Deux Israéliens et un Iranien réunis dans un prestigieux club de foot anglais
Rechercher

Deux Israéliens et un Iranien réunis dans un prestigieux club de foot anglais

L'Iranien Alireza Jahanbakhsh a rejoint Brighton. Il côtoiera dans ses rangs deux coéquipiers israéliens, Tomer Hemed (Juif) et Beram Kayal (Musulman)

La rencontre entre Brighton et l'OGC Nice (Capture d'écran : Youtube)
La rencontre entre Brighton et l'OGC Nice (Capture d'écran : Youtube)

Ignorant l’animosité politique entre les deux pays, un joueur né en Iran a fait ses débuts aux côtés de deux joueurs israéliens dans cette équipe britannique, l’une des meilleures de la ligue, mardi soir.

Alireza Jahanbakhsh est apparu sur le terrain au sein de l’équipe de Premier League Brighton & Hove Albion FC à l’occasion d’un match d’échauffement contre l’OGC Nice, que sa formation a remporté sur un score de 1 à 0.

Depuis 2015, Brighton & Hove Albion, connue aussi sous le surnom Seagulls, accueille également le joueur Tomer Hemed, un juif israélien, et Beram Kayal, un arabe israélien.

Tous les trois se trouvaient sur la ligne de départ de cette rencontre amicale de mardi.

Le milieu de terrain Jahanbakhsh, qui a rejoint l’équipe mercredi dernier, a expliqué avoir reçu un accueil chaleureux de la part de l’équipe. « Les gars ont été fantastiques et j’ai rapidement trouvé ma place », a-t-il déclaré dans une interview publiée sur le site de la formation.

Jahanbakhsh a quitté son club néerlandais de l’AZ Alkmaar pour intégrer les Seagulls lors d’un transfert record pour un club qui aurait atteint un montant de 22 millions de dollars, ce qui a fait de lui le joueur iranien le plus cher de tous les temps.

En 2015, alors qu’il jouait pour Alkmaar, Jahanbakhsh avait refusé de rencontrer sur le terrain l’équipe israélienne du Maccabi Tel Aviv.

Un porte-parole du joueur a expliqué au site d’information New Arab que Jahanbakhsh était excité à l’idée de s’associer en milieu de terrain à deux Israéliens.

« Alizera était jeune quand l’Alkmaar a joué contre l’équipe israélienne et il craignait pour son avenir. Ce n’est pas un problème qu’un joueur iranien ait des coéquipiers israéliens – seulement s’il joue contre eux », a-t-il commenté.

« Finalement, le football est une profession. Je peux vous dire que Reza est très excité à l’idée de jouer avec un coéquipier juif et de montrer qu’au football, tous ne forment qu’un. Il est très excité par cette aventure en Angleterre », a-t-il ajouté.

L’Iran ne reconnaît pas l’Etat juif et interdit à ses athlètes de jouer contre des Israéliens, mais Téhéran ne peut pas ouvertement interdire ses joueurs, une telle initiative violant les règlements internationaux.

L’été dernier, deux joueurs iraniens, Masoud Shojaei, 33 ans et Ehsan Haji Safi, 28 ans, auraient été interdits à vie après avoir disputé une rencontre contre un club israélien pour leur club grec du Panionios. Ils ont été toutefois inclus dans l’équipe iranienne de 23 hommes pour la Coupe du monde de la FIFA, en 2018.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...