Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

Evacués de leurs verts pâturages, les habitants de Reïm logés dans des tours à Tel Aviv

Les kibboutznikim s'efforcent de s'acclimater en réinventant la convivialité de leur ancien foyer

Des bannières et le drapeau israélien accueillant les membres du kibboutz Reïm dans leur nouvelle domicile, à Tel Aviv, en janvier 2024. (Crédit : Shoshanna Solomon)
Des bannières et le drapeau israélien accueillant les membres du kibboutz Reïm dans leur nouvelle domicile, à Tel Aviv, en janvier 2024. (Crédit : Shoshanna Solomon)

Par une chaude journée ensoleillée du début du mois de janvier, des enfants faisaient du tricycle dans une cour pavée sous le regard attentif des adultes. Un grand drapeau israélien était accroché d’un côté de la cour, tandis qu’en face, une banderole dit : « Reïm est sur le chemin du retour ».

À l’entrée de la cour, une autre banderole portait un message de bienvenue de la municipalité de Tel Aviv : « Il n’y a pas d’endroit comme la maison, mais en attendant, sentez-vous chez vous ».

Des passants s’arrêtaient devant le complexe, prenaient des photos et poursuivaient leur chemin. Dans la cour, Eli Banay était au téléphone avec des fournisseurs, prenant des photos de ce qu’il considérait comme un risque pour la sécurité.

Lorsqu’il s’est finalement tourné vers le journaliste qui attendait à proximité, il l’a fait en le serrant dans ses bras. « Nous nous embrassons beaucoup ici », a-t-il déclaré.

Banay, responsable du développement commercial et de l’innovation pour la multinationale californienne Cisco, a été nommé par Oren Sagi, qui dirige la branche israélienne de Cisco, pour superviser un projet visant à aider les personnes évacuées du kibboutz Reïm à trouver un logement temporaire convenable.

Il y a près de quatre mois, les habitants de cette communauté autrefois paisible s’étaient retranchés dans des mamadim – les pièces sécurisées – alors que les terroristes palestiniens du Hamas se déchaînaient sur le kibboutz et les champs environnants, où se tenait le Festival Supernova.

Une partie des destructions dans le kibboutz Reïm, causées par les terroristes du Hamas le 7 octobre. (Crédit : Facebook/Our Kibbutz Reïm)

Près de 1 200 personnes ont été tuées dans le sud d’Israël lors de l’effusion de sang sans précédent du 7 octobre, et 253 autres ont été enlevées. Le bilan inclut les membres du kibboutz et 364 victimes du festival de musique en plein air et des environs.

Lorsque les résidents ont pu quitter leur espace protégé un jour plus tard, le kibboutz, comme la plupart des communautés environnantes, avait été rendu pratiquement inhabitable par le massacre et la guerre qui s’en est suivie.

Toute la communauté, soit plus de 400 membres, a été évacuée vers Eilat, où elle a passé plus de 10 semaines dans un hôtel.

Depuis un mois, ils vivent dans des locaux moins provisoires, mais il est difficile d’imaginer un endroit plus radicalement différent du cadre pastoral qu’ils ont laissé derrière eux que les deux tours du sud de Tel Aviv qu’ils appellent désormais « leur maison ».

Alors qu’ils se trouvaient encore à Eilat, où ils avaient été envoyés par le gouvernement, les membres du kibboutz se sont tournés vers le mouvement populaire « Frères d’armes » pour obtenir de l’aide. À l’origine, ce groupe a été créé pour lutter contre le projet de refonte du système judiciaire du gouvernement, mais à la suite de l’attaque du groupe terroriste palestinien du Hamas du 7 octobre, il s’est tourné vers l’aide à la guerre et à la reconstruction, en utilisant son vaste réseau de réservistes, de chefs d’entreprise, de bénévoles et d’autres personnes.

Le groupe a mis les réfugiés de Reïm en contact avec Cisco, qui a travaillé avec une alliance de sociétés privées du secteur des affaires et en coordination avec la mairie de Tel Aviv pour relever le défi.

« Nous sommes allés à Eilat pour les rencontrer et découvrir leurs besoins », a expliqué Banay. La communauté qu’ils ont rencontrée était « perdue, sans direction, sans espoir et sans avenir ».

Le consortium a d’abord répondu aux besoins immédiats de la communauté, en lui fournissant des vêtements, des ordinateurs portables et des jeux à l’hôtel, a déclaré Banay. Il s’est ensuite concentré sur leurs besoins à moyen terme, à savoir leur trouver un logement jusqu’à ce que Reïm soit reconstruit. Une condition essentielle était que les membres du kibboutz restent ensemble en tant que communauté.

Eli Banay au téléphone, à Tel Aviv, en janvier 2024. (Crédit : Shoshanna Solomon/Times of Israel)

Ils ont étudié plusieurs options, certaines dans le sud, à Beer Sheva et Eilat, puis ont entendu parler de deux tours de Tel Aviv qui pourraient être une option, le projet Theodor dans le quartier branché de Florentin.

Les bâtiments de 12 et 13 étages étaient en phase finale d’achèvement mais n’avaient pas encore reçu les derniers permis d’occupation réglementaires. Les deux tours comptent 160 unités résidentielles et quelques espaces commerciaux, selon le promoteur Etz HaShaked, qui a travaillé sur le projet avec le groupe Yuvalim et l’architecte Ilan Pivko.

L’un des bâtiments, destiné à la location à long-terme, comprend des appartements de 2,5 pièces (1,5 chambre à coucher), tandis que la seconde tour abrite des appartements plus grands vendus par l’entrepreneur à des particuliers.

Les kibboutznikim ont été transportés en bus pour visiter le site. « Nous devions tous porter des casques de protection parce qu’il y avait encore beaucoup de travail », a déclaré Banay.

Une nouvelle maison plus bruyante et moins familière

Au départ, les membres du kibboutz ont rejeté l’option Tel Aviv.

Ils se demandaient comment un kibboutz pastoral pourrait s’installer dans la métropole de Tel Aviv et comment ils pourraient maintenir leur communauté unie. Banay a expliqué qu’en approfondissant la question, ils se sont rendus compte qu’il y avait deux problèmes principaux : l’école pour les enfants et les questions de sécurité, car les bâtiments se trouvaient juste à côté de la rue Herzl, très fréquentée, délabrée et commerciale, parsemée de magasins de meubles et de motos, d’ateliers de métallurgie et d’autres ateliers de faible technicité.

La question de l’école a été rapidement résolue. Le projet Theodor se trouve à quelques pas de l’école primaire Teva de Tel Aviv, très demandée, qui met l’accent sur l’environnement et la responsabilité sociale. La municipalité a rapidement obtenu l’autorisation de scolariser les enfants.

La cour entre les deux tours que les membres du kibboutz Reïm habitent actuellement, à Tel Aviv, en janvier 2024. (Crédit : Shoshanna Solomon/Times of Israel)

Pour protéger les enfants de la circulation routière et leur donner un sentiment d’indépendance et de cohésion, la mairie a également accepté la construction d’une clôture basse autour du complexe, qui a été complétée par des plantes en pot portant des arbustes et des herbes.

Mais ce qui a permis de conclure l’affaire, c’est un bâtiment historique, « Beit HaBeer » ou Well House (« la maison du puits »), préservé et niché entre les deux tours. Le groupe a rapidement compris que ce bâtiment pourrait devenir le cœur de la communauté.

Avec ses fenêtres cintrées et ses sols carrelés magnifiquement restaurés, la Well House pouvait répondre à tous les besoins collectifs du kibboutz : il suffisait de la transformer en un lieu d’activités partagé, avec une salle à manger pour les repas en commun et un espace de loisirs pour les adolescents et les adultes.

La Well House « était vide et aurait probablement été transformée en restaurant ou en galerie d’art », a expliqué Irit Balas, une architecte qui s’est portée volontaire pour aider à la réalisation du projet pour les évacués de Reïm. Le bâtiment restauré et la clôture qui l’entoure ont été déterminants pour que les habitants acceptent de s’installer à Tel Aviv.

Ifat Estlien, responsable de l’éducation au kibboutz Reïm, assise dans la cour des installations d’hébergement temporaire, à Tel Aviv, en janvier 2024. (Crédit : Shoshanna Solomon/Times of Israel)

La Well House abrite actuellement trois jardins d’enfants.

Le jour de notre visite, début janvier, deux enseignantes du jardin d’enfants du kibboutz jouaient avec quatre bambins, les préparant à une promenade dans les rues de la ville dans une grande poussette à quatre roues en métal vert.

L’une des petites chaises à l’intérieur était entourée d’une couronne de fleurs, ce qui indiquait qu’un anniversaire avait été célébré. Des jouets et des livres ont été soigneusement empilés sur des étagères. Il y avait un coin cuisine et des sacs d’enfants colorés suspendus à un support.

Dans la cuisine de l’étage supérieur, un groupe d’enfants de quatre et cinq ans était assis autour de la table, bavardant et riant tout en pressant des oranges pour en faire du jus.

L’une des pièces a été convertie en un grand espace de travail pour les adultes, une autre accueille les bureaux de la direction du kibboutz. Une autre encore est devenue une salle de loisirs pour les adolescents. Au dernier étage, avec un grand balcon, les membres du kibboutz peuvent s’asseoir confortablement pour se détendre.

« Quelqu’un doit encore nous apporter une machine à café », a souligné Banay, le directeur du Cisco, en appelant rapidement le fournisseur.

Tout au long de la visite, les nouveaux résidents ont approché Banay pour lui donner une tape dans le dos ou le serrer dans leurs bras, et pour lui faire part des réparations nécessaires dans leur appartement. Il a indiqué que les promoteurs avaient obtenu leur permis en trois semaines dans le cadre de l’effort de relogement. Dans l’immeuble locatif, le gouvernement a signé des baux de trois ans avec les promoteurs aux prix du marché, et des négociations ont été menées séparément avec chacun des propriétaires du second immeuble, a indiqué Banay.

Construire « tout un kibboutz »

Une bannière accueillant les membres du kibboutz Reïm dans leur nouveau domicile, à Tel Aviv, en janvier 2024. (Crédit : Shoshanna Solomon)

Avant que les résidents n’emménagent dans leurs nouveaux logements, des bénévoles ont équipé les unités avec le mobilier et les accessoires nécessaires. Les familles nombreuses ont reçu deux logements, l’un pour dormir et l’autre pour vivre, a expliqué Banay. Les familles ont également reçu un panier de produits alimentaires de base à utiliser pour préparer un simple repas, ce qu’elles ne faisaient pas lorsqu’elles vivaient dans les hôtels.

Dans l’un des espaces commerciaux, la caisse de santé Clalit a installé un dispensaire pour les résidents. Pendant ce temps, les constructeurs travaillaient encore sur les murs de deux autres pièces du rez-de-chaussée. « Elles accueilleront deux dispensaires de santé mentale, l’un pour les jeunes et l’autre pour les adultes », a indiqué Banay.

De l’autre côté du bâtiment, une boulangerie est prévue. Il y aura également une aire de jeux pour les enfants et une salle de musique pour les jeunes adultes.

« Nous sommes en train de construire tout un kibboutz ici », a déclaré Banay.

Une salle de loisirs dans le projet Reïm à Tel Aviv, en janvier 2024. (Crédit : Shoshanna Solomon)

Un couple âgé s’est approché de Banay pour lui parler de quelque chose qui devait être réparé dans leur appartement. « Je me débrouille ici, mais mon mari a l’impression d’être dans une cage », lui a-t-elle dit. Son vélo et sa moto, qu’il adore conduire, sont toujours au kibboutz, a-t-elle expliqué, tandis que leur voiture est immobilisée dans le parking du complexe de Tel Aviv.

Ifat Estlien, une femme de 66 ans qui supervise l’éducation au kibboutz, a déclaré que les arrangements en matière de logement étaient « un bon début », même s’ils n’avaient rien à voir avec la vie au kibboutz.

« Tout ira bien », a-t-elle affirmé. « Je regarde les enfants et je vois que leurs yeux sont heureux et pleins d’énergie. »

Les plus grands ont plus de mal à s’adapter parce qu’il y a moins d’espace et qu’il n’y a pas de champs ouverts comme dans les kibboutzim, dit-elle. La plupart des membres souhaitent retourner à Reïm une fois que leur kibboutz aura été reconstruit. Mais il faut aussi qu’il soit sûr.

« Il nous faudra beaucoup de temps pour nous rétablir, si tant est que nous le fassions. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.