Deux autres élèves arrêtés après le viol présumé d’une adolescente dans un lycée
Rechercher

Deux autres élèves arrêtés après le viol présumé d’une adolescente dans un lycée

L'élève de quatrième passe actuellement des tests médicaux après avoir affirmé avoir été violée par des élèves de première et terminale à deux reprises

Illustration : un policier tient une paire de menottes. (Yossi Zamir/Flash90)
Illustration : un policier tient une paire de menottes. (Yossi Zamir/Flash90)

Dimanche, la police a annoncé avoir arrêté deux suspects supplémentaires après qu’une jeune fille de 13 ans a affirmé que certains de ses camarades l’avaient violée, à plusieurs reprises, dans l’enceinte de l’établissement scolaire de la ville de Nétivot, dans le sud d’Israël.

Selon le communiqué de la police, les deux suspects mineurs ont été arrêtés, soupçonnés d’avoir commis des crimes sexuels. Ils doivent être déférés devant un tribunal dimanche, où la police doit demander leur maintien en détention.

Un autre suspect avait été arrêté samedi. La police a déclaré que l’enquête était en cours.

Vendredi, l’élève de quatrième a confié à son père qu’à deux reprises sur une période de 10 jours, elle avait été agressée sexuellement dans une pièce souterraine de l’école. Un garçon l’aurait violée alors qu’un autre filmait et que deux autres montaient la garde dehors. Ils auraient ensuite changé de rôle et abusé d’elle à tour de rôle. Les adolescents suspectés sont des élèves de première et de terminale du même établissement.

Dimanche, des médias israéliens ont rapporté que la jeune fille passait des examens médicaux.

Le ministère de l’Éducation a indiqué qu’il ne pouvait pas commenter l’affaire puisqu’une enquête de la police était en cours, mais qu’il suivait le déroulement de l’investigation de « très près ».

S’exprimant à la Treizième chaîne sur l’affaire, le père de la fille a déclaré « comment une telle chose peut-elle se produire dans l’enceinte de l’école sans que personne ne le voie ? Où étaient les enseignants ? Où était le principal ? »

« Ma fille est complètement détruite. Elle n’a pas quitté sa chambre depuis et n’arrête pas de pleurer », a-t-il confié.

« Quand je lui ai demandé pourquoi elle ne m’avait rien dit après la première fois, elle a répondu qu’ils avaient menacé de la tuer et de tuer son petit frère et de publier les vidéos [qu’ils ont prises d’elle] si elle parlait », a ajouté le père.

La Treizième chaîne a ajouté que la victime présumée avait reçu des messages de haine sur Instagram ces derniers jours, certains de ses camarades la traitant de « pute ».

On ne sait pas clairement où les viols auraient eu lieu.

Ces dernières allégations interviennent un mois après que la police a levé une interdiction de diffusion d’informations sur le viol collectif présumé d’une jeune fille de 11 ans par huit adolescents dans le nord d’Israël.

Les suspects, âgés de 14 à 16 ans, ont été arrêtés début août et sont assignés à résidence. Sept autres suspects mineurs ont été interrogés dans l’affaire, a précisé la police.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...