Des tracts accusant les Juifs d’être derrière le 11/09 retrouvés en Californie
Rechercher

Des tracts accusant les Juifs d’être derrière le 11/09 retrouvés en Californie

Le chef de la police locale appelle les résidents à "s'opposer à la haine", mais n'ouvrira pas d'enquête, les tracts étant protégés par le Premier amendement

Une partie du tract retrouvé à divers endroits à Novato, en Californie. (Crédit : Matt Elkins/J. The Jewish News of Northern California via JTA)
Une partie du tract retrouvé à divers endroits à Novato, en Californie. (Crédit : Matt Elkins/J. The Jewish News of Northern California via JTA)

J. The Jewish News of Northern California via JTA — Des tracts antisémites dénonçant les Juifs et Israël comme étant responsables des attentats du 11 septembre ont été découverts dans le nord de la Californie à environ 50 km de San Francisco.

Les tracts retrouvés à Novato, une ville d’environ 52 000 habitants, ont été placardés sur des poteaux téléphoniques, des devantures de magasins et dans un lycée.

Ils assuraient que des Israéliens avaient été vus danser sur le site des tours jumelles en ruines, qu’un Juif israélien avait gagné des milliards de dollars grâce aux assurances et que le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait applaudi les attentats.

« États-Unis, réveille-toi ! », pouvait-on lire au bas du document.

Le chef de la police Adam McGill a appelé les citoyens à « résister à la haine », mais fait savoir au Marin Independent Journal que les tracts étaient protégés par le Premier amendement et qu’il n’y aurait pas d’enquêtes. Aucun groupe n’a revendiqué la paternité du tract.

Le maire Eric Lucan a également condamné les tracts, estimant « que la haine n’a pas sa place » à Novato.

Ils auraient également été découverts sur un magasin Safeway du centre-ville de Novato et au lycée San Marin, d’après le Marin Independent Journal.

Nancy Appel, directrice régionale associée pour la région Pacifique centre de l’Anti-Defamation League (ADL), a indiqué que son bureau avait reçu de nombreux appels à ce sujet.

« Il s’agit de vieux stéréotypes sur le 11/09. C’est un élément illustrant la montée de l’antisémitisme que nous observons plus généralement », a-t-elle déploré.

Mardi, le maire, les services de police, le rectorat et l’organisation anti-haine Not In Our Town [Pas dans notre ville] ont publié une lettre ouverte condamnant les prospectus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...