France : fin de cavale pour un acteur de l’escroquerie sur le marché du carbone
Rechercher

France : fin de cavale pour un acteur de l’escroquerie sur le marché du carbone

Michel Keslassy avait été condamné à 5 ans de prison et à une amende de 65 M d'euros de dommages et intérêts pour cette fraude à la TVA

L'usine d'Israel Chemicals de Rothem Amfert, près de la mer morte (Crédit : Shay Levy/Flash90)
L'usine d'Israel Chemicals de Rothem Amfert, près de la mer morte (Crédit : Shay Levy/Flash90)

Un Français condamné dans une affaire d’escroquerie à la TVA sur le marché des quotas d’émission de CO2, a été arrêté jeudi après trois ans de cavale, a-t-on appris vendredi auprès de son avocat.

Michel Keslassy, un homme d’une cinquantaine d’années, a été interpellé alors qu’il était en train de prendre attache avec la justice pour « organiser sa reddition », a déclaré à l’AFP Me Philippe Ohayon, « c’était une question de jours ».

En juin 2013, il avait été condamné à cinq ans de prison et 65 millions d’euros de dommages et intérêts pour cette fraude à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Dès novembre 2013, il avait été remis en liberté sous bracelet électronique pour raisons médicales et s’était alors évanoui dans la nature.

Keslassy a été condamné dans l’un des dossiers de cette fraude qui consistait à acheter des quotas de CO2 hors taxe dans un pays de l’Union européenne, puis de les revendre en France à un prix incluant la TVA, sans jamais reverser celle-ci à l’État.

L’escroquerie aurait coûté 1,6 milliard d’euros aux finances publiques, selon les estimations de la Cour des comptes en 2012. Environ cinq milliards d’euros au niveau européen, selon Europol.

Les fortunes amassées, elles, ont été blanchies sur le marché de l’immobilier de luxe en Israël, qu’elles font flamber, ou réinvesties dans le trafic de drogue.

C’est dans ce pays que sont soupçonnés d’avoir trouvé refuge un grand nombre d’acteurs de l’escroquerie, à l’instar d’Haroun Cohen, absent à son procès à Paris, en 2011, où il a été condamné à 4 ans de prison et un million d’euros d’amende.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...