Israël en guerre - Jour 232

Rechercher
Interview

Face à l’antisémitisme, l’extreme-gauche dans le déni – Robert Hirsch

Cet historien, auteur de "La gauche et les Juifs" et ex-militant trotskyste, estime que "la gauche radicale fait le plus souvent preuve de déni par rapport à l'antisémitisme actuel"

Des militants anti-Israël lors d'une marche dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes, à Paris, le 8 mars 2024. (Crédit : Dimitar Dilikoff/AFP)
Des militants anti-Israël lors d'une marche dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes, à Paris, le 8 mars 2024. (Crédit : Dimitar Dilikoff/AFP)

La crise qui secoue Act Up-Paris illustre les déchirements à gauche autour des notions d’anti-sionisme et d’antisémitisme, accentués depuis l’assaut barbare mené par le groupe terroriste palestinien du Hamas en Israël le 7 octobre, selon l’historien Robert Hirsch.

Dans cet entretien avec l’AFP, l’auteur de La gauche et les Juifs (éditions Le Bord de l’eau), ancien militant trotskyste, estime que « la gauche radicale fait le plus souvent preuve de déni par rapport à l’antisémitisme actuel ».

Quel est le rapport entre la gauche et l’antisémitisme ?

Hirsch : Act Up, c’est une organisation un peu emblématique de la gauche radicale de ces dernières années avec des actions qui dénotent un certain radicalisme.

Depuis le 7 octobre, on voit bien qu’il y a un peu une difficulté de la gauche radicale, accentuée par rapport aux dernières années, à prendre en compte la question de l’antisémitisme.

Par exemple, la gauche radicale n’a pas participé à la marche contre l’antisémitisme du 12 novembre 2023 qui posait beaucoup de problèmes puisqu’il y avait la présence du Rassemblement national, de l’extrême-droite, qui elle-même est antisémite, mais la gauche radicale aurait pu proposer une autre initiative contre l’antisémitisme, elle ne l’a pas fait. Preuve de son manque de préoccupation à cet égard.

Des personnes tenant une banderole « Contre l’antisémitisme, les racismes et l’extrême-droite » participant à un rassemblement organisé par le parti La France Insoumise (LFI) pour une cérémonie de dépôt de gerbe en marge d’un rassemblement contre l’antisémitisme, au Square des Martyrs juifs du Vélodrome d’Hiver à Paris, le 12 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy Van Der Hasselt/AFP)

Moi, je ne considère pas que la gauche radicale soit antisémite, il y a des antisémites comme il y en a partout mais la gauche radicale fait le plus souvent preuve de déni par rapport à l’antisémitisme actuel.

La frontière entre antisémitisme et anti-sionisme est-elle poreuse ?

Hirsch : C’est une question délicate parce qu’une partie de la droite et de la droite sioniste utilisent cela en laissant entendre que toute critique d’Israël serait antisémite […] La critique d’Israël est tout à fait légitime.

On pouvait être anti-sioniste avant la création de l’État d’Israël, beaucoup de Juifs l’étaient et considéraient que ce n’était pas une bonne idée d’aller en Israël. Personnellement, je ne pense pas qu’aller en Israël ait été une bonne idée. Mais le XXe siècle n’a pas laissé beaucoup d’autres choix aux Juifs persécutés. Aujourd’hui, l’État d’Israël existe, avec une population juive qui est présente.

Le « Collectif Golem » à la grande marche contre l’antisémitisme, à Paris, le 12 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy Van der Hasselt/AFP)

Si être anti-sioniste, c’est critiquer [le Premier ministre israélien Benjamin] Netanyahu, il n’y a pas de problème. Si être anti-sioniste c’est remettre en cause l’existence de l’État d’Israël, là ça confine à l’antisémitisme.

Qualifier quelqu’un de « sioniste », est-ce antisémite ?

Hirsch : L’expression sioniste a une histoire, elle a souvent été utilisée pour désigner les Juifs sans dire le mot « juif ».

Les premiers qui l’ont utilisée, c’est Staline et les dirigeants communistes des démocraties populaires après la Seconde Guerre mondiale, avec les grands procès dont celui de Prague [en 1952] où […] 11 des 14 accusés […] étaient juifs et on considérait qu’ils étaient ‘sionistes’ […] Ils n’étaient pas du tout sionistes, c’était pour ne pas dire ‘juifs’.

Cette tradition-là, malheureusement aujourd’hui, j’ai l’impression qu’elle existe dans une partie de la gauche, c’est-à-dire que sioniste devient une insulte, comme fasciste.

On l’a bien vu sur les images de la manifestation féministe du 8 mars, où un cortège de femmes juives protestant contre les viols [commis par le Hamas] a été très violemment agressé aux cris de ‘sionistes’, etc. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.