Fontainebleau : une plaque en mémoire aux enfants recueillis après la Shoah
Rechercher

Fontainebleau : une plaque en mémoire aux enfants recueillis après la Shoah

Ce dimanche, une plaque commémorative a été inaugurée devant la villa La Forêt, qui a accueilli une cinquantaine d'enfants juifs rescapés de la Shoah

Le maire LR de Fontainebleau, Frédéric Valletoux, devant la plaque commémorative inaugurée ce dimanche. (Crédit photo : Twitter / OSE - Œuvre de Secours aux Enfants)
Le maire LR de Fontainebleau, Frédéric Valletoux, devant la plaque commémorative inaugurée ce dimanche. (Crédit photo : Twitter / OSE - Œuvre de Secours aux Enfants)

Ce dimanche, dans la ville de Fontainebleau (Seine-et-Marne), une plaque commémorative a été inaugurée devant la villa La Forêt. Après la Seconde Guerre mondiale, l’endroit avait accueilli de nombreux enfants juifs rescapés de la Shoah. Plusieurs d’entre eux étaient présents à la cérémonie, révèle le journal Le Parisien. Le maire de la ville, Frédéric Valletoux (LR), et Haïm Korsia, grand rabbin de France, y ont également participé.

Des années 1945 à 1959, une cinquantaine d’enfants, la plupart orphelins, cachés durant la guerre, avaient ainsi été recueillis dans cet endroit surnommé la « Casa Mexico », en raison d’aides venues du Mexique.

« C’est très émouvant. Regardez, avec ce balcon, on se prenait pour des princesses », se souvient Eva Rotgold pour Le Parisien, aux côtés de son amie Rosette Lederman. « Qu’est-ce qu’on a couru là-dedans. On allait directement en forêt, explique cette dernière. Et j’avais tout le temps des poux ! »

« C’était une maison tranquille. On était beaucoup d’enfants, tous jeunes », explique Albert Pesses, qui y a vécu deux ans et qui a lu dimanche un poème sur l’étoile jaune écrit de sa plume. « Je n’étais jamais revenu, même si j’ai revu des anciens. J’ai du mal à regarder derrière moi. »

« Ce lieu est essentiel, il y a une histoire forte. Dans cette maison, des enfants rescapés ont appris à se construire avec ce manque », a déclaré Haïm Korsia.

« Cette plaque entretient désormais le souvenir de ce qui fut une réussite collective extraordinaire : le sauvetage, puis le retour à la vie et la résilience de toute une génération d’enfants martyrisés », a lui réagi Jean-Jacques Guthmann, président de l’association Œuvre de secours aux enfants, qui gérait l’établissement.

Le bâtiment appartient aujourd’hui à un bailleur social et héberge une vingtaine de familles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...