Rechercher

Des soldats tirent sur une voiture d’Israéliens, une enquête est en cours

Essayant d’échapper aux pneus en feu en Cisjordanie, ils auraient accéléré du mauvais côté de la route sans voir les soldats; la mère et l’un des enfants sont légèrement blessés

Illustration : des soldats de Tsahal à un poste de contrôle en Cisjordanie. (Wisam Hashlamoun / Flash90)
Illustration : des soldats de Tsahal à un poste de contrôle en Cisjordanie. (Wisam Hashlamoun / Flash90)

Des soldats de Tsahal ont ouvert le feu par erreur sur une famille israélienne qui traversait la vallée du Jourdain samedi, croyant que les passagers tentaient de les attaquer à la voiture-bélier lorsqu’ils ont accéléré pour éviter des pneus enflammés lancés sur la route par des émeutiers palestiniens.

La famille rentrait chez elle dans l’implantation de Neve Daniel en Cisjordanie lorsque l’incident s’est produit.

« Lorsque nous nous sommes approchés du village d’Al-Auja, nous avons vu des flammes sur la route, et nous avons immédiatement pensé que c’était un barrage routier palestinien et que nous allions être piégés et lynchés », a expliqué dimanche à la Douzième chaîne la mère, identifiée uniquement par son initiale « S ».

« Nous étions terrifiés. Nous ne savions pas quoi faire. J’ai essayé de crier à mon mari de faire demi-tour, mais il ne l’a pas fait parce qu’il pensait qu’il y aurait peut-être un autre véhicule derrière nous », a-t-elle dit.

La mère a raconté que son mari avait alors vérifié la circulation dans la voie d’en face et, comme elle était dégagée, il a décidé d’accélérer pour passer les flammes. Mais ils n’avaient pas remarqué le groupe de soldats de Tsahal de l’autre côté de la route.

« Tout à coup, des soldats se tenaient devant nous et ils pensaient certainement que c’était une attaque à la voiture-bélier parce que nous roulions du mauvais côté de la route à grande vitesse, ce qui devait sembler suspect », a-t-elle expliqué. « Ils nous ont tiré dessus et j’ai crié à mon mari : ‘Ce sont des soldats !’ » Dès qu’il a compris, il s’est arrêté et nous leur avons crié que nous étions israéliens. »

La mère a déclaré que les soldats avaient tiré sur le véhicule à la fois avec des balles réelles et des balles en caoutchouc, mais se sont arrêtés dès que le véhicule s’est immobilisé.

« Je ne sais pas s’ils se sont arrêtés parce qu’ils nous ont entendus, ou parce qu’ils se sont rendu compte que nous étions israéliens, mais ça s’est arrêté d’un coup », a-t-elle déclaré. Bien qu’ils aient tiré de nombreuses balles sur la voiture où se trouvaient les deux adultes et leurs cinq enfants, personne dans la famille n’a été gravement blessé.

« Les balles réelles se sont coincées dans les portières de la voiture et les balles en caoutchouc ont touché le pare-brise. Du verre a volé en éclats au-dessus de moi et j’ai été blessée », a déclaré la mère. « La fenêtre à côté de ma fille aînée à l’arrière s’est complètement brisée, mais heureusement elle n’a pas été blessée. Ma plus jeune fille, âgée d’un an et demi, a été très légèrement touchée et a quelques égratignures.

L’armée israélienne a déclaré à la Douzième chaîne que l’incident s’était produit après qu’une émeute a éclaté près du village d’Al-Auja dans la vallée du Jourdain, lorsque des émeutiers ont jeté des pierres sur la route et allumé un pneu.

« Les forces de Tsahal ont partiellement bloqué la route et peu de temps après, une voiture est passée, a fait une embardée et a foncé du mauvais côté de la route en direction des soldats », a déclaré l’armée.

« Les soldats se sont sentis en danger et ont lancé une procédure d’arrestation suspecte, qui inclut des tirs réels sur les roues du véhicule qui se dirigeait vers eux et des tirs de balles en caoutchouc. L’incident fera l’objet d’une enquête », a déclaré Tsahal.

Les tensions en Cisjordanie ont augmenté depuis que des groupes terroristes de la bande de Gaza ont commencé à tirer des roquettes sur la capitale lundi dernier dans le contexte des tensions israélo-palestiniennes autour de Jérusalem, qui ont déclenché la pire flambée de violence depuis sept ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...