Deux autres Français écroués en Israël pour fraude présumée en France
Rechercher

Deux autres Français écroués en Israël pour fraude présumée en France

"Les suspects se sont fait passer pour des responsables de ces sociétés et demandé des transferts d'argents importants sur leurs comptes bancaires", a indiqué la police israélienne

Une photo d'une voiture de police à Jérusalem, le 20 septembre 2017. (Times of Israël/Stuart Winer)
Une photo d'une voiture de police à Jérusalem, le 20 septembre 2017. (Times of Israël/Stuart Winer)

Après l’arrestation de deux Françaises pour « escroquerie » présumée aux masques de protection FFP2, les autorités israéliennes ont annoncé jeudi avoir épinglé deux autres ressortissants français pour tentative de fraude sur des sociétés alimentaires basées en France.

« Les deux suspects se sont fait passer pour des responsables de ces sociétés et demandé des transferts d’argents importants sur leurs comptes bancaires », a indiqué la police israélienne dans un communiqué, sans détailler l’identité des deux prévenus ni élaborer sur le mécanisme précis de la fraude présumée.

L’arrestation a été effectuée à la demande des autorités françaises et a « permis d’éviter de graves dommages financiers à plusieurs sociétés françaises », car les complices tentaient de frauder depuis Israël des sociétés en France, selon la police.

Les deux suspects, dont la garde à vue a été prolongée, habitent Raanana, ville du centre d’Israël où vivent de nombreux Franco-israéliens.

« Ce sont des gens qui profitent d’une situation de crise, avec le coronavirus, pour frauder, pensant que ce sera plus facile », a dit à l’AFP Micky Rosenfeld, porte-parole de la police israélienne.

Il a confirmé qu’il s’agissait bien de la seconde affaire d’arnaque présumée impliquant des citoyens français en Israël depuis le début de la pandémie.

Deux Françaises, suspectées d’escroquerie à la vente de masques de protection FFP2 à des sociétés en France, avaient été arrêtées la semaine dernière en Israël, avaient annoncé les autorités israéliennes et le procureur de la République de Rennes (France).

Agées de 37 et 70 ans et appartenant à une même famille, elles avaient été interpellées par la police israélienne à Netanya, ville au nord de Tel-Aviv où vit aussi une très importante communauté française.

Ces deux femmes sont « suspectées d’être à l’origine de cette escroquerie à la vente de masques FFP2 et de gel hydroalcoolique sur le territoire français », avait indiqué le procureur Philippe Astruc.

Un masque de protection FFP2, dont le port est recommandé dans le cadre de la pandémie de coronavirus. (Crédit : FRANCK FIFE / AFP)

Lors de leur arrestation, elles étaient « en possession du téléphone servant à démarcher en France (des) entreprises ciblées pour leur possible besoin en masques, en cette période de pandémie au Covid-19 », précise le procureur.

Ces arrestations ont été rendues possibles par la coopération entre la police israélienne et l’Office central de répression de la grande délinquance financière (OCRGDF).

« La police continuera de faire ce qu’il faut pour lutter contre les fraudes liées à la pandémie », a précisé le porte-parole de la police israélienne, ajoutant que les enquêtes sur ces deux affaires étaient toujours en cours.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...