Israël en guerre - Jour 287

Rechercher

En Galilée, des habitants se demandent pourquoi le gouvernement ne les a pas évacués

Dans le nord, Abirim, sous la menace du Hezbollah, est l'une des nombreuses villes à évacuer, mais ses habitants se voient refuser les bénéfices qui leur permettraient de le faire

Le vélo d'un enfant abandonné dans la cour d'une maison à Abirim, en Israël, le 21 novembre 2023. Les habitants sont partis à cause des roquettes du Hezbollah. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israël)
Le vélo d'un enfant abandonné dans la cour d'une maison à Abirim, en Israël, le 21 novembre 2023. Les habitants sont partis à cause des roquettes du Hezbollah. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israël)

Debout aux côtés de chars Merkava, les soldats d’un peloton de blindés regardent le bus n°40 de Nahariya s’arrêter devant le portail clos d’Abirim, village de Galilée occidentale.

Deux soldats armés de fusils d’assaut M16 montent à bord pour inspecter les passagers – les deux uniques passagers.

L’un de ces passagers est un réserviste en route pour sa mission. L’autre n’est pas de la région. Il est brièvement retenu, le temps d’expliquer les raisons pour lesquelles il se trouve là et de donner les noms d’habitants susceptibles de corroborer son histoire.

Cet examen minutieux illustre la façon dont Abirim, communauté champêtre de 350 habitants dont la principale activité est le tourisme, s’est transformée, presque du jour au lendemain, en un avant-poste militaire sous la menace constante des projectiles du Hezbollah et d’une possible infiltration terroriste depuis le Liban, distant de cinq kilomètres seulement.

Le mois dernier, le gouvernement a reconnu que les civils ne devaient pas rester à Abirim. Le village a été ajouté à la liste des lieux évacués, reprise par un décret du 18 octobre qui octroie normalement le bénéfice d’un relogement des habitants aux frais de l’État.

Étonnamment, Abirim est l’un des villages dont les habitants ne peuvent se prévaloir de cette aide, ce qui explique que nombre d’entre eux soient encore là ou partis s’installer ailleurs, mais à leurs frais.

Racheli Hefer, 48 ans, est l’une des 80 personnes encore à Abirim, avec sa fille, Shira, et la mère handicapée de Racheli, âgée de 75 ans. Elles pensent toutes qu’elles ne devraient plus être à Abirim, où les bruits de la guerre, surtout les tirs d’artillerie, se font entendre à longueur de temps. Mais elles estiment ne pas avoir le choix.

Racheli Hefer (au centre) tient sa fille Shira dans ses bras alors qu’elle discute avec Yaniv Segal et Tami Pfeffer à Abirim, en Israël, le 21 novembre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israël)

« Nous avons été abandonnés. Le gouvernement nous a dit que nous ne devrions pas vivre ici, et il nous a oubliés. C’est comme si plus personne ne s’en souciait », a expliqué Racheli Hefer à propos de sa situation depuis le 7 octobre.

Ce jour-là, l’attaque terroriste la plus meurtrière de toute l’histoire d’Israël a forcé le pays à déclarer la guerre au Hamas de Gaza, ce qui a déclenché des échanges de tirs meurtriers entre soldats israéliens et les terroristes du Hezbollah au Liban.

Interrogé par le Times of Israël, un porte-parole de l’Autorité nationale d’urgence du ministère de la Défense a expliqué que les villes figurant sur la liste d’évacuation établie par le gouvernement « n’ont pas toutes besoin d’être évacuées ».

Les décisions d’évacuation sont prises « sur la base de considérations opérationnelles et du budget de l’armée israélienne ». L’unité du porte-parole de Tsahal a renvoyé le Times of Israël au ministère de la Défense.

À Abirim, de nombreuses maisons – aujourd’hui désertes – ont des cabines en bois dans le jardin, qui, en d’autres temps, permettent d’accueillir des touristes le week-end.

La ville dispose même d’un café en libre-service sur le thème de la forêt, où des panneaux vous demandent de payer ce qui vous semble juste à l’aide d’une application. Ce café est aujourd’hui rempli de soldats.

Un panneau indique l’entrée d’un café en libre-service pour les visiteurs à Abirim, en Israël, le 21 novembre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israël)

Les soldats plaisantent et se détendent autour d’un café, mais le bruit sourd des munitions tirées sur le Liban est toujours là, parfois pendant des minutes entières, sans interruption. Plusieurs Israéliens ont été tués par des missiles antichars tirés par des terroristes du Hezbollah, et plusieurs roquettes ont atterri dans des villes et villages israéliens.

Lundi, le Hezbollah a lancé un nouveau missile – qu’il appelle Burkan -, dont la charge utile est de plusieurs centaines de kilogrammes d’explosifs et la portée d’un peu plus de 6 kilomètres.

Il a détruit Biranit, un poste-frontière israélien, sans heureusement faire de victime, mais d’importants dégâts qui ont instillé la peur dans le cœur de centaines d’Israéliens.

Capture d’écran d’une vidéo montrant les dégâts occasionnés à la base de Tsahal de Biranit, dans le nord d’Israël, après des tirs de roquettes depuis le Liban, le 20 novembre 2023. (Capture d’écran utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Alors que sa mère raconte tout cela au Times of Israël, Shira, 4 ans, se souvient du rêve qu’elle a fait la nuit précédente.

« J’ai rêvé qu’il y avait une sirène : maman et moi sommes allées dans la zone protégée, puis il y a eu une explosion. Il y avait de mauvaises personnes. C’est là que je me suis réveillée et j’ai vu que ce n’était pas réel », a dit Shira. Elle a ajouté : « Il y a beaucoup de soldats ici. Ils veillent à ce qu’il ne nous arrive rien. »

Hefer retient ses larmes en entendant sa fille se rappeler de son rêve.

« Je sais que chaque jour ici la marque émotionnellement », a dit Hefer, qui est enseignante. « Mais les alternatives que j’ai sont encore pires. »

De la fumée s’élevant lors d’un échange de tirs entre Tsahal et le Hezbollah à la frontière entre Israël et le Liban, le 18 novembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

La municipalité à laquelle appartient Abirim, Maaleh Yosef, avait mis à la disposition d’Hefer et des siens un hébergement gratuit, près de Haïfa, en raison du handicap de sa mère et du fait que Racheli est mère célibataire. Mais le budget de la municipalité, qui dépend des dons, s’est épuisé et les Hefer ont dû partir.

La municipalité a alors proposé de les héberger temporairement à Tel Aviv – où les sirènes d’alerte se font entendre à chaque fois que des terroristes de Gaza prennent la ville pour cible – mais elles ont préféré revenir à Abirim.

« Je préfère rester là plutôt que de vivre dans une valise, chaque semaine à un nouvel endroit », a expliqué Hefer, dont la fille a besoin d’une éducation spécialisée. « Les changements rendent Shira extrêmement nerveuse. Ici, il y a des missiles, mais au moins c’est chez nous. Cela permet à Shira de rester calme. »

Des combattants du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah s’entraînant dans le village d’Aaramta, dans le district de Jezzine, au sud du Liban, le 21 mai 2023. (Crédit : Hassan Ammar/AP)

Yaniv Segal, 47 ans, père de deux enfants, fait partie de ces habitants d’Abirim – la majorité – qui sont partis, avec ses deux enfants, son ex-femme et son actuelle compagne.

« Pour un enfant, c’est trop traumatisant de rester là pour le moment », a commenté Segal, de passage à Abirim pour chercher des vêtements et du matériel.

Cela devrait suffire à permettre aux habitants d’Abirim de bénéficier d’une évacuation prise en charge par l’État. Le fait que ce ne soit pas le cas leur donne « l’impression d’être abandonnés à eux-mêmes, poussés entre les mailles du filet ». Aussi difficile que soit la vie à Abirim en ce moment, « ce n’est rien comparé à ce qui se passera ici si la guerre éclate sur tous les fronts », a ajouté Segal.

De la fumée s’élevant en Haute-Galilée après un échange de tirs entre Israël et le Hezbollah à proximité du moshav Margaliot, sur la frontière entre Israël et le Liban, le 11 novembre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

Ex-officier parachutiste de l’armée israélienne, Segal pense que, si tel est le cas, une pluie incessante de projectiles s’abattra sur Abirim et les autres villes de Galilée, ce qui conduira l’armée à condamner la route qui dessert la communauté de façon à déjouer toute tentative d’incursion terrestre de la part des terroristes.

« Quand cela arrivera, tout le monde devra partir », a-t-il assuré.

Aujourd’hui guide touristique spécialisé dans l’écologie et l’observation des champignons, Segal n’est pas quelqu’un de particulièrement nerveux. Le fait que des rats aient rongé la tuyauterie de l’évier de la cuisine, en son absence, le laisse de marbre. Il vit dans une cabane en bois d’une pièce et demie en lisière de forêt et n’a pas d’abri.

Il a demandé à ses deux enfants, qui sont en primaire et dont il partage la garde avec son ex-femme, de chercher un grand mur orienté Est en cas d’attaque de roquette.

Un véhicule médical de l’armée israélienne se déplace sur une route près de la ville de Kiryat Shmona au nord du pays, près de la frontière avec le Liban, le 31 octobre 2023. (Crédit : Jalaa MAREY/AFP)

Tami Pfeffer, mère de cinq enfants qui vit à Abirim depuis 1989, n’a pas l’intention de partir.

« Je ne suis pas partie pendant la deuxième guerre du Liban, ce n’est pas maintenant que je vais partir », a-t-elle dit. « Je suis contre le fait de partir. Si nous quittons Abirim maintenant, nous finirons par aller jusqu’à Haïfa ou Tel Aviv. » Mais elle se dit « furieuse » « qu’on laisse des mères avec des enfants de quatre ans vivre ici comme si c’était un environnement approprié pour eux ».

Elle se montre très critique envers la non-évacuation d’Abirim et d’autres villes dans le même cas, en dépit de leur inscription dans le décret gouvernemental répertoriant les lieux évacués.

« En réalité, tout ceci n’est que de l’insouciance, de la négligence », selon elle. « La même insouciance et la même négligence qui ont permis aux terroristes du Hamas d’envahir Israël et de massacrer 1 200 personnes et d’en enlever 240 autres. Nous sommes donc toujours dans ce schéma. Nous n’avons toujours pas réussi à nous mettre d’accord. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.