Désarmé, l’attaquant de Tekoa a été capturé en donnant de violents coups de poings
Rechercher

Désarmé, l’attaquant de Tekoa a été capturé en donnant de violents coups de poings

L’assaillant adolescent était détenu et déshabillé par des civils avant qu’un mouvement brusque n’en pousse un à presser sur la gâchette, selon des témoins

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un adolescent palestinien blessé, suspecté d'avoir poignardé une femme enceinte dans l'implantation de Tekoa, est évacué sur une civière par les soldats israéliens le lundi 18 janvier 2016. (Crédit : AFP/MENAHEM KAHANA)
Un adolescent palestinien blessé, suspecté d'avoir poignardé une femme enceinte dans l'implantation de Tekoa, est évacué sur une civière par les soldats israéliens le lundi 18 janvier 2016. (Crédit : AFP/MENAHEM KAHANA)

L’adolescent palestinien suspecté d’avoir poignardé une femme israélienne dans l’implantation de Tekoa en Cisjordanie a été blessé par balles quand il a envoyé de violents coups de poings sur les civils qui l’avaient déjà désarmé, ont déclaré des témoins oculaires et des officiels après l’attaque.

Le Palestinien de 15 ans, Othman Muhammad Shaalan, est entré dans l’implantation par un trou de la clôture – selon certaines informations il aurait lui-même fait ce trou – autour de 10h00 lundi.

A 10h17, l’équipe de sécurité privée de Tekoa a reçu un appel indiquant qu’une femme avait été poignardée près du magasin de vêtements d’occasion de la communauté, selon un document obtenu par le Times of Israel.

Shaalan est entré dans le magasin et a poignardé Michal Froman, 30 ans, quand elle s’est approchée de lui. Elle a plus tard déclaré qu’il semblait en détresse et qu’elle voulait l’aider.

Froman, qui est enceinte de cinq mois, a été modérément blessée. Alors que les passants se sont précipités pour l’aider, Shaalan a fui en direction du trou dans la clôture par lequel il était entré.

Une ligne rouge marque le chemin emprunté par l'adolescent palestinien, qui aurait poignardé Michal Froman, pour fuir l'implantation de Tekoa, en Cisjordanie, le 18 janvier 2016. (Capture d'écran : document de la sécurité de Tekoa)
Une ligne rouge marque le chemin emprunté par l’adolescent palestinien, qui aurait poignardé Michal Froman, pour fuir l’implantation de Tekoa, en Cisjordanie, le 18 janvier 2016. (Capture d’écran : document de la sécurité de Tekoa)

Un civil armé l’a poursuivi, son pistolet autorisé sorti, et a dit a Shaalan de s’arrêter, ce qu’il a fait, a déclaré un témoin présent sur les lieux au Times of Israel.

Le témoin a parlé à condition d’être anonyme.

Shaalan n’avait plus son couteau à ce moment, et les civils qui l’avaient arrêté lui ont demandé de se déshabiller pour s’assurer qu’il n’avait pas une autre arme sur lui, selon le témoin.

C’est alors qu’un autre civil armé, un résident d’une implantation voisine qui travaille à Tekoa, est arrivé sur les lieux. Les deux civils ont pointé leurs armes sur l’attaquant, qui était désarmé et en sous-vêtement, afin de l’empêcher de s’échapper avant que les forces de sécurité n’arrivent pour le récupérer.

L’officier de liaison de l’implantation avec l’armée, Reuven Shadur, est ensuite arrivé.

Selon un rapport interne sur l’incident qui a été préparé par la sécurité de Tekoa et obtenue par le Times of Israel, Shadur « a été dirigé vers le chemin utilisé par le terroriste pour s’enfuir et a commencer à le chercher dans la zone.

Après quelques secondes, il a identifié l’assaillant détenu par deux civils, après qu’il se soit déshabillé, vers la zone industrielle ».

Alors que les forces de sécurité arrivaient, « le terroriste a tenté d’attaquer l’un des civils et a été blessé à la jambe », selon le document.

Shaalan souffrait d’une blessure par balle à la jambe, a déclaré un officiel de la sécurité de Tekoa.

Le directeur du conseil régional local Davidi Perl a déclaré à ce moment que l’attaquant était « à moitié mort », et il aurait semblé inconscient. Dans la suite immédiate de l’attaque, l’armée a par erreur affirmé qu’il était en fait mort.

Shaalan a été traité par les premiers secours sur les lieux avant d’être transporté à l’hôpital voisin dans un état modéré.

Le trou dans la clôture, indiqué en hébreu sur la droite, montre où l'adolescent palestinien qui aurait poignardé Michal Froman est entré dans l'implantation juive de Tekoa, en Cisjordanie, le 18 janvier 2016. (Capture d'écran : document de la sécurité de Tekoa)
Le trou dans la clôture, indiqué en hébreu sur la droite, montre où l’adolescent palestinien qui aurait poignardé Michal Froman est entré dans l’implantation juive de Tekoa, en Cisjordanie, le 18 janvier 2016. (Capture d’écran : document de la sécurité de Tekoa)

L’officiel de la sécurité présent sur les lieux, qui a demandé à rester anonyme puisqu’il n’est pas autorisé à parler aux médias, a déclaré au Times of Israel que Shaalan « a tenté d’attaquer l’un des civils et de lui voler son arme ».

Les civils ont ensuite ouvert le feu sur le Palestinien, le touchant à la jambe. « L’assaillant est tombé et est resté soumis », selon le rapport.

Une porte-parole de la police israélienne, qui est chargée d’enquêter sur l’incident, a refusé de commenter sur ce qui avait transpiré et sur la nécessité de tirer ou non sur un attaquant désarmais, déclarant qu’elle ne pouvait pas commenter une enquête en cours.

L’armée israélienne a également refusé de commenter les circonstances du tir, se contentant de confirmer qu’un civil, et non un soldat, avait tiré.

Une minute ou deux après que Shaalan a été blessé, une ambulance est arrivée pour soigner Froman, la victime, qui avait depuis été déplacée dans un véhicule voisin hors de danger, selon le rapport interne.

Trois minutes après, une seconde ambulance est arrivée pour soigner Shaalan.

L’incident entier, depuis l’attaque au couteau jusqu’à l’arrestation de Shaalan, a duré moins de 15 minutes, bien que l’attaque ait déclenché des patrouilles dans l’implantation jusqu’à tard dans l’après-midi.

Mardi, Froman, qui a été emmenée au centre médical Shaare Zedek à Jérusalem, a fait preuve de sympathie pour son attaquant. « J’ai vu ses yeux, sa confusion, se rappelle-t-elle. Il n’avait pas un visage effrayant ; il était jeune, avec un visage de bébé. Je n’ai pas vraiment voulu croire qu’il était un terroriste. »

Michal Forman, enceinte et blessée, arrive aux urgences du centre médical Shaare Zedek le 18 janvier 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Michal Forman, enceinte et blessée, arrive aux urgences du centre médical Shaare Zedek le 18 janvier 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Froman est mariée au fils du rabbin Menachem Froman, un militant pacifiste notable de la communauté des implantations, qui a travaillé à promouvoir des initiatives de paix populaires et le dialogue entre juifs et Palestiniens avant sa mort en 2013.

Le mari de Michal Froman, Shivi Froman, a déclaré mardi au Times of Israel que l’incident n’avait pas affaibli sa croyance en la coexistence avec les palestiniens, une idéologie qui suit celle de son père.

« Nous devons aborder la situation avec deux mains : la main gauche pour combattre et la main droite pour embrasser, a-t-il déclaré. [L’attaque] n’a fait que renforcer mes opinions. »

Stuart Winer a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...