Israël en guerre - Jour 283

Rechercher

Face à l’antisémitisme de plus en plus violent à NY, les Juifs se forment au krav maga

La peur croissante de violences suite au pogrom du 7 octobre pousse de nombreux étudiants à s'entraîner et à rejoindre une communauté confrontée aux mêmes menaces

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Un cours de Guardian Self Defense Krav Maga, dans le sous-sol d'une synagogue de Manhattan, le 21 mai 2024. (Crédit : Luke Tress/JTA)
Un cours de Guardian Self Defense Krav Maga, dans le sous-sol d'une synagogue de Manhattan, le 21 mai 2024. (Crédit : Luke Tress/JTA)

New York Jewish Week – L’année dernière, alors que l’antisémitisme montait en flèche à New York après le pogrom perpétré par le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre dans le sud d’Israël, l’ergothérapeute Ruth Peer a eu ouï-dire d’incidents troublants de la part d’enfants juifs avec lesquels elle travaille dans le quartier de Crown Heights.

L’une de ses patientes en âge d’aller à l’école primaire a raconté à Peer qu’elle était en voiture avec son père lorsqu’un passant s’est approché du véhicule et a commencé à leur crier dessus – un incident que la fillette a pris pour de l’antisémitisme. Ce type de témoignages a convaincu Peer, qui est également juive, que de tels incidents devenaient « super répandus » dans la ville et qu’elle devait agir.

« Il est important pour moi, en tant que juive et femme, de pouvoir montrer aux autres que nous pouvons nous défendre », a déclaré Peer, 27 ans, qui vit à Midwood, dans le quartier de Brooklyn. « Que nous devons nous défendre et que nous avons le droit de le faire. »

Peer s’est inscrite à un cours de krav maga – l’un des nouveaux groupes d’étudiants qui ont gonflé les rangs des cours du sport d’autodéfense israélien à New York après le pogrom du 7 octobre, au cours duquel des milliers de terroristes dirigés par le Hamas ont brutalement assassiné près de 1 200 personnes et enlevé 251 personnes dans la bande de Gaza.

D’autres participants et organisateurs ont déclaré que ces massacres et la montée de l’antisémitisme dans le monde qui a suivi, dans le contexte de la guerre entre Israël et le Hamas, les avaient incités à s’entraîner et à se rapprocher d’autres personnes qui craignaient pour leur sécurité. Les instructeurs ont ajouté des sessions pour préparer les participants aux menaces de rue et s’apprêtent à proposer des cours sur les campus universitaires.

« Certaines de ces personnes commencent vraiment à se dire : ‘Bon, nous allions au football, mais maintenant nous devons aller au krav maga' », a déclaré Eve Gold, co-propriétaire de la Krav Maga Federation, une école d’arts martiaux située sur la 25e rue ouest de Manhattan. « Le fait que ces personnes s’entraînent aujourd’hui est une réponse à ce qui s’est passé après le 7 octobre. »

Un manifestant anti-Israël portant un bandeau du Hamas faisant un geste vers des contre-manifestants pro-Israël, au Baruch College, à New York, le 6 juin 2024. (Crédit : Luke Tress via JTA)

Le krav maga, qui signifie « combat de contact » en hébreu, a été mis au point au milieu du XXe siècle et est utilisé par l’armée israélienne depuis ses débuts. Il est devenu populaire dans le monde entier parce qu’il met l’accent sur l’utilisation des réactions naturelles du corps pour neutraliser une agression.

Aujourd’hui, de plus en plus de Juifs de New York gravitent autour de cette discipline. Deux groupes de krav maga au service des Juifs – Legion Self Defense et Guardian Self Defense – ont déclaré avoir constaté un pic d’intérêt dans la Grande Pomme après le 7 octobre. Un troisième groupe, Chai Self Defense, a été créé après le 7 octobre.

Meredith Weiss, co-fondatrice de Legion Self Defense, a déclaré que la demande avait au moins doublé après les massacres dans le sud d’Israël. Le cours pour débutants, d’une durée de six mois, remplit généralement une classe de 60 élèves, mais cette année, Legion en a rempli deux, en plus d’un autre cours pour les élèves plus avancés. Weiss estime qu’au moins 150 étudiants s’entraînaient dans les programmes de Legion à New York en mai, et les demandes d’inscription au cours pour débutants qui débutera en octobre prochain ont triplé par rapport à ce qu’elles étaient avant le 7 octobre.

Legion Self Defense lance également un nouveau cours de deux mois dans la région de New York pour les étudiants qui passent l’été chez eux. À l’automne, elle ouvrira ses premières sections sur les campus, à l’Université de Syracuse et pour les étudiants de l’Université de Harvard et du Massachusetts Institute of Technology (MIT).

Des manifestants anti-Israël, dont un pro-Hamas, marquant la Nakba, à New York City, le 18 mai 2024. (Crédit : John Lamparski/AFP)

Dans le cas de Guardian, le nombre de membres à New York est passé d’environ 45 personnes avant le 7 octobre à 70 aujourd’hui.

L’association organise également des programmes en dehors de la ville, à Miami et à Fort Lauderdale, en Floride. Au niveau national, la participation est passée d’environ 300 à 500 personnes, selon l’instructeur Raz Chen. Le programme vise à ouvrir une classe supplémentaire dans la ville après l’été. Guardian Self Defense a été créé en 2019 par Joe Richards, un résident juif de Long Island.

Un autre programme, Chai Self Defense, a démarré à Staten Island en novembre. Les fondateurs, le couple Lawrence et Erica Yakobzon, ont déclaré qu’ils avaient envisagé d’ouvrir un programme dans l’arrondissement après une vague d’attaques antisémites il y a plusieurs années, mais que l’intérêt s’est évanoui au fur et à mesure que les attaques diminuaient.

« Le 7 octobre a définitivement relancé l’idée », a déclaré Lawrence Yakobzon. Staten Island n’avait pas de programme de krav maga et les Yakobzon, tous deux Juifs américains de première génération d’origine russe, ont décidé de lancer le programme après avoir constaté une demande de la part des membres de la communauté. Les cours de Chai Self Defense ont lieu deux fois par semaine et attirent 25 à 30 personnes. Le mois dernier, Chai a ouvert une autre succursale à Midwood, dans le quartier de Brooklyn.

Lors de la session de formation de Guardian à laquelle Peer a assisté, les participants ont déclaré que le 7 octobre et l’antisémitisme à New York étaient des facteurs de motivation importants.

« Le 7 octobre a été un très, très grand signal d’alarme, même pour les personnes qui ne reçoivent pas ce genre de signal », a déclaré Yehuda Wexler, un participant de Brooklyn au cours de Chen qui a commencé à s’entraîner au krav maga en 2020, après une vague d’attaques contre des Juifs pendant Hanoukka 2019.

Dans un cas au moins, un studio de krav maga est lui-même devenu une cible. Krav Maga Experts, une école gérée par des Israéliens dans l’Upper West Side, a été inscrite sur une liste d’entreprises israéliennes à boycotter dressée par des étudiants de l’Université de Columbia. Son fondateur, Tsahi Shemesh, pense que cela a entraîné une baisse de la fréquentation de ses cours par les non-Juifs.

« Personne n’est sur la défensive », a-t-il déclaré. « Tout le monde ici sait ce que cet endroit représente. »

Un cours de Guardian Self Defense Krav Maga, dans le sous-sol d’une synagogue de Manhattan, le 21 mai 2024. (Crédit : Luke Tress/JTA)

Le profil des étudiants a également changé depuis le 7 octobre, selon Weiss. À Manhattan, avant la guerre, la plupart des étudiants avaient entre 20 et 30 ans, mais ces derniers mois, des adultes plus âgés et même des familles entières sont venus s’entraîner, surtout depuis que les campements d’étudiants pro-palestiniens ont mis certains Juifs sur les nerfs, dit-elle.

« Il y a plus de trentenaires, de quarantenaires et de quinquagénaires parce qu’ils ont vu la situation se répandre dans les rues », a déclaré Weiss. « Les gens ne veulent pas se sentir vulnérables. »

Les formateurs ont déclaré qu’ils n’avaient pas modifié leur programme de base depuis le 7 octobre, mais qu’ils avaient ajouté de nouveaux cours pour faire face aux manifestants agressifs et à d’autres menaces. Chen a déclaré qu’il s’était davantage concentré sur la gestion de plusieurs attaquants, car les manifestants anti-Israël ont tendance à se déplacer en groupes. À Legion, les organisateurs ont ajouté du matériel sur la façon de répondre aux tireurs actifs et à la défense contre les couteaux, et ont permis aux débutants d’accéder à des séminaires plus avancés, tels que des cours sur les attaquants multiples, a déclaré Gold.

Peer a déclaré qu’avant de commencer le krav maga, elle s’était entraînée au kickboxing pendant quatre ans. Avec la montée de l’antisémitisme, elle a voulu reprendre l’entraînement et a choisi le krav maga parce qu’il met l’accent sur l’autodéfense pratique. Elle ne cache pas son identité juive, porte un hamsa et une plaque militaire symbolique en soutien aux otages de Gaza, et s’inquiète des menaces des antisémites dans le métro. Les cours et sa sensibilisation accrue lui permettent de se sentir plus en sécurité, a-t-elle expliqué.

« C’est aussi le fait d’être capable d’arrêter une bagarre avant qu’elle ne commence. Je me sens vraiment en sécurité », a-t-elle déclaré.

Les cours ont tendance à se concentrer sur la prise de conscience, l’état d’esprit et l’évitement des conflits autant que sur les frappes sans retenue pour lesquelles le krav maga est connu.

Lors du cours Guardian, Chen a exposé son approche « ABC » des conflits : éviter, fixer des limites et, en dernier recours, combattre.

« A est la meilleure option pour nous », a déclaré Chen, champion de krav maga en Israël et ancien instructeur de l’armée israélienne, aux 20 participants.

L’instructeur Raz Chen, au centre, lors d’un cours de Krav Maga de Guardian Self Defense, dans le sous-sol d’une synagogue de Manhattan, le 21 mai 2024. (Crédit : Luke Tress/JTA)

Le cours a commencé par une course, un shuffling et un jogging à reculons autour des tapis bleu et rouge, en se croisant et en changeant de direction pour pratiquer la conscience de la situation, tout en gardant les mains en l’air dans une position défensive. Les élèves ont ensuite joué à un jeu en essayant de se toucher le dos les uns les autres tout en s’élançant sur le tapis.

« Vous êtes conscient de l’espace. Vous n’êtes pas l’une de ces personnes qui se promènent en regardant leur téléphone », a déclaré Chen à la classe.

Guardian et Legion enseignent tous deux aux élèves de ne pas porter d’écouteurs dans les rues afin de rester conscients de leur environnement.

Les élèves se sont ensuite entraînés à fixer des limites physiques et verbales en se déplaçant sur le tapis les mains en l’air et en criant « Stop ! » en réponse aux sollicitations de Chen et d’un second instructeur, Carlos Gutierrez.

« Ils utilisent leur langage corporel et leur voix pour affirmer leurs limites et faire comprendre à l’autre personne qu’ils sont une cible difficile », a déclaré Chen lors d’une interview.

Cet art martial intègre des techniques issues de différentes disciplines, telles que le jiu jitsu brésilien, et vise à utiliser les réactions naturelles du corps pour neutraliser une agression par des contre-attaques agressives contre les points les plus vulnérables de l’adversaire, tels que les coups portés aux yeux ou à l’aine. Lors du cours, deux hommes ont échangé des coups, l’un d’entre eux étant sur le dos, l’autre se tenant au-dessus de lui et lui assénant une pluie de coups de poing.

L’homme au sol a riposté, puis a saisi les chevilles de son agresseur, a ramené ses genoux sur sa poitrine et a poussé ses jambes vers l’extérieur, balayant son adversaire au sol.

« Même dans le pire des scénarii, il y a toujours un moyen de s’en sortir », a fait observer Chen. « Il y a toujours une solution. »

Illustration : Le Community Security Service (CSS), une organisation juive à but non lucratif fondée en 2007, a formé 4 000 agents de sécurité bénévoles pour des synagogues, leur apprenant à repérer les menaces et à y répondre. (Crédit : CSS via JTA)

Guardian et Legion ont tous deux déclaré que les participants venaient d’horizons juifs très divers, mais Gold pense que la plupart des nouveaux participants à Legion sont relativement peu pratiquants. Le programme de Chai Self Defense à Staten Island est principalement composé de juifs laïcs, tandis que la branche de Brooklyn est composée pour moitié de Juifs de la mouvance Modern Orthodox et pour moitié de Juifs laïcs, selon les estimations de Lawrence Yakobzon.

Une dizaine d’étudiants de Guardian sont également bénévoles au sein du Community Security Service (CSS), une organisation à but non lucratif qui forme des Juifs à la protection des synagogues et des événements.

Depuis le début de la guerre, les participants aux programmes ont tissé des liens de plus en plus étroits en dehors des cours, Legion organisant des événements tels que des rencontres pour Shabbat et des soirées dans les bars. Certains participants se sentent isolés de leurs collègues non juifs qui ne peuvent pas comprendre leur sentiment d’insécurité dans les rues, a déclaré Weiss.

« D’une certaine manière, vous construisez des relations avec les gens et vous créez des partenariats avec ceux avec qui vous vous entraînez », a déclaré Peer, ajoutant que les membres ont tendance à s’envoyer des SMS en dehors des cours. « Notre identité juive commune est vraiment utile. Nous avons toujours quelque chose à nous dire. »

Peer a déclaré qu’elle mettait certaines des leçons en pratique « tout le temps », même si ce n’était pas dans le cadre d’un combat à mains nues.

« Je suis toujours plus consciente de ce qui m’entoure. Je ne porte plus vraiment d’écouteurs dans le train, je suis toujours très consciente de qui marche derrière moi », a-t-elle déclaré.

Mais les cours préparent les élèves à réagir aux agressions physiques. Chen a illustré sa leçon en décrivant l’agression en Belgique, quelques jours plus tôt, d’un Israélien qui avait été jeté au sol et avait reçu des coups de pied alors qu’il était à terre.

« Il a essayé de donner des coups de pied, mais il ne s’est pas retourné » pour faire face à son agresseur, a expliqué Chen.

Certains élèves ont mis leur formation à profit dans la rue. Weiss se souvient d’une situation où les étudiants de Legion ont refusé d’accepter des tracts pour un rassemblement pro-palestinien dans le métro et où les militants qui les distribuaient sont devenus verbalement agressifs. Les étudiants sont restés calmes, mais se sont préparés à une escalade.

« Ils ne se sont pas figés ni paralysés », a déclaré Weiss. « Ils étaient prêts à faire face à tout ce qui pouvait se passer jusqu’à ce que l’ouverture des portes du métro. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.