France : Des tags antisémites retrouvés à Albi dans le Tarn
Rechercher

France : Des tags antisémites retrouvés à Albi dans le Tarn

Le BNVCA qui a signalé ces dégradations a contacté la municipalité pour les faire effacer

Tags antisémites découverts sur un palissade de la ville d'Albi dans le Tarn (Crédit: BNVCA)
Tags antisémites découverts sur un palissade de la ville d'Albi dans le Tarn (Crédit: BNVCA)

Des graffitis antisémites ont été découverts lundi 26 novembre sur une palissade de la ville d’Albi dans le Tarn, rapporte le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA).

On peut y lire les inscriptions suivantes : « Stop au sionisme; pouvoir au peuple; au chiotte la Licra et le Crif: bonne année (sic); Stop à l’oligarchie; Boycott Israël ».

Si le Premier ministre a fait état au début du mois d’une augmentation spectaculaire des actes antisémites en France (+ 69 % sur les 9 premiers mois de l’année) le détail de ces actes n’a pas été encore donné. On a pu cependant constater depuis cet été une augmentation du nombre des graffitis à caractère antisémites dans les universités et dans différentes villes de France.

Au début du mois de novembre, c’est la maison du maire de Brumath Etienne Wolf qui a été taguée ( « Le préfet juif Marx, on ne veut plus de migrants »); en octobre, des tags antisémites ont été retrouvés dans une classe du campus de la Haute école de commerce (HEC) et à l’université de Créteil; Sur l’Ehpad de Salies, a été inscrit « Faurisson résistance », tout comme sur la place du Temple de la même ville, où l’on pouvait également lire « Shoah escroquerie ». A Escos, les mêmes messages ont été retrouvés sur les murs de la mairie; fin septembre on pouvait lire sur une porte d’un immeuble du 18e arrondissement de Paris : « ici vivent des ordures juives, notamment au troisième », etc….

Le récent plan du Premier ministre contre le racisme et l’antisémitisme prévoit l’expérimentation d’ « un réseau d’enquêteurs et de magistrats spécifiquement formés à la lutte contre les actes haineux », qui pourrait être étendu au niveau national, ainsi qu’un dispositif de pré-plainte en ligne afin de favoriser les signalements.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...