Israël en guerre - Jour 261

Rechercher

Deux otages libérées rencontrent Antonio Guterres à Davos

Le secrétaire général des Nations unies a surpris les participants à la réunion en sortant de sa poche une plaque qui appelle à la libération des otages

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres (au centre), rencontrant les otages israéliennes libérées Moran Stela Yanaï (à gauche) et Nili Margalit, à Davos, en Suisse, le 18 janvier 2024. (Crédit : Forum des familles des otages et disparus)
Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres (au centre), rencontrant les otages israéliennes libérées Moran Stela Yanaï (à gauche) et Nili Margalit, à Davos, en Suisse, le 18 janvier 2024. (Crédit : Forum des familles des otages et disparus)

Des otages israéliens libérés des geôles du Hamas à Gaza ont rencontré jeudi pour la première fois le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, en marge du Forum économique mondial de Davos, en Suisse.

Selon un communiqué du Forum des familles d’otages, Antonio Guterres a déclaré au groupe qu’il demandait la libération immédiate de tous les otages restants, ainsi qu’une enquête et des poursuites pour les crimes sexuels commis par le Hamas.

Les otages libérés Nili Margalit et Moran Stela Yanai faisaient partie du groupe qui a rencontré le secrétaire général de l’ONU. Ce dernier a fait l’objet de critiques sévères de la part d’Israël pour sa réponse aux atrocités du 7 octobre et à la guerre en cours.

Guterres a surpris les participants à la réunion en sortant de sa poche une plaque qui appelle à la libération des otages. « La plaque se trouve dans la poche droite de mon manteau, là où se trouve normalement ma main, et je l’emporte partout avec moi pour me souvenir des otages à chaque instant », indique un communiqué du Forum.

Les otages libérés ont également rencontré hier soir à Davos un grand groupe de cadres et de chefs d’entreprise du monde entier, leur racontant leur histoire et celle des otages restés au pays.

Nili Margalit leur a raconté que « la plupart des personnes avec lesquelles j’étais dans les tunnels sont toujours détenues dans les profondeurs, et qu’elles sont terrifiées et blessées… il n’y a pas assez d’air pour respirer, pas assez de nourriture et pas d’hygiène de base. Le corps est si faible que n’importe quelle maladie peut vous tuer ».

Stela Yanai a raconté que lorsqu’elle a été enlevée, « j’ai tout perdu : le contrôle de ma vie, ma liberté, mon identité, mon moi… J’ai été libérée, mais j’ai promis à mes amis que je laissais en captivité de faire tout ce qui était en mon pouvoir pour les ramener. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.