Des supporters marseillais ont répondu à l’appel de Haïm Korsia
Rechercher

Des supporters marseillais ont répondu à l’appel de Haïm Korsia

Le grand rabbin de france avait invité les supporters à porter « une kippa, une casquette, un foulard, un haut de forme » lors de la rencontre OM-Montpelier

Capture d’écran : Haïm Korsia sur le plateau du Grand Journal
Capture d’écran : Haïm Korsia sur le plateau du Grand Journal

Mercredi dernier a eu lieu au stade du Vélodrome la rencontre entre l’Olympique de Marseille et Montpelier.

A l’occasion de ce match, le grand rabbin de France Haïm Korsia avait demandé aux supporters de se couvrir la tête en solidarité avec l’enseignant juif victime d’une attaque antisémite à la machette à Marseille.

Le Club Central des Supporters de l’Olympique marseillais (CCS) avait alors répondu positivement à l’appel lancé par Haim Korsia.

« Pour que tous ces attentats, ces agressions cessent. Pour ne plus avoir peur d’être ce que vous êtes. Pour que toutes nos cultures soient une richesse. Pour notre liberté, » avait publié le site des supporters marseillais.

Loïc, 24 ans, a répondu à l’appel de son club et montré sa solidarité avec l’enseignant en revêtant une casquette pendant toute la durée du match. 

« J’ai voulu afficher mon soutien au professeur agressé car c’est pas bien ce qui s’est passé, » a expliqué l’adhérent au CCS.

A l’occasion de cette rencontre, les spectateurs n’avaient pas tous revêtu un couvre-chef.

Selon le site La Provence, cette initiative n’aurait pas connu une campagne de communication assez forte pour atteindre tous les spectateurs du match se doublant d’un froid hivernal démotivant bien des supporters.

Un supporter a avoué ne pas avoir été mis au courant de cette initiative. « Dans cette période compliquée entre les religions, il faut soutenir ce genre d’initiative. Alors… je vais mettre ma capuche pendant le match ! » a-t-il déclaré au site La Provence.

Un supporter juif, a quant à lui prit la décision de ne pas revêtir sa kippa expliquant que sa souffrance était intérieure.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...