». La plupart de ces Juifs ont été assassinés le jour même. (Domaine public)

« Au début du 20e siècle, la proportion de juifs orthodoxes par rapport aux juifs néologues était de 50-50, mais après la dissolution du royaume hongrois, les territoires où l’orthodoxie était la tendance dominante – Transylvanie, Slovaquie, Ruthénie des Carpates – ne faisaient plus partie de la Hongrie », a déclaré Kovacs. « Ainsi, sur le territoire de la Hongrie proprement dite, le Judaïsme néologue est devenu la tendance dominante ».

Selon M. Kovacs, la répartition des juifs orthodoxes a de nouveau changé avec la Shoah, lorsque presque tous les juifs hongrois vivant à la campagne ont été déportés dans des camps de concentration et tués. Les Juifs de Budapest étaient relativement mieux lotis, avec un taux de survie d’environ 50 %.

« À Budapest, l’orthodoxie était encore moins présente que dans d’autres régions du pays, ce qui a eu un effet sélectif sur la composition démographique juive et [les orthodoxes] sont devenus un groupe plus petit au sein de la communauté juive hongroise », a déclaré M. Kovacs, ajoutant que les Juifs orthodoxes qui étaient restés ont fui après la révolution de 1956 en raison des persécutions religieuses du régime communiste.

Selon une étude réalisée en 2017 par Kovacs, qui est considéré comme le démographe prééminent de la communauté juive hongroise, il y a aujourd’hui entre 59 000 et 111 000 juifs d’ascendance maternelle résidant en Hongrie. Si l’on inclut ceux de descendance paternelle, ce nombre passe à 73 000 et 138 000.

Des chiffres qui bougent

La plupart des Juifs du pays ne sont pas officiellement affiliés à l’une des trois communautés en question. La loi hongroise permet aux contribuables de reverser 1 % de leurs impôts à un organisme religieux reconnu par le gouvernement. Il y a trois entités juives parmi lesquelles choisir – MAZSIHISZ, EMIH et MAOIH – mais seuls 12 000 contribuables font des dons aux organisations juives, a déclaré M. Kovacs, estimant qu’il s’agit du « seul chiffre objectif » permettant de déterminer l’affiliation religieuse.

(En 2011, le gouvernement hongrois Fidesz, qui se décrit lui-même comme « illibéral », a promulgué une loi controversée accordant des privilèges et des avantages uniquement aux groupes religieux reconnus par le gouvernement, tout en privant les églises non reconnues – y compris le culte juif réformé – du statut juridique et des droits qui en découlent).

Sur les fonds de charité collectés, environ 70 % vont à MAZSIHISZ, 30 % à EMIH et un montant nominal à MAOIH, a indiqué M. Kovacs. L’accord de 2012 entre les trois communautés a divisé les fonds de réparation du gouvernement hongrois plus ou moins selon cette proportion, a-t-il dit.

Le rabbin Shlomo Koves, (à gauche), en train de prier dans sa synagogue Obuda à Budapest, en Hongrie, le 7 octobre 2019. (Autorisation de l’EMIH/via JTA)

Mais M. Koves a déclaré qu’il n’était pas logique de comptabiliser les membres d’une communauté sur la seule base de la loi fiscale.

« Le fait que les gens donnent leur 1 % à une communauté juive ne signifie pas qu’ils sont juifs et cela ne signifie pas qu’ils sont un électeur. Cela signifie simplement qu’ils préfèrent que cet argent aille à la communauté juive plutôt qu’au gouvernement », a-t-il déclaré au Times of Israel.

Avec 11 synagogues et des milliers de personnes participant à des activités sur une base semi-régulière, Koves a déclaré que son organisation est responsable d’une grande partie du renouveau juif de la Hongrie.

« Je mets l’accent sur l’activité que notre organisation mène actuellement », a-t-il déclaré. « Les fonds ne sont pas seulement une restitution financière, mais ils ont aussi pour but de reconstruire la vie juive, parce que le gouvernement ne s’arrête pas [après avoir remboursé la valeur totale des propriétés saisies], les paiements continuent pour toujours. »

Le responsable de MAZSIHISZ, Andras Heisler, était d’accord avec la logique, mais pas avec la conclusion.

Andras Heisler, président de la Fédération des communautés juives de Hongrie, montre à la chancelière allemande Angela Merkel un monument à la Grande Synagogue de la rue Dohany à Budapest, le 2 février 2015. (Carsten Koall/Getty Images)

« Nous pensons que l’argent devrait être distribué en fonction du travail que les communautés font aujourd’hui, et non pas il y a 80 ans », a déclaré Heisler au Times of Israel un jour avant l’injonction. « La situation a changé – la communauté orthodoxe est petite, et la communauté néologue est grande. Et nous utilisons cet argent du gouvernement – tout comme l’EMIH et le MOAIH, bien sûr – pour aider la communauté, mais notre point de vue est que nous sommes le groupe le plus important et que nous représentons la plupart des Juifs ici. »

M. Heisler a souligné le travail que son organisation accomplit pour la grande communauté hongroise, notamment en transformant un petit hôpital caritatif géré par MAZSIHISZ en un centre de vaccination COVID-19. Selon M. Heisler, entre 500 et 800 personnes se font vacciner chaque jour, soit un total de 20 000 injections au cours des derniers mois.

Mais est-ce que ça tiendra devant un tribunal ?

Le chef de MAZSIHISZ a également mis en doute le sérieux du procès.

« Ils essaient de contourner la loi hongroise », a déclaré Heisler. « Il s’agissait d’un contrat signé par trois communautés juives hongroises indépendantes et officiellement approuvé par le gouvernement hongrois. Et maintenant ce contrat est attaqué par EMIH et MAOIH dans un pays étranger par un tribunal rabbinique. Nous ne comprenons pas comment un tribunal rabbinique est supérieur à la loi de l’État hongrois, ni pourquoi il s’agit même d’une question cléricale. »

Mais pour l’orthodoxe Deutsch, la réponse semble claire. « Les communautés juives relèvent du tribunal juif – si nous le pouvons, c’est ce que nous essayons de faire en premier », a-t-il déclaré.

« De plus, le gouvernement hongrois ne veut probablement pas être impliqué directement dans cette affaire à ce stade », a déclaré Deutsch. « Et nous espérons qu’un tribunal juif pourra influencer les communautés juives de Hongrie, puisque nous n’avons pas de tribunal rabbinique. »

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi les communautés ne portaient pas l’affaire devant un tribunal rabbinique européen, Deutsch a répondu que ses rabbins lui avaient conseillé de porter l’affaire devant Jérusalem, tout en refusant de les nommer.

Pour sa part, M. Heisler a admis que si la procédure judiciaire était menée à terme, elle pourrait avoir un effet négatif sur son organisation.

Illustration : 24 nouveaux juges rabbiniques prêtent serment à la résidence du président Rivlin à Jérusalem, le 15 octobre 2018. (Kobi Gideon/GPO)

« Si le tribunal prend une certaine décision, cela pourrait influencer l’État hongrois et il pourrait y avoir un mouvement pour changer le statu quo au sein du gouvernement hongrois », a déclaré Heisler. « Mais c’est mon opinion personnelle. Nous sommes une organisation démocratique, et la décision finale de participer ou non à la procédure du tribunal rabbinique sera prise par notre conseil d’administration ou par l’assemblée générale. »

M. Heisler a également fait remarquer que les tribunaux rabbiniques israéliens sont strictement orthodoxes et supervisés par le grand rabbin du pays, qui a négligé à trois reprises d’informer la grande organisation juive libérale de M. Heisler des visites effectuées à Budapest ces dernières années.

« Le grand rabbin ashkénaze David Lau s’est rendu trois fois en Hongrie, et pas une seule fois il n’a informé mon organisation de sa venue », a déclaré Heisler. « Il est venu à Budapest, a rendu visite au Premier ministre avec l’EMIH, et par la suite, nous l’avons découvert dans le journal. »

« Je lui ai écrit une lettre lui disant que ce n’était pas correct, que si vous êtes le grand rabbin ashkénaze et que vous venez à Budapest, veuillez nous en informer. Laissez-nous au moins vous inviter à vous asseoir pour prendre un café – nous sommes la plus grande communauté juive d’Europe centrale et orientale. Et la deuxième fois qu’il est venu, rien. La troisième fois, rien. Donc, même s’il ne s’agit pas d’une décision d’un tribunal religieux en soi, c’est un signe très fort pour nous », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...