Edgar Krasa, survivant de la Shoah et ancien de la chorale de Theresienstadt, est mort à 95 ans
Rechercher

Edgar Krasa, survivant de la Shoah et ancien de la chorale de Theresienstadt, est mort à 95 ans

Krasa avait fui la Tchécoslovaquie dans les années 1950 pour Israël, avant d’emménager 10 ans après à Boston

Seule photographie connue des détenus de Theresienstadt chantant le Requiem de Verdi, prise pendant la dernière représentation le 23 juin 1944. Raphael 'Rafi' Schachter dirige la chorale, devant un public où était présent Adolf Eichmann et une délégation de la Croix Rouge internationale. (Crédit : Fondation Terezin)
Seule photographie connue des détenus de Theresienstadt chantant le Requiem de Verdi, prise pendant la dernière représentation le 23 juin 1944. Raphael 'Rafi' Schachter dirige la chorale, devant un public où était présent Adolf Eichmann et une délégation de la Croix Rouge internationale. (Crédit : Fondation Terezin)

Edgar Krasa, un survivant de l’Holocauste qui a chanté dans la chorale du camp de concentration de Theresienstadt, est mort.

Son décès lundi a été confirmé par un porte-parole de la fondation Defiant Requiem. Celle-ci joue des musiques créées par les prisonniers de Theresienstadt, également appelé Terezin. Krasa, qui avait emménagé à Boston avec sa famille dans les années 1960, s’est éteint à l’âge de 95 ans.

La chorale de Theresienstadt était dirigée par le compositeur né en Tchécoslovaquie Rafael Schachter, camarade de détention de Krasa.

En juin 1944, la chorale a chanté le « Requiem » de Verdi devant un public de hauts responsables nazis et quelques représentants de la Croix Rouge danoise et de la Croix Rouge internationale.

« Edgar a fourni un témoignage vivant des évènements extraordinaires qui se sont déroulés dans la chorale de Schachter à Terezin », a déclaré Murry Sidlin, président et directeur créatif de la fondation.

« Il a été mon premier professeur et nous lui devons beaucoup. Il nous manquera terriblement et son esprit indomptable vit en chacun de nous et inspire tous les jours notre travail. »

Krasa, né en Tchécoslovaquie, a été envoyé avec sa famille depuis Prague à Theresienstadt, où le jeune Krasa a été cuisinier. Il a également survécu à Auschwitz, à un travail d’esclave et à une marche de la mort.

Dans les années 1950, après de multiples tentatives pour fuir Prague, lui et son épouse décédée, Hannah, elle aussi survivante de Theresienstadt, se sont installés en Israël, où ils ont vécu presque dix ans. Krasa a fondé la première école culinaire du nouveau pays.

A Boston, Krasa a été le directeur des services alimentaires du Centre de réhabilitation hébraïque.

Krasa et d’autres survivants de la chorale ont été interviewés dans le documentaire de 2012 « Defiant Requiem ». Une représentation de « Defiant Requiem » dirigée en avril 2015 par Sidlin au Hall symphonique de Boston a été dédiée à Krasa et à son épouse, morte deux semaines avant.

Krasa état dans le public quand son fils et son petit-fils ont rejoint l’Orchestre du souvenir de Terezin et la très acclamée chorale du festival Tanglewood.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...