Israël en guerre - Jour 238

Rechercher

Englman : La recherche sur le vaccin contre le Covid en Israël a été un fiasco

Matanyahu Engleman reproche au ministère de la Défense d'avoir mal géré le projet et d'avoir trompé les autorités sur les coûts, le calendrier et la capacité à produire un vaccin

Des flacons d'un éventuel vaccin contre les coronavirus sur une chaîne de montage, à l'Institut israélien de recherche biologique le 25 octobre 2020. (Crédit : Ministère de la défense)
Des flacons d'un éventuel vaccin contre les coronavirus sur une chaîne de montage, à l'Institut israélien de recherche biologique le 25 octobre 2020. (Crédit : Ministère de la défense)

La tentative d’Israël de produire un vaccin local contre le COVID-19 a été un fiasco qui a coûté aux contribuables des centaines de millions de shekels, a déclaré mardi le contrôleur de l’État Matanyahu Englman, accusant le laboratoire de recherche du ministère de la Défense qui dirigeait le projet d’avoir induit en erreur les fonctionnaires sur ses progrès et ses coûts.

Le vaccin Brilife a été présenté au début de la pandémie comme la réponse d’Israël à la demande mondiale d’un moyen de combattre le virus mortel. Même après qu’Israël a obtenu des vaccins de Pfizer, Moderna et d’autres grandes entreprises pharmaceutiques, l’Institut de recherche biologique du ministère de la Défense à Ness Ziona a continué à développer le projet jusqu’à ce qu’il soit abandonné en juillet 2022 sans avoir produit un vaccin approuvé pour utilisation.

« Le projet a échoué », a écrit Englman.

Le rapport révèle que 230 millions de shekels de fonds publics ont été investis dans le projet.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant, qui n’était pas ministre pendant la période de développement du vaccin, a néanmoins défendu le projet, déclarant qu’il s’agissait d’une idée raisonnable compte tenu des circonstances, tandis que le ministère de la Défense a déclaré que le développement avait néanmoins produit des résultats valables.

« L’institut biologique a dépeint une fausse représentation des progrès et des coûts alors que la réalité était complètement différente », a écrit Englman. « Même si nous pouvions l’accepter dans la période d’urgence initiale, nous ne pouvons pas tolérer un comportement qui contredit les règles de bonne pratique par la suite. »

Il a vivement critiqué l’ancien directeur de l’institut, le professeur Shmuel Shapira, notamment pour une lettre envoyée au Premier ministre Benjamin Netanyahu qui a incité ce dernier à autoriser la production du vaccin.

Hala Litwin, infirmière du centre médical de Sheba, injecte un vaccin expérimental contre le coronavirus au premier sujet humain testé en Israël, Segev Harel, le 1er novembre 2020. (Crédit :Ministère de la Défense)

Shapira avait prédit qu’un vaccin pourrait être rapidement mis au point, mais les capacités de l’institut ne correspondaient pas à cette affirmation, selon le rapport. L’institut avait d’abord estimé qu’il fallait environ 11 mois pour produire un vaccin, mais ce délai a été porté à 26 mois, tandis que les estimations du coût sont passées d’un montant initial de 63 millions de shekels à une projection finale de 1,4 milliard de shekels.

Shapira a démissionné de son poste à la tête de l’institut en décembre 2022.

Le processus de développement a été mené sans contrôle approprié du ministère de la Défense, selon le rapport. Il n’a pas non plus suivi les propres lignes directrices de l’institut et a été mené « sans établir de jalons de contrôle de la qualité pour les progrès entre les différentes étapes ».

En outre, un projet national visant à produire un vaccin aurait dû inclure la participation du ministère de la Santé, a déclaré Englman.

Le contrôleur a recommandé que le bureau du haut fonctionnaire du ministère de la Défense en charge de l’institut de recherche biologique examine si l’établissement aurait une contribution réelle à apporter au pays face à une future pandémie. Le bureau a déclaré qu’il accueillait favorablement l’opportunité de mener un examen interne et de tirer des conclusions.

Gallant a répondu que le développement du vaccin était logique lorsque Netanyahu a autorisé le projet pour la première fois en février 2020, au moment où le virus commençait à se propager.

« La décision de se lancer dans le développement d’un vaccin israélien, alors qu’il n’y avait pas de vaccin dans le monde et qu’il n’y avait aucune certitude que même si un vaccin était développé, Israël serait en mesure d’en bénéficier, était raisonnable « , a-t-il déclaré.

Le ministère de la Défense a fait remarquer que le vaccin avait été soumis à deux séries d’essais cliniques.

« Les processus de production et les expériences ont été arrêtés après que la plupart des citoyens du pays ont été vaccinés », a déclaré le ministère. « Les réalisations de l’institut biologique sont importantes et dignes d’intérêt, même à l’échelle internationale. »

Selon le journal Israel Hayom, l’institut biologique a déclaré qu’il avait « répondu précisément aux demandes du Premier ministre Netanyahu de préparer une proposition rapide et que le Premier ministre avait donné l’instruction de ‘supprimer tous les obstacles bureaucratiques' ».

Le ministre de la Défense Benny Gantz, (à gauche), s’entretient avec le directeur de l’Institut de recherche biologique, le professeur Shmuel Shapira, au laboratoire de Ness Ziona, le 6 août 2020. (Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

En date de mardi, 6,7 millions des quelque 10 millions d’habitants d’Israël ont reçu au moins une dose de vaccin. 6,15 millions en ont reçu deux et 4,5 millions en ont reçu trois. Enfin, 846 258 personnes ont reçu quatre doses.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.