Eli Rozenberg, fils du patron de maisons de retraite US, voudrait acheter El Al
Rechercher

Eli Rozenberg, fils du patron de maisons de retraite US, voudrait acheter El Al

L'homme de 30 ans est en pourparlers avec Knafaim, l'actionnaire majoritaire du transporteur en difficulté, selon Globes

Des avions de la compagnie aérienne israélienne El Al sont stationnés à l'aéroport Ben Gurion de Lod, en Israël, le 16 mars 2018. (Moshe Shai/Flash90)
Des avions de la compagnie aérienne israélienne El Al sont stationnés à l'aéroport Ben Gurion de Lod, en Israël, le 16 mars 2018. (Moshe Shai/Flash90)

Eli Rozenberg, un récent immigrant âgé de 30 ans en Israël et fils du propriétaire d’une chaîne de maisons de retraite américaine, Kenny Naftali Rozenberg, a fait une offre pour acheter El Al, la compagnie aérienne phare d’Israël, selon des articles de presse en hébreu.

Eli Rozenberg est un résident israélien et remplit donc la condition préalable nécessaire pour acheter la compagnie aérienne en difficulté, a rapporté le site Internet financier Globes. Rozenberg est en pourparlers avec Knafaim Holdings Ltd, l’actuel actionnaire de contrôle de la compagnie aérienne, via un intermédiaire, et cherche à acquérir l’entreprise telle quelle, sans aucune condition préalable, selon le rapport.

Kenny Rozenberg est le PDG de Centers Health Care, une chaîne de maisons de retraite aux États-Unis qu’il a fondée en 1996. Selon son site web, la société dispose de maisons de soins infirmiers et de centres de réadaptation à court terme, et propose des services d’assistance à la vie quotidienne et d’autres services.

Globes a déclaré que Knafaim a jusqu’à présent rejeté la proposition de vendre sa participation à Rozenberg.

Kenny Rozenberg est le fondateur et le PDG de Centers Health Care. (Capture d’écran YouTube)

La semaine dernière, le transporteur, frappé par la pandémie de coronavirus qui a cloué au sol des vols dans le monde entier, a accepté un plan de sauvetage du gouvernement qui pourrait conduire à la nationalisation de la compagnie aérienne, donnant à l’État une participation de
61 % dans l’entreprise.

Dans le cadre du plan de sauvetage, la compagnie aérienne obtiendra un prêt de 250 millions de dollars garanti par le gouvernement, avec des garanties pour 75 % du prêt, en cas de défaillance de l’entreprise. Il comprend également une offre d’actions à la Bourse de Tel Aviv pour lever 150 millions de dollars afin de soutenir les fonds propres de l’entreprise, qui a une dette nette de plus de 2 milliards de dollars.

L’accord prévoit des mesures d’efficacité qui peuvent conduire au licenciement de 2 000 salariés.

L’offre d’actions est assortie d’une réserve selon laquelle l’État doit acheter toutes les actions non vendues, ce qui signifie que l’État pourrait à nouveau se retrouver en tant que partie majoritaire de la compagnie aérienne si les investisseurs ou un investisseur stratégique ne se concrétisent pas.

La compagnie aérienne a été privatisée en 2004 et est actuellement contrôlée par Knafaim Holdings Ltd, qui verra sa participation réduite.

L’entreprise a connu de graves difficultés financières en raison de la pandémie, et le mois dernier, elle a cessé toutes ses activités aériennes dans le cadre d’un conflit de travail en cours.

Un porte-parole d’El Al a refusé de commenter.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...