Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

Deux réservistes tués dans le nord de Gaza ; les soldats morts à Rafah sont identifiés

Un char a été touché par un explosif, coûtant la vie au capitaine Eitan Koplovich et à l'adjudant Elon Weiss et faisant deux blessés graves

Le capitaine de réserve Eitan Koplovich, à gauche, et l'adjudant réserviste Elon Weiss, morts dans la bande de Gaza, le 15 juin 2024. (Autorisation)
Le capitaine de réserve Eitan Koplovich, à gauche, et l'adjudant réserviste Elon Weiss, morts dans la bande de Gaza, le 15 juin 2024. (Autorisation)

Deux réservistes ont été tués quand leur char a été attaqué dans le nord de Gaza, ce week-end, a annoncé l’armée dans la journée de dimanche. Par ailleurs, six des huit soldats qui avaient perdu la vie dans une explosion distincte survenue dans le sud de l’enclave côtière ont été identifiés.

Le capitaine Eitan Koplovich, 28 ans, originaire de Jérusalem et l’adjudant Elon Weiss, 49 ans, qui habitait Psagot – qui servaient tous deux dans la réserve – sont morts lors d’une explosion qui a pris pour cible leur char, a déterminé une enquête initiale.

Les deux soldats servaient dans le 129e Bataillon de la Brigade de réserve des blindés.

Deux autres soldats, dans le tank, ont été grièvement blessés, a noté Tsahal.

Avec ces deux décès, ce sont 311 soldats qui ont perdu la vie dans le contexte de l’offensive terrestre qui a été lancée contre le Hamas et dans le cadre des opérations menées à la frontière. Un bilan qui comprend un policier qui a perdu la vie au cours d’une mission de sauvetage d’otages israéliens qui étaient retenus en captivité dans la bande de Gaza. Un entrepreneur, un civil, qui travaillait en tant que sous-traitant pour le ministère de la Défense a également été tué au sein de l’enclave côtière.

Dimanche matin, l’armée a par ailleurs identifié six des huit soldats issus d’une unité du génie de combat qui sont décédés dans une explosion survenue à Rafah, dans le sud de Gaza, samedi matin. Cela a été l’incident le plus meurtrier pour Tsahal depuis six mois.

Six des huit soldats tués dans une explosion à Gaza, dans la ville de Rafah, le 15 juin 2024 : de gauche à droite et de haut en bas : Le sergent Eliyahu Moshe Zimbalist, le sergent Itay Amar, le sergent Stanislav Kostarev; le sergent Or Blumovitz, le sergent Oz Yeshaya Gruber, le capitaine Wassem Mahmoud

Les soldats s’appelaient :

Le sergent Eliyahu Moshe Zimbalist, 21 ans, qui habitait Beit Shemesh ; le sergent Itay Amar, 19 ans, qui résidait à Kochav Yair; le sergent Stanislav Kostarev, 21 ans, qui était originaire d’Ashdod; le sergent Or Blumovitz, 20 ans, habitant Pardes Hanna-Karkur, le sergent Oz Yeshaya Gruber, 20 ans, qui vivait à Tal Menashe et le sergent Yakir Yaakov Levi, 21 ans, du 601e bataillon du Corps du génie de combat, de Hafetz Haim.

Le sergent Yakir Yaakov Levi, tué dans une explosion à Rafah le 15 juin 2024.(Autorisation)

Selon une enquête militaire initiale, les troupes, qui appartenaient toutes au 601e Bataillon du Corps de génie de combat, ont perdu la vie alors qu’elles se trouvaient à l’intérieur d’un véhicule blindé chenillé de transport Namer qui a été pris pour cible par un explosif ou par un missile anti-tank. Il n’y a pas eu de survivant.

Samedi, l’armée avait révélé l’identité de l’un des huit soldats tombés au combat : le capitaine Wassem Mahmoud, commandant de compagnie adjoint du 601e Bataillon, originaire de Beit Jann.

Les proches de ce jeune homme de 23 ans ont souligné qu’il avait été blessé le 7 octobre mais qu’il n’avait pas hésité à retourner sur le front.

Son oncle, Youssef, a raconté devant les caméras de la Douzième chaîne que Mahmoud n’avait pas raconté son hospitalisation à sa famille et qu’il avait insisté pour rejoindre ses camarades dans la bataille.

« Wassem était un combattant et il était officier au sein du Bataillon de génie. Le 7 octobre, quand les combats avaient commencé, il avait été blessé. Il ne l’avait pas dit à ses parents ni à qui que ce soit d’autre ; il avait été hospitalisé et il était retourné se battre avec des éclats d’obus dans la main et dans la nuque », a dit Youssef. « Il avait insisté sur la nécessité de continuer à se battre jusqu’à la fin ».

Sharif, l’oncle du défunt, a expliqué que le village de Beit Jann enterrera Mahmoud plutôt que de célébrer al-Adha.

Le Cpt. Wassem Mahmoud, 23 ans, commandant adjoint de compagnie dans le 601e bataillon du Corps du Génie Militaire originaire de Beit Jann. (Crédit : Autorisation)

« C’est dur, c’est une journée de deuil. Au lieu de célébrer l’Aïd, nous accompagnerons Wassem à sa dernière demeure », a dit Sharif.

« Le village a annulé les événements prévus pour l’Aïd al-Adha afin de participer aux funérailles. C’est une journée tragique pour la population d’Israël, pour l’État d’Israël, c’est une grande perte », a continué Sharif. « Wassem devait aller faire ses études, c’est la dernière conversation que j’avais pu avoir avec lui. Il avait été choisi comme représentant de son Bataillon pour aller étudier. »

Les noms des deux derniers soldats devraient être rendus publics dans la journée de dimanche.

La guerre à Gaza avait éclaté lorsque 3 000 terroristes armés, placés sous l’autorité du Hamas, avaient franchi la frontière avec Israël, le 7 octobre, semant la désolation dans le sud du pays. Ils avaient massacré près de 1 200 personnes. Les hommes armés avaient également kidnappé 252 personnes, pour la plupart des civils, qui avaient été pris en otage à Gaza.

Israël avait réagi en lançant une campagne militaire dont l’objectif est de détruire le Hamas, de l’écarter du pouvoir à Gaza et de libérer les otages.

Le ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas, affirme que plus de 37 000 personnes ont été tuées ou sont présumées mortes dans les combats jusqu’à présent – un chiffre invérifiable et qui ne fait pas de distinction entre civils et hommes armés. Pour sa part, Tsahal affirme avoir abattu 15 000 terroristes sur le champ de bataille.

L’armée israélienne dit également qu’un millier d’hommes armés ont perdu la vie sur le sol israélien en date du 7 octobre et dans les jours qui ont suivi l’assaut.

Israël a juré d’éliminer le Hamas et de détruire ses capacités militaires et de gouvernance de manière à garantir que le groupe terroriste ne posera plus de menace pour Israël – mais l’État juif mène aussi des négociations indirectes avec l’organisation, dans l’objectif de mettre en place une trêve prolongée et d’obtenir la libération des 116 otages qui se trouvent encore en captivité au sein de l’enclave côtière. Tous ne seraient plus en vie. Le Hamas détient aussi deux civils israéliens qui étaient entrés de leur propre gré à Gaza en 2014 et en 2015, en plus des dépouilles de deux soldats de l’armée, qui avaient été tués en 2014.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.