La police et l’armée s’entraînent contre les infiltrations du Hamas au sud
Rechercher

La police et l’armée s’entraînent contre les infiltrations du Hamas au sud

Le ministre de la Sécurité intérieure a prévenu que le groupe terroriste palestinien et la bande de Gaza "paieront un prix élevé" lors d'un futur conflit avec Israël

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan avec de hauts-responsables de la police au cours d'exercices de contre-terrorisme dans le district du sud, le 4 février 2018 (Crédit : Police israélienne)
Le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan avec de hauts-responsables de la police au cours d'exercices de contre-terrorisme dans le district du sud, le 4 février 2018 (Crédit : Police israélienne)

Des unités de la police et de l’armée se sont entraînées à la gestion des menaces terroristes au cours d’exercices menés dans la région du sud du pays et dans la ville portuaire d’Ashkelon, avec notamment la simulation d’un assaut mené dans une station touristique.

Les unités se sont exercées à la mise en place de barrages routiers, de postes de surveillance sur la côte, à l’encerclement d’une ville, et au déploiement des forces spéciales en cas d’infiltration terroriste – se focalisant particulièrement sur les menaces potentielles représentées par le groupe terroriste du Hamas qui est le dirigeant de facto de la bande de Gaza adjacente.

Aux côtés des agents de police, des unités d’élite de l’armée et de la police israélienne ont pris part à ces entraînements.

« Cet exercice a permis de réviser la capacité opérationnelle qui permet d’offrir une première réponse à un incident terroriste de grande ampleur – une menace contre laquelle la police israélienne se prépare toute l’année – et il a été organisé conformément au calendrier annuel d’entraînement des unités de la police israélienne », ont indiqué les forces dans un communiqué.

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan, le commandant du district du sud de la police israélienne, le commissaire-adjoint Motti Cohen, et le chef du commandement du sud, le général de division Eyal Zamir, ont supervisé ces exercices de contre-terrorisme aux côtés d’autres hauts-responsables de la police et de l’armée.

Parmi les scénarios imaginés, une incursion terroriste depuis la mer et une opération de sauvetage contre un attentat terroriste dans le village de loisirs d’Ashkelon.

Cet entraînement survient dans un contexte de fortes tensions avec Gaza. De plus, les Israéliens s’inquiètent de ce qu’une situation humanitaire qui ne cesse de se détériorer dans la bande puisse entraîner une nouvelle guerre.

Le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan avec de hauts-responsables de la police au cours d’exercices de contre-terrorisme dans le district du sud, le 4 février 2018 (Crédit : Police israélienne)

« Le Hamas est le seul responsable de la situation à Gaza », aurait dit Erdan, selon un communiqué du ministère de la Sécurité intérieure.

« Au lieu d’investir de l’argent dans la population, il l’investit dans la construction d’infrastructures terroristes et mène des intrusions dans les régions habitées par les communautés en Israël ».

Ashkelon, une ville majeure doté d’un important port, se situe à seulement 7 kilomètres de la frontière nord de la bande de Gaza.

« Nous sommes préparés à tous les scénarios : l’infiltration par les tunnels, l’infiltration terrestre, aérienne et maritime et pour chaque scénario de ce type, les terroristes du Hamas seront amenés à rencontrer des forces de police déterminées et formées. Le Hamas et les résidents de la bande de Gaza paieront un prix lourd lors de la prochaine confrontation et nous protégerons de toutes les manières possibles les citoyens israéliens ».

Le Hamas, qui a pris le contrôle de la bande de Gaza des mains de l’Autorité palestinienne en 2007, a dépensé des centaines de millions de dollars dans le développement de ses capacités et de ses infrastructures militaires, notamment en creusant des tunnels d’attaque sous la frontière avec Israël ainsi qu’en s’entraînant pour des assauts depuis la mer.

Le dernier affrontement majeur survenu entre Israël et Gaza a eu lieu en 2014 au cours de l’opération Bordure protectrice lorsque l’armée israélienne s’est battue contre les groupes palestiniens placés sous la direction du Hamas à Gaza. Durant ce conflit qui a duré 50 jours, les terroristes du Hamas sont parvenus à commettre des attentats meurtriers au sein d’Israël, à proximité de Gaza, après s’être infiltrés par des tunnels d’attaque. A une occasion, cinq terroristes du Hamas ont pénétré sur le territoire israélien depuis la mer mais ont rapidement dû affronter l’armée israélienne. Ils ont été tués.

Depuis le conflit, Israël oeuvre à déjouer la menace des tunnels creusés sous la frontière avec Gaza. Le pays a construit une large barrière qui s’étend à des douzaines de mètres sous la terre pour bloquer les tunnels et travaille également à les trouver et à les détruire en utilisant des bombes et autres moyens non-spécifiés.

Au mois de novembre, Israël a détruit un tunnel, tuant plusieurs membres du groupe terroriste du Jihad islamique qui se trouvaient à l’intérieur, entraînant de nouveaux tirs de roquette sur son territoire en riposte.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...