Israël en guerre - Jour 234

Rechercher

Des start-ups israéliennes cherchent à rendre la mer plus verte

Le Centre national pour l'économie bleue présente une technologie océanique durable au premier Blue Tech Summit dans le port de Haïfa

Sue Surkes est la journaliste spécialisée dans l'environnement du Times of Israel.

Le port de Haïfa, le 31 juillet 2022. (Crédit : Shir Torem/Flash90)
Le port de Haïfa, le 31 juillet 2022. (Crédit : Shir Torem/Flash90)

Selon les Nations unies, les océans produisent 50 % de notre oxygène, absorbent 25 % de toutes les émissions de dioxyde de carbone et captent 90 % de l’excès de chaleur généré par ces émissions.

Ils régulent notre climat et nos conditions météorologiques et soutiennent les services – du transport maritime à la pêche en passant par l’énergie – qui, combinés, constitueraient la septième économie mondiale en termes de PIB.

Mais les mers subissent une énorme pression, du fait du dérèglement climatique, de la pollution et de la surexploitation. Des start-ups israéliennes font partie de celles qui essaient de trouver des solutions durables.

Mercredi, certaines d’entre elles ont présenté leurs innovations lors du premier Blue Tech Summit, au port de Haïfa dans le nord d’Israël.

Le sommet était organisé par le Centre national de l’économie bleue, créé il y a un an dans le cadre d’un partenariat entre le gouvernement israélien et l’Union européenne pour élaborer une stratégie de gestion durable des océans.

Grâce au financement de la municipalité de Haïfa, le centre soutient 14 nouvelles start-ups dans son accélérateur au port et crée un écosystème d’entrepreneurs, d’investisseurs, de chercheurs et de groupes environnementaux en Israël et à l’étranger.

Plus de 300 personnes ont assisté à la ConFab, dont des délégations du Portugal, de l’Inde, de la Corée du Sud, du Japon et de la Grèce.

Parmi les entreprises exposantes, qui visent toutes à générer des revenus pour les clients grâce aux crédits carbone, figuraient :

Nayam Wings

Fondée en août 2020 par deux vétérans de la marine israélienne et basée à Haïfa, Nayam Wings développe un système de propulsion éolienne pour le transport maritime, l’une des industries les plus difficiles à décarboner.

La société affirme que ses voiles asymétriques, qui intègrent la technologie aéronautique, peuvent réduire les coûts de carburant (et les émissions) de 15 % à 25 % si elles sont modernisées, et de 35 % si elles sont installées sur un nouveau navire.

Convient à tout navire à pont plat pesant 5 000 tonnes ou plus, les voiles ajustées par ordinateur se déplacent pour attraper le vent avec précision. Selon le co-fondateur et DOP Avishay Parker, des voiles similaires, mais symétriques, développées ailleurs dans le monde réduisent les coûts de carburant de seulement 5 à 8 %.

Après avoir effectué deux tests de validation de concept avec des fonds du ministère de l’Énergie, Nayam Wings – dont la technologie a été inventée par l’ingénieur aéronautique, co-fondateur et CTO Amnon Asscher – cherche actuellement à égaler une subvention de 3,2 millions de shekels de l’Autorité de l’Innovation israélienne (IIA) pour construire un prototype grandeur nature.

« Aujourd’hui, les options pour réduire les émissions de carbone consistent soit à réduire la vitesse, soit à installer des épurateurs (filtres) coûteux et inefficaces », a déclaré Parker.

ElectricAlgae

ElectricAlgae a été créé il y a quelques semaines à peine pour commercialiser les recherches menées au Technion de Haïfa – Institut israélien de technologie. L’équipe du Technion a découvert que le courant électrique dans les algues (macro-algues) est similaire à celui trouvé dans une cellule solaire photovoltaïque. Contrairement à un panneau solaire, cependant, qui ne produit de l’électricité que lorsque le soleil brille, les algues continuent à en produire dans l’obscurité, bien qu’à environ la moitié de la puissance de la journée.

Des algues. (Crédit : Grubio–1 , CC BY-SA 4.0, Wikimedia Commons)

Selon le co-fondatrice et vice-présidente du développement commercial Meytal Katz, les électrodes à base de métal que l’entreprise utilise pour récolter l’énergie des algues sont beaucoup plus faciles à développer que les cellules photovoltaïques.

Aujourd’hui, les algues sont cultivées pour une variété d’applications, allant de l’alimentation et des cosmétiques aux alternatives au plastique.

« Un producteur d’algues qui intègre la technologie ElectricAlgae peut gagner de l’argent supplémentaire en produisant de l’électricité », a déclaré Katz.

La société effectue son premier tour de table pour réaliser une première preuve de concept sur un lit d’algues de 200 mètres carrés, dans l’espoir de développer un prototype à montrer aux investisseurs potentiels.

DisperseBio

Selon le microbiologiste marin, le Dr. Amir Zlotkin, l’industrie dépense 4 000 milliards de dollars par an pour éliminer le film microbien des surfaces créées par l’homme, telles que les membranes des usines de dessalement, les tours de refroidissement et les coques de navires.

Le matériau choisi est généralement toxique pour les bactéries et l’environnement.

Zlotkin a isolé une protéine dont il a découvert l’existence chez toutes les créatures vivantes, des oursins aux humains, dont une partie « dit » aux microbes de ne pas se coller dessus. Il a développé un peptide synthétique qui peut être utilisé seul pour nettoyer les surfaces, dans les cas où les microbes n’ont pas besoin d’être tués, ou ajouté à des composés anti-microbiens, où une stérilisation totale est requise. Son produit peut aider les entreprises chimiques sous pression réglementaire à réduire la concentration de leurs biocides pour des raisons environnementales, sans compromettre l’efficacité, a expliqué Zlotkin.

Il travaille sur la technologie depuis 2009, bien qu’il n’ait créé DisperseBio qu’en 2021, à Tel Aviv.

Son invention est actuellement testée pour preuve de concept par DuPont Water Solutions, ICL (anciennement Israel Chemicals Ltd.), la société d’irrigation israélienne Netafim (qui expérimente le biofilm dans ses tuyaux), National Paints, situé aux Émirats arabes unis, et ACCIONA, qui construit et exploite des usines de dessalement, notamment dans le golfe Persique.

Les microbes marins sont responsables de l’élimination de grandes quantités d’émissions de dioxyde de carbone générées par l’homme, a déclaré Zlotkin. Si vous tuez les bactéries, vous réduisez la capacité des mers à capter le carbone.

BaroMar

L’un des principaux défis des énergies renouvelables est que l’électricité n’est pas produite par des panneaux solaires lorsque le soleil ne brille pas ou par des éoliennes lorsque le vent souffle trop peu.

Les méthodes traditionnelles de stockage de l’énergie sont l’hydroélectricité de stockage par pompage ou la compression de l’air. Le premier nécessite une montagne d’où l’eau peut s’écouler. Ce dernier utilise généralement des réservoirs de gaz épuisés, où la matière organique résiduelle peut entraîner des complications.

Selon le PDG de BaroMar, Yonadav Buber, la compression de l’air pour le stockage de l’énergie sur terre coûte cher. À grande échelle, cela nécessiterait beaucoup de terrain et un grand réservoir coûteux nécessitant des parois épaisses pour garantir que l’air comprimé n’explose pas.

L’innovation de BaroMar consiste à utiliser le vaste espace et gratuit du fond de l’océan, bien en dessous de l’endroit où vivent la plupart des plantes et créatures marines, et à faire correspondre la pression atmosphérique dans l’eau à la pression dans le réservoir contenant l’air.

« Si je descends à 400 mètres, j’ai une pression de 40 bars et je pompe de l’air à 40 bars, donc mon ballon peut être très basique », a expliqué Buber.

L’entreprise utilise un générateur, un compresseur et une turbine prêts à l’emploi. Lorsqu’il y a trop d’énergie à gérer pour le réseau, l’énergie est utilisée pour comprimer l’air et le stocker sous l’eau. Lorsque l’énergie est nécessaire, l’air est pompé et utilisé pour faire fonctionner la turbine, pour créer à nouveau de l’énergie.

Les batteries pour le stockage de l’énergie sont chères, présentent des problèmes environnementaux, nécessitent beaucoup d’espace et ne peuvent généralement stocker de l’énergie que pendant quatre heures, a poursuivi Buber.

En revanche, l’énergie peut être stockée dans de l’air comprimé sur le fond marin aussi longtemps que l’opérateur du réseau le souhaite, a-t-il ajouté.

La société, créée en janvier de l’année dernière et basée à Kfar Monash, dans le nord de la vallée du Jourdain, a levé des capitaux d’amorçage il y a trois mois. Il prévoit d’effectuer une preuve de concept en Israël ou à Chypre et de commercialiser la solution dans les deux prochaines années.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.