En cherchant à dissuader Israël et les USA, le Hezbollah risque la guerre
Rechercher
Analyse

En cherchant à dissuader Israël et les USA, le Hezbollah risque la guerre

Nasrallah, le chef du groupe terroriste libanais, menace d'attaquer si les frappes américaines ou israéliennes contre l'Iran l'empêchent de se procurer des missiles de précision

Avi Issacharoff

Avi Issacharoff est notre spécialiste du Moyen Orient. Il remplit le même rôle pour Walla, premier portail d'infos en Israël. Il est régulièrement invité à la radio et à la télévision. Jusqu'en 2012, Avi était journaliste et commentateur des affaires arabes pour Haaretz. Il enseigne l'histoire palestinienne moderne à l'université de Tel Aviv et est le coauteur de la série Fauda. Né à Jérusalem , Avi est diplômé de l'université Ben Gourion et de l'université de Tel Aviv en étude du Moyen Orient. Parlant couramment l'arabe, il était le correspondant de la radio publique et a couvert le conflit israélo-palestinien, la guerre en Irak et l'actualité des pays arabes entre 2003 et 2006. Il a réalisé et monté des courts-métrages documentaires sur le Moyen Orient. En 2002, il remporte le prix du "meilleur journaliste" de la radio israélienne pour sa couverture de la deuxième Intifada. En 2004, il coécrit avec Amos Harel "La septième guerre. Comment nous avons gagné et perdu la guerre avec les Palestiniens". En 2005, le livre remporte un prix de l'Institut d'études stratégiques pour la meilleure recherche sur les questions de sécurité en Israël. En 2008, Issacharoff et Harel ont publié leur deuxième livre, "34 Jours - L'histoire de la Deuxième Guerre du Liban", qui a remporté le même prix

Des partisans du groupe terroriste du Hezbollah soutenu par l'Iran écoutent le discours du dirigeant du Hezbollah Hassan Nasrallah via une liaison vidéo dans une banlieue sud de Beyrouth, Liban, le 8 mars 2019. (AP Photo/Bilal Hussein)
Des partisans du groupe terroriste du Hezbollah soutenu par l'Iran écoutent le discours du dirigeant du Hezbollah Hassan Nasrallah via une liaison vidéo dans une banlieue sud de Beyrouth, Liban, le 8 mars 2019. (AP Photo/Bilal Hussein)

Les roquettes tirées samedi sur le mont Hermon sont une indication de ce que l’Iran cherche à faire de la Syrie : un terrain d’expérimentation dans la bataille contre Israël et les États-Unis, avec l’aide des milices pro-iraniennes qu’il y a établies.

Israël suit avec beaucoup d’inquiétude l’évolution récente des tentatives persistantes de l’Iran de se retrancher militairement en Syrie. Israël n’est pas seul – Moscou partage cette préoccupation et s’inquiète aussi de ce que le président syrien Bashar el-Assad laisse les Iraniens faire ce qu’ils veulent sur son propre territoire.

L’armée israélienne contrecarre une grande partie de l’effort iranien, du moins d’après la presse étrangère. L’intention de Téhéran de construire des usines de missiles de précision a été déjouée pour l’instant, comme l’ont été de nombreuses cargaisons d’armes de précision. La preuve en a été trouvée samedi, lorsque des roquettes non précises ont été tirées depuis les profondeurs du territoire syrien et que l’une d’entre elles a atterri en Syrie.

Voilà la bonne nouvelle. Mais la mauvaise nouvelle, c’est que l’Iran s’efforce d’établir une force de roquettes en Syrie qui sera dirigée par des émissaires chiites – des milices irakiennes et afghanes et même le groupe terroriste libanais Hezbollah – le tout sous la supervision du Corps des gardes de la Révolution islamique.

Cette force vise à porter atteinte à Israël en temps de guerre et en période de calme, dans le but de créer un nouveau type de guerre d’usure pour Israël.

Une frappe aérienne de l’armée israélienne frappe des cibles militaires syriennes, le 1er juin 2019. (Unité du porte-parole de l’armée israélienne)

La question cruciale à ce stade est de savoir si l’organisation terroriste la plus puissante de la région – le Hezbollah – s’engagera dans cet effort. La réponse à cette question n’est pas claire, comme l’a montré le discours de son chef Hassan Nasrallah vendredi dernier.

Le chef du Hezbollah est enclin à faire des discours enflammés – parfois à l’intention de la communauté chiite au Liban, parfois de tout le peuple libanais, parfois même d’Israël.

Le récent discours de Nasrallah n’était pas essentiellement différent des précédents, contenant une liste de menaces contre Israël et les Etats-Unis. Mais il a également établi des lignes directrices claires que l’organisation tentera probablement de suivre dans un proche avenir dans le cas d’une escalade avec l’Iran.

Tout d’abord, il a averti que si les Etats-Unis déclenchent une guerre avec l’Iran, les combats ne s’arrêteront pas là mais s’étendront à toute la région, Israël et l’Arabie saoudite en payant le prix.

Des soldats israéliens déballent des roquettes saisies par les autorités israéliennes sur un navire près de Chypre qui, selon des responsables de la défense, transportait des centaines de tonnes d’armes en provenance d’Iran à destination du Hezbollah, le 4 novembre 2009. (AP/Tsafrir Abayov)

Cette menace est bien sûr censée avoir un effet dissuasif, mais elle clarifie également les intentions du Hezbollah : Il ne s’agit pas d’un groupe purement libanais, mais avant tout d’une extension iranienne opérant au Liban. Bien que le Hezbollah n’agisse pas uniquement sur les ordres de Téhéran, dans des situations d’urgence comme une guerre avec les États-Unis, il se tiendra aux côtés des Iraniens de toutes les manières possibles.

Pourtant, Nasrallah n’a pas mentionné un nouveau front de bataille avec Israël en Syrie.

Deuxièmement, Nasrallah a expliqué dans son discours que si le Hezbollah n’a pas d’usines de missiles de précision au Liban, les Libanais ont le « droit » de posséder des armes. Il a ajouté que Washington essayait maintenant d’inclure la question des missiles de précision dans les négociations israélo-libanaises concernant leur frontière maritime. « La question n’est pas à l’ordre du jour », a-t-il dit.

Le plus inquiétant est peut-être la déclaration directe de Nasrallah selon laquelle son groupe réagirait « immédiatement et fermement » à toute frappe israélienne contre une usine de missiles de précision au Liban.

La question est de savoir comment résoudre ce problème. Si le groupe terroriste continue d’essayer de construire des usines de missiles de précision au Liban, cela conduira à une opération israélienne et à une réaction du Hezbollah – ce qui pourrait rapidement conduire à la guerre. Pour le moment, on pense qu’il n’y a pas de telles usines au Liban, mais le Hezbollah a récemment essayé d’en construire plusieurs.

Des partisans du Hezbollah font le salut nazi lors d’un rassemblement pour marquer la journée al-Qods à Beyrouth, au Liban, le 31 mai 2019. (AP Photo/Hassan Ammar)

Les reportages des médias internationaux sur les informations israéliennes concernant l’emplacement des usines ont conduit à leur évacuation par le Hezbollah. L’intention du groupe chiite peut maintenant changer. Tout en comprenant la nécessité d’avoir des missiles précis, elle comprend aussi le prix de la construction d’une telle installation.

Au fil des ans, les tentatives de transfert de missiles de précision de l’Iran au Liban via la Syrie ont donné lieu à des centaines d’opérations attribuées à Israël qui ont probablement empêché leur lancement à grande échelle. Néanmoins, revenir à l’ancienne méthode d’importation de missiles de précision peut être préférable à la seconde option – la guerre avec Israël.

Téhéran et le Hezbollah comprennent que l’ancienne route via l’aéroport international de Damas est trop exposée aux yeux des Israéliens, alors ils essaient de faire atterrir les avions transportant ces armes dans les autres aéroports syriens, en vue d’en transférer une partie au Hezbollah.

Et une dernière note sur la prétendue crise financière que traverse le Hezbollah. Bien qu’il s’agisse certainement d’une période difficile pour le groupe à la lumière des récentes sanctions américaines, Washington pourrait surestimer leur effet. Si les sanctions, y compris celles imposées à Téhéran, auront une incidence sur le budget du Hezbollah, il est peu probable que le groupe traverse déjà une véritable crise. Elles auront un effet dans les mois et les années à venir, probablement pas dans quelques jours ou quelques semaines.

Alors que le Hezbollah réduit les salaires, économise du carburant et annule les quarts de travail de son personnel, les remarques faites par beaucoup aux Etats-Unis et par l’administration Trump selon lesquelles il est « ruiné » sont exagérées, a écrit vendredi Tony Badran, un éminent spécialiste pour le Liban, dans le Tablet Magazine.

Les salaires des membres du personnel continuent d’être versés – bien qu’ils aient diminué – et la réduction des activités de la chaîne de télévision Al-Manar et l’appel public à des dons financiers n’indiquent pas nécessairement que l’organisation est sur le point de faire faillite. La charité est un devoir religieux connu dans l’islam, en particulier pendant le mois de Ramadan, et le Hezbollah est connu pour compter sur les dons iraniens et libanais. Selon Badran, l’appel du Hezbollah peut indiquer des difficultés financières – mais pas nécessairement le désespoir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...