Deux boucliers de la Torah datant du 18e siècle en vente aux enchères
Rechercher

Deux boucliers de la Torah datant du 18e siècle en vente aux enchères

Ces ornements d'argent, attribués à l'artisan Elimelekh Tzoref de Stanislav et appartenant à la famille Sassoon, pourraient être vendus pour un million de dollars chacun

Bouclier décoratif de la Torah en argent signé et daté par Elimelekh Tzoref de Stanislav, 1782. (Crédit : JTA)
Bouclier décoratif de la Torah en argent signé et daté par Elimelekh Tzoref de Stanislav, 1782. (Crédit : JTA)

JTA – Parmi les reliques en vente dans une prochaine vente aux enchères de Sotheby’s figurent deux boucliers de la Torah que la maison de vente aux enchères considère comme « les pièces de judaïca les plus importantes à être mises aux enchères depuis une génération ».

Ces objets font partie d’un trésor de la famille Sassoon, une riche famille originaire d’Irak, que la maison de vente aux enchères proposera le mois prochain. Les 68 objets comprennent une robe et un contrat de mariage provenant d’un mariage célébré à Bombay en 1853, des ornements de la Torah provenant des Pays-Bas ainsi qu’un livre de prières et un ensemble de tefillin ayant appartenu à un grand rabbin de Bagdad au 19e siècle.

Les objets susceptibles de se vendre au prix le plus élevé, selon le catalogue que Sotheby’s a élaboré pour la vente aux enchères, sont deux boucliers utilisés pour décorer les parchemins de la Torah. Fabriqués en argent et attribués à un artisan nommé Elimelekh Tzoref de Stanislav, qui a travaillé à la fin du 18e siècle dans une ville qui fait maintenant partie de l’Ukraine, l’un est décoré de scènes de la Torah et l’autre présente un plan détaillé de l’ancien Temple de Jérusalem.

Un troisième bouclier attribué à Elimelekh Tzoref de Stanislav se trouve dans les collections du Musée d’Israël. Il a été vendu pour près de 800 000 dollars il y a deux décennies.

Sotheby’s estime que chaque bouclier pourrait se vendre pour près d’un million de dollars. D’autres objets de la vente aux enchères sont plus abordables pour le collectionneur à budget limité : une médaille décernée à une matriarche de famille en 1947 pour honorer son service en Inde, par exemple, a un prix estimé à 1 000 dollars.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...