Israël en guerre - Jour 252

Rechercher

Exposition à Amsterdam : Le destin tragique de Juifs spoliés par les nazis

Cette exposition a "deux objectifs" : "montrer que le pillage des objets juifs était systématique et l'impact que cela avait sur la vie des gens"

Illustration : Œuvres d'art pillées entreposées au Central Collecting Point, à Munich, entre 1945-1949. (Crédit : Johannes Felbermeyer/Institut de recherche Getty, Los Angeles)
Illustration : Œuvres d'art pillées entreposées au Central Collecting Point, à Munich, entre 1945-1949. (Crédit : Johannes Felbermeyer/Institut de recherche Getty, Los Angeles)

Le destin tragique de huit individus ou familles, des Juifs néerlandais spoliés avant de devoir fuir ou de mourir dans les camps de concentration pendant l’Occupation nazie (1940-1945) des Pays-Bas, est racontée à travers des objets leur ayant appartenu, dans une exposition à Amsterdam.

L’exposition, qui démarre ce vendredi, est le fruit d’une collaboration entre trois institutions culturelles de la capitale néerlandaise, le célèbre Rijksmuseum, le musée historique juif et le musée national de la Shoah, inauguré en mars par le roi Willem-Alexander – les objets étant exposés dans ces deux derniers.

Avant la Seconde Guerre mondiale et l’occupation nazie, les Pays-Bas abritaient une communauté juive de quelque 140 000 personnes, principalement concentrée à Amsterdam. Près de 75 % d’entre eux n’ont pas survécu à la Shoah.

Des milliers d’œuvres d’art, d’objets religieux et d’autres biens ont été volés au cours de cette période et sont retournés aux Pays-Bas après la guerre, au terme d’un combat de plusieurs décennies de leurs propriétaires légitimes pour récupérer leurs biens.

Le roi des Pays-Bas Willem Alexander (deuxième à droite) en visite le musée national de la Shoah à Amsterdam, aux Pays-Bas, le 10 mars 2024. (Crédit : Piroschka van de Wouw/AP)

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte avait présenté en janvier 2020 des excuses au nom du gouvernement pour la persécution des Juifs aux Pays-Bas pendant la Seconde Guerre mondiale.

Parmi les objets montrés de l’exposition, un sac à dos d’un jeune juif en fuite et une empreinte de botte militaire sur une œuvre d’art évoquent « huit histoires personnelles », dit à l’AFP Mara Lagerweij, conservatrice au Rijksmuseum, pour qui cette exposition a « deux objectifs » : « montrer que le pillage des objets juifs était systématique [et] l’impact que cela avait sur la vie des gens ».

L’un des destins évoqués est celui de Max Heppner, fils de réfugiés juifs allemands qui ont fui l’Allemagne peu après l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler en 1933. Les nazis et la guerre finissent par rattraper les Heppner en 1942, les obligeant à fuir Amsterdam pour finir par se cacher dans un poulailler, dans le sud des Pays-Bas.

Le sac à dos de Heppner et les dessins qu’il réalise à cette période, dans la hantise d’être arrêté par les nazis, sont montrés au public.

« Période folle »

L’exposition « montre à quel point la civilisation est futile », explique à l’AFP Heppner, aujourd’hui âgé de 90 ans, en regardant son sac à dos. Ceux qui sont venus confisquer leurs biens n’étaient pas des nazis, mais des « policiers d’Amsterdam », se souvient-il. « Cela montre à quel point c’était une période folle », ajoute Heppner.

De nombreux citoyens néerlandais, la police et les chemins de fer, ont activement collaboré avec l’occupant allemand pour arrêter les Juifs et les déporter.

Autre pièce poignante : une œuvre graphique de Samuel Jessurun de Mesquita, mentor et ami du célèbre artiste néerlandais M.C. Escher, « Petites femmes qui parlent mal ».

Récupérée par Escher lui-même peu de temps après le pillage de la maison de son mentor et la déportation de la famille De Mesquita vers le camp d’extermination d’Auschwitz, elle porte l’empreinte d’une botte militaire, laissée par l’un des pilleurs.

Parmi les autres pièces est exposée une œuvre du peintre du siècle d’or néerlandais Gerrit Berckheyde, intitulée « La courbure d’Or », parmi celles pour la restitution desquelles Desi Goudstikker-von Halban, s’est battue toute sa vie.

Son mari, le marchand d’art Jacques Goudstikker, est décédé en 1940 pendant leur fuite vers l’Angleterre. Son commerce a été détruit par les nazis pendant l’Occupation.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.