Rechercher

Deux coureurs de l’équipe israélienne sur le podium de la 16e étape du Tour de France

Hugo Houle, coureur canadien de l'équipe Israel-Premier Tech, a dédié sa victoire à son petit-frère décédé ; son coéquipier et compatriote Michaël Woods a terminé 3e

Hugo Houle, coureur canadien de l'équipe Israel-Premier Tech, célèbre sa victoire alors qu'il se dirige vers la ligne d'arrivée de la 16e étape de la 109e édition du Tour de France, 178,5 km entre Carcassonne et Foix dans le sud de la France, le 19 juillet 2022. (Crédit : Marco BERTORELLO / AFP)
Hugo Houle, coureur canadien de l'équipe Israel-Premier Tech, célèbre sa victoire alors qu'il se dirige vers la ligne d'arrivée de la 16e étape de la 109e édition du Tour de France, 178,5 km entre Carcassonne et Foix dans le sud de la France, le 19 juillet 2022. (Crédit : Marco BERTORELLO / AFP)

Hugo Houle, coureur cycliste canadien de l’équipe israélienne Israel-Premier Tech, a remporté mardi en solitaire la seizième étape du Tour de France, 178,5 km entre Carcassonne et Foix.

Son coéquipier et compatriote Michaël Woods a lui terminé troisième, derrière le Français Valentin Madouas de l’équipe Groupama-FDJ.

Il s’agit de la deuxième victoire d’étape pour l’équipe israélienne sur le Tour de France, après celle de l’Australien Simon Clarke le 6 juillet dernier. Il s’agit également du deuxième succès du pays d’Hugo Houle, le Canada, dans l’histoire du Tour de France. Le coureur était déjà monté sur le podium cette année, terminant troisième lors de la treizième étape.

Pour la victoire, Houle s’est dégagé du peloton à l’entrée des quarante derniers kilomètres. Le Québécois, qui n’avait encore jamais remporté le moindre succès international depuis ses débuts professionnels en 2013, a rallié en vainqueur l’arrivée, plus d’une minute avant les premiers poursuivants (Madouas, Woods et Jorgenson).

« Quand j’ai attaqué, c’était pour préparer le terrain à Michael Woods », a expliqué le vainqueur du jour. « Puis j’ai fait l’écart et Michael m’a dit : ‘Vas-y.’ L’écart est resté longtemps à 30 secondes, c’était serré. Quand il est passé à la minute, je me suis dit que c’était bon. J’ai fait attention, j’ai eu peur de la chute dans les cinq derniers kilomètres. »

« On avait un plan mais les plans, ça ne marche pas à tous les coups », a-t-il ajouté en conférence de presse. « On devait être avec Michael Woods dans l’échappée. Il était évidemment le plus fort de nous deux sur ce genre de montées, c’est pour ça que j’ai anticipé et finalement, c’est moi qui suis resté devant. J’ai compris à un kilomètre de l’arrivée que le job était fait. Je n’avais encore jamais gagné, je voulais le faire en l’honneur de mon frère. C’est pour cela que j’ai ressenti et exprimé beaucoup d’émotion. »

« Je n’avais encore jamais remporté de course, j’imagine que c’est un bel endroit pour commencer », a-t-il déclaré.

À 31 ans, il a ainsi ouvert son compteur de la plus belle des manière, sur la plus grande course au monde.

Avant de faire carrière dans le cyclisme et de rejoindre l’équipe Spidertech en 2011, Hugo Houle a été policier. Il a évolué entre 2013 et 2017 dans l’équipe AG2R-La Mondiale, puis de 2018 à 2021 chez Astana, avant de rejoindre la formation israélienne. Pendant l’étape d’hier, l’équipe AG2R-Citroën a encouragé le Québecois qui filait vers la victoire dans la descente en direction de Foix. « Mais… Ce serait pas un bidon de chez nous ça ? Allez Hugo ! », a tweeté l’équipe en partageant une photo montrant effectivement Hugo Houle avec un bidon d’AG2R.

En larmes après l’arrivée, il a dédié sa victoire à son petit frère Pierrik, décédé accidentellement en 2012, fauché par un automobiliste ivre alors qu’il effectuait un jogging.

« J’ai beaucoup pensé à lui ces dernières années, aujourd’hui je gagne pour lui », a déclaré le Québecois de Sainte-Perpétue, en montrant la petite croix qu’il porte autour du cou. « Depuis le décès de mon frère, ça a été mon rêve de remporter un Tour de France. Je ne réalise pas encore, c’est complètement fou. Je suis sûr qu’il m’a aidé. »

« Mon frère avait trois ans de moins que moi, on a fait du vélo ensemble, de la piste, on s’est entraîné aussi pour le triathlon. Il était plus rapide que moi, c’était un sujet de blagues entre nous. Quand je l’ai perdu, j’ai continué à courir pour lui. »

« Il a été renversé par un automobiliste qui s’est enfui, c’était dans notre village, et le chauffard s’est enfui sans s’occuper de mon frère. C’est moi qui l’ai trouvé. Quand j’ai pris sa main, je me suis rendu compte qu’il était mort. La police a trouvé ensuite le chauffard. Je dois dire que l’équipe AG2R qui m’avait accueilli a été incroyable, ils m’ont laissé le temps de revenir, ça m’a pris plusieurs années. Si je suis là où j’en suis, c’est grâce à eux. »

Par coïncidence, l’un des directeurs sportifs de Houle dans l’équipe Israel-Premier Tech n’est autre que Steve Bauer, jusqu’alors le seul vainqueur d’étape canadien dans le Tour, en 1988.

« Si j’avais pu écrire un scénario idéal, ç’aurait été celui-là : une victoire en solitaire que j’ai pu célébrer les bras en l’air. J’étais heureux aussi pour Steve Bauer, qui était dans la voiture derrière moi aujourd’hui. Il m’a incité à apprécier ce moment. »

Hugo Houle, coureur canadien de l’équipe Israel-Premier Tech (à droite), félicité par son coéquipier et compatriote Michaël Woods après avoir remporté la 16e étape de la 109e édition du Tour de France, 178,5 km entre Carcassonne et Foix dans le sud de la France, le 19 juillet 2022. (Crédit : Gonzalo FUENTES / POOL / AFP)

Avant le double podium de l’équipe israélienne, une poignée de militants anti-Israël du collectif « Palestine vaincra » avaient manifesté pendant l’épreuve avec des drapeaux palestiniens afin de « dénoncer la présence de l’équipe Israel-Premier Tech, ambassadrice auto-proclamée de l’apartheid israélien ».

Au classement général actuel, Hugo Houle se classe 26e, derrière son coéquipier britannique Christopher Froome (25e). Michaël Woods est lui 36e. Le seul Israélien de la course, Guy Niv, est 84e. Le Letton Krists Neilands est 87e, et le Canadien Guillaume Boivin 131e.

L’Australien Simon Clarke a dû abandonner avant le départ de la 15e étape, suite à un test positif au COVID. Le Danois Jakob Fuglsang a lui abandonné au départ de la 16e étape, après la fracture d’une côte dans une chute.

L’étape de ce mercredi mènera les six cyclistes de la formation israélienne et les 140 autres toujours en course de Saint-Gaudens à Peyragudes. La compétition s’achèvera dimanche à Paris, sur les Champs-Élysées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...