Facebook, Instagram suspend le rappeur Wiley qui poursuit sa diatribe antisémite
Rechercher

Facebook, Instagram suspend le rappeur Wiley qui poursuit sa diatribe antisémite

Le rappeur a menacé de venir dans un quartier londonien à forte population juive et a pointé du doigt des personnalités juives qui l'ont critiqué

Wiley pose pour les photographes à son arrivée au NME music awards 2017 à Londres, le mercredi 15 février 2017. (Photo par Vianney Le Caer/Invision/AP)
Wiley pose pour les photographes à son arrivée au NME music awards 2017 à Londres, le mercredi 15 février 2017. (Photo par Vianney Le Caer/Invision/AP)

L’influent rappeur britannique Wiley, suspendu de Twitter 48 heures après y avoir publié une série de messages antisémites, a déplacé ses propos à propos des Juifs sur Facebook, où il a menacé de venir dans un quartier de Londres à forte population juive et a pointé du doigt des personnalités juives qui l’ont critiqué.

Facebook et Instagram ont rapidement suspendu son compte mardi, affirmant que ses messages violent leur politique, selon les médias britanniques.

« Il n’y a pas de place pour les discours de haine sur Facebook et Instagram », a déclaré un porte-parole de la société au Guardian. « Après avoir initialement suspendu les comptes de Wiley pour sept jours, nous avons maintenant supprimé ses comptes Facebook et Instagram pour des violations répétées de nos politiques ».

« Golders green, à bientôt, je viendrai bientôt seul », a écrit Wiley, en faisant référence au quartier londonien, largement habité par des Juifs.

« Qui a appelé la police ? Vous êtes de Golders Green ? Je viens m’asseoir avec vous à Golders Green … » a-t-il ajouté, selon le journal britannique Jewish News, qui a capturé des captures d’écran de ses propos.

Vendredi, Wiley avait tweeté des messages tels que « Je ne me soucie pas d’Hitler, je me soucie des Noirs ».

En réponse au comédien juif David Baddiel, qui avait déclaré dans une interview à la radio qu' »il n’y a jamais eu personne avec une plateforme aussi énorme » qui s’en soit pris à la communauté juive « de manière aussi flagrante auparavant », Wiley a écrit « parce que tout le monde avait peur, c’est pour ça ».

Plusieurs des messages ont été supprimés quelques heures plus tard, a rapporté le Jewish News. Les propos sont dispersés dans d’autres publications qui s’attaquent à l’esclavage et à la discrimination contre les Noirs.

Les nouveaux messages viennent après que le rappeur, Richard Kylea Cowie de son vrai nom, a rédigé une série de messages antisémites sur Twitter vendredi, ce qui a conduit son manager juif à démissionner. Twitter a supprimé plusieurs des tweets, affirmant qu’ils violaient les règles de la plateforme, et a suspendu Wiley.

Wiley a répondu sur Facebook que « dès que je reviendrai sur Twitter, ce sera le summum. »

La présidente du Conseil des députés des Juifs britanniques, Marie van der Zyl, a demandé à Facebook de retirer Wiley de la plateforme dans une déclaration mardi.

Facebook avait également subi des pressions de la part du Premier ministre britannique Boris Johnson et du Grand Rabbin Ephraim Mirvis pour agir contre Wiley.

Boris Johnson estime que les messages sont « odieux » et a averti que « les entreprises de réseaux sociaux doivent aller beaucoup plus loin et plus vite dans la suppression des contenus haineux », a commenté son porte-parole au Daily Mail.

Ephraim Mirvis. (Crédit : AP/Chris Jackson)

Dimanche, Mirvis a accusé Twitter et Facebook de « complicité » dans l’antisémitisme en ligne, accusant que l' »inaction » des deux géants des réseaux  sociaux avait permis à la haine de fleurir sur leurs plateformes.

« Pendant trop longtemps, les médias sociaux ont été un espace sûr pour ceux qui colportent la haine et les préjugés », a écrit Mirvis dans des lettres envoyées au PDG de Twitter, Jack Dorsey, et à celui de Facebook, Mark Zuckerberg, qui est juif.

Lundi, Mirvis a rejoint une foule de politiciens britanniques, de célébrités, de personnalités et d’autres utilisateurs qui ont quitté Twitter pendant deux jours pour protester contre la haine antisémite sur la plateforme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...