Distinction militaire posthume pour un soldat tombé lors d’une opération à Gaza
Rechercher

Distinction militaire posthume pour un soldat tombé lors d’une opération à Gaza

Des citations seront également accordées aux soldats des forces spéciales ayant participé à l'opération secrète de l'an dernier et pour les unités qui les en ont sortis

Des Palestiniens autour des décombres d'une voiture qui aurait été détruite par une frappe israélienne à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 12 novembre 2018. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)
Des Palestiniens autour des décombres d'une voiture qui aurait été détruite par une frappe israélienne à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 12 novembre 2018. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

Le chef d’état-major Aviv Kochavi va octroyer une citation militaire aux soldats impliqués dans une opération d’infiltration qui s’est déroulée l’an dernier dans la bande de Gaza. Celle-ci avait mal tourné lorsqu’ils ont été découverts, donnant lieu à un combat nocturne qui a coûté la vie à un officier israélien, avant que la troupe ne regagne le territoire israélien.

La citation aura lieu à titre posthume pour l’officier, qui, pour des raisons de sécurité, n’a pas été identifié autrement que par son rang et ses initiales en hébreu, le lieutenant-colonel Mem, a fait savoir l’armée mardi dans un communiqué.

La famille du soldat a été informée de cette décision lundi soir.

« Mem » aura droit à une citation pour « ses actes durant l’opération, au cours de laquelle il a travaillé avec son équipe, en territoire ennemi, avec détermination, sang-froid et courage, pour protéger ses camarades », d’après le communiqué. « Puis il a pris des initiatives et tenté d’affronter [l’ennemi], a joué un rôle majeur pour venir à bout de l’ennemi et agi de manière ingénieuse pour permettre la victoire ».

Une enquête de l’armée israélienne sur cet incident a conclu l’an dernier que l’officier avait été tué par une balle perdue d’un tir ami. La plupart des détails de cette opération restent classifiés.

D’autres soldats ayant pris part à cette opération seront également distingués, tout comme des membres d’autres unités, notamment des forces aériennes, qui ont mené une opération de sauvetage pour les sortir de l’enclave.

Kochavi a déclaré que la mission et le sauvetage « dépeignent une image très claire d’un groupe brave et déterminé de soldats courageux, résolus à mener à bien leur mission, qui ont pris part à une opération importante pour la sécurité d’Israël, et qui a pris subitement une tournure complexe ».

« En plus des citations, l’armée a enquêté sur l’opération en profondeur et tiré des leçons à plusieurs niveaux, que l’armée applique », a assuré Aviv Kochavi au sujet des conclusions de l’enquête qui a mis en évidence des défaillances dans la planification et l’exécution de la mission secrète.

Les citations du chef d’état-major seront accordées au commandant du commando et à l’un des soldats pour avoir agi « avec détermination, ingéniosité et courage » durant la mission et le retour en territoire israélien.

Une citation du commandant de l’armée de l’Air sera octroyée au pilote de l’hélicoptère de sauvetage et à son copilote, un réserviste, et aux mécaniciens de l’appareil. D’autres citations militaires seront attribuées à d’autres membres de l’équipage et à des membres de l’unité d’élite 669, à des ambulanciers et à un médecin pour leur rôle dans l’opération.

Pendant la nuit du 11 novembre, des soldats des forces spéciales sont entrés dans la ville de Khan Younes pour une mission de collecte de renseignements. Les détails sont sous embargo.

Selon le groupe terroriste du Hamas, les troupes tentaient d’installer des équipements facilitant les activités d’écoute des Palestiniens au sein de l’enclave côtière. L’armée israélienne n’a pas commenté cette allégation.

Un hélicoptère transportant un soldat israélien blessé durant un raid dans la bande de Gaza se pose près du centre médical Soroka de Beer Sheva, le 11 novembre 2018. (Crédit : capture d’écran/Twitter)fcomf

Pendant la mission, les soldats ont été interceptés et interrogés par des agents du Hamas, parce qu’ils agissaient de manière suspecte. Selon les médias arabes, les soldats étaient munis de faux papiers palestiniens. Alors que l’un des membres du Hamas se montrait suspicieux, un soldat israélien a ouvert le feu, tué plusieurs membres du Hamas, mais a accidentellement touché « Mem » et un autre soldat qui a été légèrement blessé.

Un échange de tirs s’en est suivi, et l’unité de forces spéciales a battu en retraite de l’enclave côtière. Elle a été évacuée par hélicoptère depuis une zone urbaine et par l’unité 699 de recherche et sauvetage. Durant l’exfiltration, l’armée de l’Air israélienne a frappé 70 cibles dans la bande de Gaza pour donner aux hélicoptères de sauvetage la couverture nécessaire pour atterrir en toute sécurité et extraire les troupes.

À la suite de cette opération et de la mort de ses hommes, le Hamas et d’autres groupes terroristes palestiniens ont ciblé Israël pendant 3 jours et tiré quelque 500 roquettes et obus de mortiers contre les villes israéliennes jouxtant la frontière gazaouïe, laissant craindre le début d’une guerre.

Aviv Kochavi a déclaré que, dans l’ensemble, l’opération avait échoué. Ce fiasco, très médiatisé, a donné lieu à un remaniement au sein du renseignement militaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...