Deux gardes-frontières accusés d’avoir agressé un Arabe à Jérusalem
Rechercher

Deux gardes-frontières accusés d’avoir agressé un Arabe à Jérusalem

Les agents auraient frappé l'homme à de multiples reprises avec leur arme et auraient menacé de lui tirer dessus, pensant qu'il était responsable d'une attaque au couteau

La police des frontières contrôle un Palestinien porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 17 février 2016. Illustration. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
La police des frontières contrôle un Palestinien porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 17 février 2016. Illustration. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Deux agents de la police des frontières ont été inculpés lundi par la Cour des magistrats de Jérusalem suite à une enquête menée par le département des enquêtes internes de la police, qui a recommandé la tenue d’un procès pour l’agression présumée d’un Arabe israélien, que les deux garde-frontières avaient confondu avec le responsable d’une attaque à l’arme blanche survenue dans la Vieille Ville.

Selon l’accusation, les agents Yosef Abadi, 21 ans, de Rishon Lezion, et Oshri Ohayon, 22 ans, de Beit Shemesh, étaient arrivés dans le quartier chrétien de la Vieille Ville le 2 mai 2016 pour rechercher l’auteur d’une attaque au couteau qui avait eu lieu dans la zone en début de journée.

Apercevant un Arabe israélien dont ils ont cru qu’il était l’agresseur qu’ils poursuivaient, mais qui était en fait un spectateur désarmé, Abadi aurait frappé l’homme dans l’œil avec la crosse de son fusil sans tenter d’abord de l’interroger ou de l’informer de sa probable mise en détention.

Après que l’homme a demandé une explication à Abadi et Ohayon, les deux agents l’ont insulté et l’un d’eux l’a attrapé par la nuque, le bloquant contre une porte fermée. Ils lui auraient ensuite donné des coups de poings et l’auraient frappé avec leur arme à la tête et dans le dos.

Un garde-frontière arrête un Palestinien à Jabel Mukaber, un quartier de Jérusalem Est, le 18 septembre 2015. Illustration. (Crédit : police israélienne)
Un garde-frontière arrête un Palestinien à Jabel Mukaber, un quartier de Jérusalem Est, le 18 septembre 2015. Illustration. (Crédit : police israélienne)

Alors que l’homme leur demandait d’arrêter, disant qu’il venait tout juste d’avoir un enfant, Abadi et Ohayon ont armé leur fusil et demandé à un agent de la police des frontières qui passait là de « lui tirer dessus », indique l’acte d’inculpation, qui ne donne pas l’identité de la victime.

Après que l’homme arabe israélien a tenté de se retourner, les deux agents l’ont frappé au niveau des testicules puis ont continué à le battre pendant quelques minutes tandis que l’un des agents disait à l’autre : « Tire-lui dessus, tire-lui dessus, voilà le couteau », selon l’accusation.

Alors que les deux agents commençaient à s’éloigner, l’homme a crié qu’il porterait plainte et Abadi a fait demi-tour, préparé à nouveau son arme et l’a frappé à la poitrine avec la crosse.

L’homme arabe israélien a indiqué dans l’acte d’accusation qu’en raison de cet incident, il avait souffert de blessures à l’œil droit, au dos, à la taille et à l’abdomen.

Cette inculpation survient vingt-quatre heures après qu’un autre agent de police, Moshe Cohen, qui avait été filmé frappant un chauffeur de camion arabe israélien, a présenté sa démission des forces de l’ordre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...